Le journal poétique de Maud

L’enfer

Dans sa main sombre et incertaine, je me sens seule, abandonnée et en peine, mes pensées son lourdes comme des chaînes qui m’entravent vers des abîmes sans fin.

Je me sens comme une ombre d’hier, à la recherche d’un rayon de lumière. Même le soleil le plus brillant ne peut percer les nuages qui m’envahissent toujours.

Je me bats contre des démons invincibles qui fatiguent vers le bas, je me sens défaillir comme un petit feu qui s’éteint et  personne pour le raviver

Je voudrais crier au monde entier que je ne vais pas bien, que je suis épuisée mais mes lèvres restant closes comme figées, et mon cœur se brise en silence à jamais

Pourtant, quelque part au fond de moi une petite flamme continue de briller, elle me rappelle que je suis forte et que je peux vaincre les ténèbres qui m’assaillent, les nuages qui m’oppressent,

Je ne suis pas seule même si je le crois, il y a des gens qui m’aiment et qui veulent mon bien. Je vais trouver la force de me relever et de lutter contre mes démons.

Je vais affronter chaque jour, chaque instant avec courage et détermination, je vais me battre pour retrouver ma liberté et pour être heureuse sans entrave sans limite.

Février 2024

J’en peux plus de tout ce stress quotidien,

 

Cette anxiété qui me ronge.

Chaque journée est un marathon épuisant,

Avec des pensées qui tournent en boucle dans ma tête.

 

Parfois, j’ai l’impression de porter le poids du monde sur mes épaules,

Je voudrais tellement que la vie soit plus légère,

Une plume portée par le vent.

 

J’aimerais me libérer de cette pression constante qui serre mon cœur,

Parfois, je me sens perdu dans un labyrinthe,

Cherchant désespérément la sortie vers la sérénité.

 

Il y a des jours où je rêve de pouvoir simplement m’asseoir au bord de l’océan,

Et laisser mes pensées s’envoler avec les vagues.

J’imagine le bruit apaisant de l’eau effaçant peu à peu les soucis qui m’entourent,

J’aimerais pouvoir respirer profondément sans que le poids du monde ne repose sur moi.

 

Alors je me raccroche à des petits bonheurs comme des étoiles dans la nuit,

Peut-être que la vie n’est pas une course effrénée, Mais plutôt un voyage parsemé d’émotions.

 

Apprenons à danser avec les imprévus,

Plutôt que de lutter contre eux.

 

 

Février 2024

 

 

Inspiration du poème Pour les femmes battues de Ghislaine Coudert

________________________________

Il me frappait souvent mais je ne disais rien
Je pensais même parfois que c’était pour mon bien
Je dévoilais à tout le monde mon chagrin
Je souffrais beaucoup mais je me plains jamais

Je cachais mes bleus et retenais mes larmes
Lui il n’était pas prêt à déposer les armes
Il lui fallait quelqu’un sur qui se défouler
Quand il était en manque de violence et bien trop énervé

Je prenais des coups et ne répondais pas
Mais pensais bien ne plus pouvoir tolérer ça
Pourtant je stressais comme hypnotisée
Par ces hommes que j’avais aimé

Un coup mal envoyé me marqua à la face
Je ne pu cacher ces trop voyantes traces
Alors je suis allée tout droit à la police
Et mis enfin un terme à mon cauchemar

Très vite, il fut emmené menotte aux poignets
Jamais il n’avait pensé que ça pourrait lui arriver
Et il eu beau pleurer, parler et supplier
J’en avais trop supporté et dû m’en aller

Si toutes les femmes battues, pouvaient se décider
A dénoncer leurs tortionnaires, combien seraient sauvées,
Combien ne seraient plus des condamnées à mort
Et combien pourraient être maîtres de leur sort.

__________________________________

Comment me reconstruire après des violences conjugales ?

https://www.torah-box.com/femmes/coaching/comment-me-reconstruire-apres-des-violences-conjugales_13979.html

Pour info :

La Ville de Lorient s’est engagée aux côtés du Département du Morbihan, des communes de Lorient Agglomération, des services de l’État et de la Caisse d’allocations familiales (CAF) du Morbihan pour soutenir la création de L’écoutille, un lieu d’accueil et d’accompagnement des victimes de violences sexuelles et sexistes. Il est géré par le centre d’information sur les droits des femmes et des familles (CIDFF) qui oeuvre en faveur des femmes victimes de violences depuis de nombreuses années.

Objectif : favoriser l’accès aux droits par l’accueil, l’écoute et l’information gratuite. Au troisième étage du Foyer d’Armor (sur rendez-vous au 02 97 63 52 36), le public dispose donc désormais d’un point d’accueil et de ressources : droit, habitat, santé, emploi, citoyenneté, insertion.

L’écoutille, 21 rue Jules Le Grand, sur rendez-vous au 02 97 63 52 36

Mardi, de 12h à 19h
Mercredi, de 10h à 13h
Jeudi, de 13h à 19h30
Samedi, de 9h à 12h

La prison

Etre dans une prison, c’est être l’ombre de soi-même.

Des détenues qui font peur, un regard qui attend que tu fasses une bêtise pour te mettre au placard, des prisonnières qui attendent de te poignarder, des nuits cauchemardesques, des jours qui ne finissent jamais…Je prie que la lumière vienne me libérer du cauchemar…

J’ai l’espoir qu’un jour mes cauchemars soient des rêves, que mes peurs s’envolent, que les jours finissent enfin, que les couteaux se transforment en rose, que le regard des gardiens ne fassent plus peur…

J’espère un jour que la lumière nous montrera le chemin à suivre !

Janvier 2024

 

La violence faîte aux femmes

Les femme aujourd’hui ne sont plut en sécurité. On se maquille c’est vulgaire, on s’habille c’est sexy…On n’a plus le droit de marcher dans la rue, prendre un train ou un bus par peur de se faire draguer ou violer. Et comme si c’était de votre faute, à la police, les dossiers sont classés sans suite Et si c’est de votre faute.

Tout ça parce qu’on donne le pouvoir aux hommes, que les femmes sont soumises, le non n’explique plus, quand notre parole sera prise en compte, quand n’aurons nous plus peur des hommes ?

Si vous en êtes victime, parlez en autour de vous, appelez le 3919 ou envoyez un SMS au 114, cela vous rendra plus forte et plus courageuse !

L’Ecoutille, un lieu dédié aux victimes de violences conjugales et intrafamiliales, plus d’infos en cliquant ici

Jannvier 2024

 

 

 

Le centre social  du Polygone

 

Une poésie pour remercier le centre social de m’aider à m’évader du quotidien :

 

Si vous avez envie de vous exprimer venez avec Nicolas le mardi de 15h à 17h

Sur le journal du quartier vous pourrez comme moi partager vos idées

 

Si vous êtes créatifs, venez avec Delphine le mercredi de 14h00 à 16h30

L’atelier « Tous ensemble » nous offre l’occasion de décorer notre quartier

 

Si vous êtes parents venez avec Mélanie et Clara le vendredi de 9h30a 12h30

Des petits moments de partage entre parents autour d’un café ou d’un thé

 

Si vous aimer les jeux de société venez avec Delphine et Clara le vendredi de 14h à 18h

La ludothèque vous ouvre ses portes pour jouer des parties en toute amitié

 

Le centre social  m’aide à m’épanouir dans mon quotidien, merci à vous !

 

Décembre 2023

 

 

Je vous partage un texte anonyme trouvé sur le web qui me parle et vous ?

 

Je suis à bout

Les émotions m’écrasent

La fatigue me pèse et chaque pas semble devenir une lutte

C’est comme si le poids du monde reposait sur mes épaules et je lutte pour garder la tête hors de l’eau

Les sourires sont devenus rares et même les petites choses qui me faisaient plaisir autrefois semblent avoir perdu leur éclat

La vie semble être devenue une série d’obstacles à surmonter et j’ai du mal à voir la lumière au bout du tunnel

Pourtant au milieu de cette fatigue et de cette lutte, je trouve encore des raisons d’espérer

Je sais que je ne suis pas seule dans cette lutte, que beaucoup partagent des moments similaires

Peut-être qu’en reconnaissant sans cette vulnérabilité je pourrais trouver la force de continuer

Je suis à bout c’est vrai mais je choisis de me rappeler que même dans les moments les plus sombres il y a une lueur d’espoir

Une lueur qui me rappelle que je suis plus forte que je ne le pense et que chaque jour est une nouvelle chance de reprendre mon souffle.

 

Je lis un livre du poète rappeur Kery James, Le poète noir, sorti en 2022. Ses textes m’aident à mieux comprendre notre temps. Ce texte me donne de l’espoir, je le partage avec vous pour vous apaiser en cette période difficile…

 

Courage
L’orage
La grisaille
Les cisaille
Il est naturel d’avoir peur, de là naît le courage
Comment rêver en couleur quand l’futur n’annonce que l’orage
Le bonheur que l’on bricole disparaît dans la grisaille
Que nos espoirs s’isolent de la folie qui les cisaille
Ensanglantées d’amertume, des journées de ténèbres
Aux aurores teintées de brumes, exhume des rancunes funèbres
Une chorale de sanglots, chantonne nos afflictions
Transporte nos fardeaux, fredonne nos désolations
La haine nous fait du pied, nous propose une danse
Mortelle et rythmée, au tempo de nos vengeances
Si les rêves de paix, sommeillent certainement en chacun
On peut perdre son humanité dans un labyrinthe de chagrin
Comment raisonner, face aux soldats de la démence
La peur nous fera prisonnier des ennemis de la clémence
Architectes de la destruction, maçons de l’horreur
Cultivateurs d’abomination, qui confondent beauté et laideur
Mémoire et aigreur, désir de justice et fureur
Tirent sur la foule des balles aussi aveugles que leur cœur
Plongés dans l’excès, noyés dans la vanité
Les plus ignorants se croient l’élite de l’humanité
Les folies de la colère, nous révèlent à nous-même
On n’sait c’que l’on tolère, qu’une fois face à l’extrême
Un seul tonnerre de violence, assourdit nos beaux discours
Et nous v’là prêt à jeter la France dans la guerre civile d’Eric Zemmour
C’est le jeu de la division, du commerce, de la terreur
Comment faire sombrer la Nation dans la déraison puis l’horreur
Des chefs d’orchestres sordides, instrumentalisent nos peines
De piètres cupides qui détestent plus qu’ils n’aiment
Ceux qui désirent l’affrontement, souvent ignorent sa réalité
Leur arrogance n’a d’égal que leur lâcheté
Ils soufflent sur des braises, planqués dans leur confort
Nous chantent la Marseillaise tant que la mort reste inodoreIls pensent la guerre, mais ne porteront jamais le treillis
Quand on manquera de cimetières, ils fuiront le pays
Le laissant livré à lui-même, à feu et à sang
Derrière les couleurs du drapeau se cachent ces ennemis de la Nation
Semeurs de troubles, fourbes, névrosés
Cracheurs de venin au cœur sclérosé
Racistes décomplexés qui conceptualisent la haine
Mais même les Nazis, avaient leurs propres intellectuels
Tirons des leçons du passé, y a même pas 100 ans l’impensable est devenu vérité
Leurs paroles mettent des mots sur ce que leur cœur souhaite en secret
Ils n’se sentiront apaisés que lorsque les musulmans seront traqués
Lorsque les musulmans seront brusqués, persécutés pour leurs choix
Lorsque les musulmans seront parqués, exécutés pour leur foi
Ils veulent nous plonger, dans une guerre totale sans lendemain
En cela les terroristes et eux, poursuivent le même dessein
À bout d’souffle, la France est en apnée
Maintenant on s’rend compte à quel point précieuse est la paix
Faut-il perdre un bienfait pour en apprécier la valeur?
Faut-il s’approcher du feu pour en constater la chaleur?
Dans c’monde globalisé, Bagdad n’est plus si loin
Et nous n’avons qu’effleuré, l’horreur de leur quotidien
Brutal est le réveil, de nos années d’insouciance
Combien de peuples s’éveillent, chaque jour sous l’état d’urgence
Emplis de compassion, quand la terreur nous assiège
On a d’autres préoccupations, que de jouir de nos privilèges
De la Libye à la Syrie, ils reproduisent les mêmes erreurs
Leur politique extérieure nous fait saigner de l’intérieur
Expansion guerrière, à peine maquillée
Ambitions pécuniaires, sous couvert d’humanité
Condamnations arbitraires puis silences injustifiés
Utilisation vulgaire du concept de liberté
Pour la survie des vôtres, est-c’que la mort des autres est vitale?
Des frappes chirurgicales, ah bon? Sur un hôpital?
Comment condamner ici, tout en finançant là-bas?
Nous sommes otages de vos jeux de pouvoirs que vous faites passer pour des combats
Du sang sur les mains, du pétrole dans la rétine
Les prétendus droits humains, chaque jours ils les piétinent
Soutiennent ceux qui les combattent, combattent ceux qu’ils soutiennent
Démagogues bureaucrates, politique schizophrène (schizophrène)La haine nous colle comme une ombre
Depuis qu’les faucons tirent sur les colombes
J’essaie encore de me montrer aimant
Un sain d’esprit gouverné par des déments
On n’a plus pied dans cette mer de sang
Nos désirs de paix nagent à contre-courant
La pluie a beau tomber sur les cœurs asséchés
On voit rarement fleurir les rochers
La paix n’est qu’un cessez l’feu
Car certains rient de c’qui nous émeut
Pendant qu’les fous tailladent des innocents
Je m’évade dans le sourire d’un enfant
Chacune de nos nuits attend son soleil
Faut-il que l’on meure pour quitter le sommeil
On n’a plus l’choix et il me semble
On doit vivre ou mourir ensemble

Novembre 2023

Extrait de Naruto, un texte qui m’évoque la situation actuelle avec toutes ces guerres…

« Nous sommes tous égaux devant la douleur provogqées par la perte d’êtres chers.
Tous les deux nous avons connu cette douleur atroce.
Tu te bats pour ta vision de la justice et moi je me bats pour la mienne.
Nous sommes des hommes tout à fait ordinaires mus par une soif de vengeance que nous avons rebaptisé justice.
Mais en décrétant que sa vengeance est un combat pour la justice, on ne fait qu’engendrer d’autres soifs de vengeance.
C’est alors que se dessine le cercle de la haine. Ce que nous vivons en ce moment en est une manifestation
Nous connaissons le passé et nous pouvons pressentir l’avenir.
Et c’est ainsi que s’écrit l’histoire, aussi sommes nous obligés d’accepter l’idée que les hommes ne sauront jamais se comprendre et s’entendre »

Pour ceux qui veulent découvrir la série manga Naruto :

https://www.youtube.com/@narutoofficiel9201

Novembre 2023

Un jour de paix

Je vous partage ce texte du groupe 113 avec Black Rénégat en invité :

Si la paix pouvait embrasser ce monde juste un jour,Une trêve, une pause pour que l’on sache après quoi on courtSait-on encore c’que signifie l’amour?J’ai bien peur que non, Dieu nous le montre tous les joursLa planète tourne à l’envers, ça m’fait peur,Voyez vous les flammes de l’enfer frères et sœursNe lui vendez pas vos âmes
J’aimerai dire qu’les clés du bonheur s’trouvent pas dans les billets d’banqueVoir tous ces gens libérés d’la peur qui les hanteQui aiment la vie mais celle-ci leur a fait un baiser mortelQuelques rimes que tu peux comparer aux larmes du soleilUn jour de paix, tant qu’y’aura des hommes et des femmes qui s’aimentMon cœur c’est pas une télécommandeNous on veut tous une femme présente, même dans la tourmenteChacun regagne son domicile, comme les tranchéesTa couleur de peau peut faire de toi un étrangerTu trouves ça normal ? Moi j’me sens chez moi n’importe oùCitoyen du monde avec peu d’moyens mais libre au moins,Au fond d’moi j’ai du mal à comprendre,Quand j’vois ces mômes mal vêtus, mal nourris, victimes de maltraitances,Vitry, mon cadre de vie rongé par l’trafic d’l’amour au compte goutteComme les aides humanitaires pour l’AfriqueAu cœur d’l’incendie, suffit pas d’s’lever du bon pied,Traverse les flammes courageux et brave comme un pompier
Si la paix pouvait embrasser ce monde juste un jour,Une trêve, une pause pour que l’on sache après quoi on courtSait-on encore c’que signifie l’amour?J’ai bien peur que non, Dieux nous le montrent tous les joursLa planète tourne à l’envers, ça m’fait peur,Voyez vous les flammes de l’enfer frères et sœursNe lui vendez pas vos âmes
Comment rester insensible?La violence déborde, changer l’attitude de l’être humain est-ce possible ?Comment rester insensible?Une vie minable dans un quartier minable mais pour la peine tant qu’c’est possibleBlacko:En tant que rasta man, je mène mon combatJe l’appelle l’amour mais pour le diable j’ai des coups de ton-baJ’lâcherai pas l’affaire, non je ne baisserai pas les brasJ’y croirai dur comme fer même quand mon cœur s’arrêteraUn jour de paix pour nos fils,Un jour de paix pour nos filles,Un jour sans que tout parte en vrille,Un jour sans pleurs, sans haine, sans peur, sans peinesUn jour où tombe Babylone system
J’suis un être humain comme tout l’mondeJ’m’arrête aux choses sensibles,Tu sais que même avec le temps les plus rebelles s’assagissentJ’veux voir d’la joie au lieu d’la haine dans les yeux des gensJ’ai d’la peine quand j’regarde les infos, et vois c’qui s’passe sur notre continentJ’vis là où les jours s’confondent avec la nuit,Là où aussi on laisse peu d’chances aux plus démunis,Aux orphelins qui retrouvent l’amour dans un foyer secondaire,Dès leur enfance, bercés par la colère d’un pèreToutes nos valeurs sont écoulées dans les unesUne violence urbaine au milieu des nôtresRêve d’une terre sans discriminations, sans conflits,Tend la main à ceux dans la solitudeComme ce p’tit paralysé sur un lit, qu’on voit qu’le bonheur ce second souffleY’a des gens qui souffrent, et qui font pas semblantPour tous les pays en guerre, j’agite le drapeau blancBaissez les armes, séchez vos larmes pour un jour de paix c’est maintenant
Si la paix pouvait embrasser ce monde juste un jour,Une trêve, une pause pour que l’on sache après quoi on courtSait-on encore c’que signifie l’amour?J’ai bien peur que non, Dieux nous le montrent tous les joursLa planète tourne à l’envers, ça m’fait peur,Voyez vous les flammes de l’enfer frères et sœursNe lui vendez pas vos âmes.
Comment rester insensible?La violence déborde, changer l’attitude de l’être humain est-ce possible?Comment rester insensible?Une vie minable dans un quartier minable mais pour la peine tant qu’c’est possible

 

Novembre 2023

Halte au harcèlement

 

Pourquoi tellement de méchanceté ?

Rien ne peut faire aussi mal que le harcèlement à l’école

Je n’en peux plus de ces insultes

Je lance un appel contre tous ces actes

Harcelée de la 6ème à la terminale

J’aimerais tout simplement que cela s’arrête

Je souffre de ces violences physiques et verbales

Impression d’être l’enfant que l’on veut exterminer

Je n’en peux plus de cette angoisse

Avoir ce poids sur mes épaules

Dans la cour ou même en classe

Je ne sais plus comment faire pour que cela s’arrête

 

Octobre 2023

Sensibilité

Gustave Flaubert disait :

« Je suis doué d’une sensibilité absurde

Ce qui érafle les autres me déchire »

C’est exactement ça ce que je ressens

Cette espèce de bouillonnement intérieur

Toutes ces émotions, ces pensées qui ne me quittent pas une seule seconde

C’est cette sensibilité qui me fait pleurer souvent

En lisant une phrase, en entendant un rire

Mais aussi m’effondrer pour une parole

Au quotidien, je me sens toujours en décalage

J’ai l’impression de ne pas vivre dans le même monde que les autres

Parce que mon monde à moi est sans nuance

Rien n’est gris, la demi mesure n’existe pas

Tout est fort, extrême, me renverse le coeur

Me déchire en deux sensibilités, me transforme en éponge

Mes émotions me rendent vulnérables

Parce que je ressens tout ce qui m’entoure

Je sais voir ce que l’on ne voit pas ou que l’on ne veut pas voir

Je ressens l’autre, je ressens ses émotions

Comme si je les vivais pour lui, avec lui

j’analyse et j’interprète tout ce qui m’entoure

Je voudrais tout comprendre, tout contrôler

Je voudrais ne créer aucune vague

Alors que je vis dans une tempête

 

Octobre 2023

 

Le harcèlement

Aujourd’hui en France, environ un enfant sur dix serait victime de harcèlement à l’école. Parmi ces victimes 61 % auraient des penchants suicidaires. Le harcèlement est donc un problème majeur qui nous concerne tous aujourd’hui.

Qu’est ce que le harcèlement ?

C’est une forme de violence répétée qui peut être verbale, physique ou psychologique.

Il peut avoir de graves conséquences sur la personne harcelée : décrochage scolaire, voire déscolarisation.
(il représenterait 25 % de l’absentéisme des collégiens et lycéens), désocialisation,anxiété, dépression ,maux de tête,
conduite autodestructrice voire suicidaire Ses conséquence ne s’arrêtent par forcément à la fin de la scolarité durant l’âge adulte.

Quelles sont les différentes formes de harcelement ?

Harcèlement physique qui se caractérise le plus souvent des coups, des bousculades, des pincements, des tirage de cheveux, des vols, des rackets, des dégradations de matériel, des violences à connotations sexuelles (voyeurisme aux toilettes), baisers forcés, gestes déplacés et enfin des jeux dangereux effectués sous la contrainte.

Septembre 2023

 

La France va mal

ça brûle, ça crame
le peuple n’est pas entendu
donc aujourd’hui il sort les armes

le dialogue est rompu plus personne n’y croit
les casseurs son violents, pas plus qu’un 49.3
les violeurs et pédophiles restent dehors
les refus d’obtempérer prennent la peine de mort

gilet jaune réformes des retraites et maintenant ça
3 révoltes en peu de temps
mais ils ne comprennent toujours pas

brûler des voitures pour être vu
tirer au mortier pour être entendu
c’est triste d’en arriver là

mais est ce que la violence c’est mauvais
quand toutes les autres voix ne fonctionnent pas
dans le pays de la liberté on ne nous laisse même plus le choix

Aujourd’hui les cités de France pleurent
donc elles allument des feux et c’est réel.

Juillet 2023

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *