Un carnaval 2018 avec Happy Syklett

(à Bicyclette) Happy Syklett

Dans le cadre de son initiative Happy Syklett, Le collectif Syklett a offert à des habitantes du quartier Polygone-Frébault un défilé Carnaval en triporteurs.

Nos carnavalières étaient ravies… Un grand merci aux pilotes !

Happy Syklett propose des balades en triporteurs à assistance électrique à destination des personnes à mobilité réduite, âgées ou handicapées.

Pour plus d’infos sur le collectif, cliquer ici.

Reportage photos au carnaval

Écoliers, associations et centres sociaux ont fait leur carnaval sous une météo clémente samedi 24 mars. La ville de Lorient en a vu de toutes les couleurs pour le grand plaisir du public venu nombreux saluer les carnavaliers qui ont préparé cette parade depuis plusieurs semaines…Le PLL a eu la chance d’inaugurer les triporteurs du collectif Syklett qui lançait samedi son projet Happy Syklett !

Le thème de cette édition 2018 était « Des goûts et des couleurs »

« On met les petits plats dans les grands, pour décliner un goût, une couleur…ou les deux à la fois ! Les goûts et les couleurs sont propres à chaque individu, et il faut accepter, voire cultiver, ces différences. Sucré, salé ou coloré, affichez vos goûts pour un Carnaval savoureux ! »

Par Nicolas

Scène ouverte Slam

Dans le cadre du Printemps de poètes, l’association PROPABAND et Sophonie Maignan, étudiante en L3 lettres modernes, proposaient une journée de slam et de poésie, samedi 9 mars 2018 à la librairie Au vent des mots à Lorient. Scène ouverte animée par Gérard Mendy aka « J’ai rarement dit »

Le thème de la journée était « J’écris parce que j’ai des choses à dire! »
A partir de 11h : Brumisations Slam, animées par l’association Propaband
14h-16h : Atelier Slam animé par Sophonie Maignan et Gérard Mendy
16h-18h30 : Scène ouverte Slam animée par Gérard Mendy et Slamuailes
Envie d’écrire, de lire un texte, de déclamer de la poésie, de partager vos écrits ? L’atelier et la scène s’offraient  à vous !

Quelques slams de la scène ouverte avec Fabien, Lautre, Yvonne, Slamuailes, Gérard et Sophonie

Sophonie Maignan nous raconte sa rencontre avec le slam et l’origine de cet atelier-scène ouverte :

« Je ne peux dire exactement à quand remonte mon histoire avec l’écriture. Du plus loin que je m’en souvienne, je me suis toujours réfugiée derrière les mots.

Avec le slam, cela a commencé dans l’année 2012 : Un soir, je vais assister à un spectacle à l’Institut Français à Haïti. A l’affiche, c’est marqué  « Concert-Slam ». Je ne savais pas du tout ce qu’était le slam, j’étais surtout attirée par le mot concert (je suis avant tout une  «mélomaniaque»). C’était, en fait, la restitution d’un atelier qu’il y avait eu avec des jeunes du Lycée Anténor Firmin.

Je m’installe dans le public et j’assiste à un défilé, sur scène, d’une pléiade de jeunes qui viennent dire des textes en s’appropriant les mots avec une virtuosité qui m’a tout de suite impressionnée. J’ai appris plus tard que cette façon extraordinaire de « dire », cela s’appelait Slam.

Quelque temps plus tard, l’Institut Français proposait un atelier de slam, animé par le Collectif Hors Jeu. Avec ma sœur Cynthia, on a décidé de s’y inscrire. Dans cet atelier, j’ai beaucoup appris sur l’histoire de ce mouvement qu’est le slam, sa naissance avec Marc Smith aux États-Unis et j’ai aussi découvert des slameurs venus d’horizons divers.

Après l’expérience de l’atelier, j’ai décidé de me lancer dans le slam et avec ma sœur Cynthia, nous avons crée notre collectif Les Dicos. Collectif avec lequel, mes expériences avec le slam se sont multipliées par divers prestations sur scènes.

Arrivée à Lorient pour la poursuite de mes études en Lettres, j’ai eu l’idée d’organiser un atelier de slam dans le cadre d’un stage que je faisais à la Librairie Au Vent des Mots. C’est ainsi que j’ai fait la connaissance du slameur Gérard Mendy, qui avait lui aussi un projet autour du slam, avec la librairie. Et c’est ainsi, que j’ai animé, avec sa collaboration, l’atelier de slam qui s’est tenu à Au Vent des Mots, le samedi 10 mars dernier. »

Par Nicolas

Ateliers Les Archives en 3 clics

Ateliers d’aide à la recherche sur la base de données en ligne des Archives de Lorient et la photothèque numérique

  • Vendredi 23 mars (report de l’atelier initialement prévu le 2 février) : la consultation des registres numérisés
  • Vendredi 30 mars (report de l’atelier initialement prévu le 9 février) : la recherche documentaire
  • Vendredi 6 avril (report de l’atelier initialement prévu le 16 février) : la recherche d’images

à 11h à l’Hôtel Gabriel, Pavillon Ouest, salle de lecture des Archives (1er étage)

Accéder à la la base de données en ligne sur http://avenioweb.lorient.fr

Cinéma « art et essai »

Créée en 1955 par des directeurs de salles et des critiques de cinéma, l’Association Française des Cinémas Art et d’Essai, qui a obtenu un statut officiel grâce à André Malraux et à l’engagement permanent de Jean Lescure, Président emblématique de l’AFCAE, fédère un réseau de cinémas de proximité indépendants et d’associations territoriales, implantés partout en France, des plus grandes villes aux zones rurales. Par leurs actions individuelles et collectives, ils participent au développement de la diversité cinématographique et à l’aménagement culturel et social du territoire.

Ces cinémas démontrent, quotidiennement, par leurs choix éditoriaux et la spécificité de leurs actions culturelles, que la salle demeure, non seulement le lieu essentiel de la découverte cinématographique, mais aussi un espace de convivialité, de partage et de réflexion, créateur de lien social, à investir et valoriser.

Le Cinéville à Lorient propose une programmation « Art et d’Essai » à 18h tous les jours et le dimanche à 11h30. Plus d’infos sur https://lorient.cineville.fr

Le Vulcain à Inzinzac-Lochrist propose des films classés Art et Essai, diffusés dans leur Version Originale. Les séances ont généralement lieu :

  • le jeudi à 20h30
  • le dimanche à 16h30 et 20h30
  • et le lundi à 20h30.

Programmation sur http://cinemalevulcain.com/

Fête du court métrage 2018

La Fête du court métrage expose la magie du court au plus grand nombre. Cinéphiles ou néophytes, jeunes publics, familles et passionnés : elle permet à tous de découvrir le court métrage au travers de projections partout en France et aussi à l’international. Nous vous proposons de visiter le webmédia culturel KuB, pour visionner des films courts :

https://www.kubweb.media/theme/collections/films-courts/

Bonnes projections !

 

Oscar Yana au Faouëdic

Le 23 mars à 18h30, Oscar Yana, vous invite au vernissage de son exposition « Sueños y Paso a paso » (Rêves pas à pas) à la galerie du Faouëdic à Lorient.

Découvrez son travail sur le site, encore en construction, réalisé à l’espace multimédia : https://oscaryana.weebly.com

Oscar est un habitant du quartier et a en projet, avec le collectif habitants, de réaliser une fresque sur le blockhaus près de la boulangerie…Deux visites guidées privées de son exposition seront organisées les mercredi 11 et jeudi 12 avril, renseignement au centre social du Polygone.

Un reportage photo de Mikhael Brun à l’Atelier du Bout du Monde où travaille Oscar Yana :

Plus de photos sur le site de Mikhael Brun

« Artiste plasticien et musicien, Oscar Yana a vécu jusqu’à ses 22 ans entre la Bolivie et le Pérou, sur les hauts plateaux andins. Il part ensuite en Espagne et vit désormais en France.
A travers ses créations, Oscar Yana nous parle d’histoire et de son histoire. Son œuvre tout entière s’inscrit dans un va-et-vient entre modernité et tradition. Puisant son inspiration dans les figurines et motifs picturaux des cultures andines méconnues de Nazca (IIIe- VIe siècle) et de Tiahuanaco (IIIe – Xe siècle) il les transfigure par des techniques artistiques occidentales, tout en préservant l’absence de perspective caractéristique des œuvres ancestrales.
Curieux, ouvert au monde, à tous les mondes, Oscar Yana nous renvoie à travers son œuvre foisonnante à la question de nos origines, de notre identité.

Au fil du temps il affirme une écriture très personnelle, brouillant subtilement les codes d’une lecture purement exotique de son œuvre. L’accueil de cet artiste singulier à la galerie du Faouëdic est une belle opportunité pour mettre en lumière toutes les facettes de son travail : peinture en grand format, art postal, sculpture, gravure…
Dans une scénographie spécialement conçue pour le lieu seront présentées aux côtés des œuvres de l’artiste des productions d’élèves de 4ème du collège Jean Le Coutaller à Lorient, fruit d’une résidence d’Oscar Yana dans l’établissement de novembre à décembre 2017. » Source

Peinture, gravure, volume, installation Scénographie : Matthieu Bouland

 

Le concours « Filme ton quartier »

FILME TON QUARTIER est un concours de documentaires courts (3min30 maximum) proposé par France 3, Les Nouvelles écritures de France Télévisions et la Fondation France Télévisions.

Le thème de cette édition
« La rencontre »

Jury
Il sera présidé par Alice Diop, documentariste.

Le pitch
Filme ton quartier, ta rue, ton village, ta ville et compose un fragment de la France dans sa diversité. Pour sa 3ème édition Filme ton quartier te propose la thématique de LA RENCONTRE. Filme autour de toi, dans ton intimité,  ton entourage.  Fais  le récit de ce que nous ne vivons pas. Sois le haut-parleur de ceux qui n’en ont pas avec ce film de moins de 3 minutes 30 ose toutes les formes de récit, sois audacieux, invente une forme, bouscule les codes du documentaire ou adopte-les mais surtout sens toi libre !

Durée des films
3 minutes 30 maximum

Cible
Concours ouvert à tous : amateurs et professionnels.

Pour participer

  • Avoir au moins 16 ans
  • Résider en France métropolitaine et DOM COM
  • Poster son film sur son compte Youtube
  • Aller sur le site www.filmetonquartier.fr pour renseigner le formulaire d’inscription et indiquer l’url de sa vidéo sur Youtube.

> Téléchargez le règlement 2018 : PDF icon reglement_du_concours_filme_ton_quartier.pdf

Le calendrier

  • Lancement : le 26 février
  • Participation : 6 mois jusqu’au 12 septembre.
  • Proclamation des résultats : le 15 octobre

Les dotations

  • 10 gagnants : les 10 films lauréats sont diffusés sur France 3, les auteurs reçoivent 3.000 euros chacun.
  • + Le grand prix gagne en plus, une bourse d’aide à l’écriture d’un montant total de 7.000 euros.
  • + 1 prix spécial Fondation France Télévisions : Dotation de 7.000 euros + caméra d’une valeur de 1.300 euros.
  • + 1 prix spécial Nouvelles Écritures : une convention d’écriture d’un montant de 3.000 euros.