Les défis de l’intelligence artificielle

Avec Aymeric Poulain Maubant, docteur en sciences cognitives et consultant

Voilà trois ans qu’avec la victoire d’AlphaGo en mars 2016 contre le champion Lee Sedol l’Intelligence Artificielle s’est installée durablement dans les conversations. Mais ce défi de l’humanité, qui consiste à créer des machines informatiques ayant des comportements qu’on peut qualifier d’intelligent, nommé ainsi il y a plus de 60 ans, a déjà une longue histoire derrière lui. Faisant appel à des disciplines variées – mathématiques, théorie des jeux, psychologie, neurobiologie… – et disposant depuis quelques années de grandes capacités de calcul et de masses de données d’apprentissage constamment enrichies, les scientifiques ont créé de nombreux algorithmes qui sont à la base de systèmes d’intelligence artificielle opérationnels de plus en plus présents dans notre quotidien.

Cependant nous n’en sommes qu’au tout début, et bien loin des intelligences artificielles générales, sans parler d’IA conscientes. Dans cette « ère cognitive » qui suit l’ère numérique, c’est la coopération des intelligences, artificielles et naturelles, pour la réussite des deux, qu’il faut rechercher. Partisan d’un développement responsable de l’intelligence artificielle, Aymeric Poulain Maubant, docteur en sciences cognitives et consultant, un panorama des compétences atteintes par les IA, des recherches en cours, de l’impact sur la société et des questions à se poser pour vivre sans crainte cette époque où nos artefacts changent de nature en recevant ces bribes d’intelligence.

Aymeric Poulain Maubant mène une activité de conseil en transition vers l’ère cognitive au sein de sa société Nereÿs fondée en 2007. Ancien étudiant de de l’Institut Mines Télécom (IMT Atlantique), de l’Université d’Aston à Birmingham et docteur en sciences cognitives de l’Université de Rennes I, il travaille à Brest depuis plus de vingt ans et a accompagné ce territoire dans sa stratégie numérique jusqu’à la labellisation FrenchTech en 2015. Il conçoit et rédige les cahiers de veille annuels de la Fondation Mines-Télécom (11e numéro en juin 2019 sur les sciences quantiques), et rédige ou coordonne des ouvrages sur les métiers du numérique ou sur des travaux de chercheuses et chercheurs dans le numérique. Il est co-fondateur de la Cantine numérique brestoise.

Jeudi 4 avril 2019 à 20h salle Ricœur, entrée libre

https://sites.google.com/site/assochpr/

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *