Les délires de papi Luc

Quelques dessins réalisés avec Tux Paint à l’espace multimédia…Sans titres…

Septembre

Octobre

 

 

 

Mektoub, le court-métrage

« Djilany, 18 ans, est fatigué de son quartier. Il apprend un jour qu’il est pris dans une école de cinéma à Alger, ville de ses origines qu’il n’a jamais connue ».

Ce court métrage est né au mois de mars 2021 d’une envie de Djilany Le Corre, Jeune du quartier de Kervénanec à Lorient. Il souhaitait parler de son quartier, de ses forces, de ses faiblesses, de ses cultures. Accompagné dans la structuration et les différentes étapes par Awen Mallard et Gorgui Ndione, tous deux animateurs à La Maison Pour Tous de Kervénanec, l’envie personnelle est vite devenue un projet collectif. Plusieurs jeunes se sont investi.e.s (dans l’écriture, la prise son, l’acting ou encore le regard critique) et les personnes du quartier ont répondu présents en accompagnant ce projet avec chacun.e.s leurs compétences spécifiques.

Un énorme merci à toutes les personnes du quartier, à la Maison pour tous et également à J’ai vu un documentaire qui ont permis à ce projet de voir le jour.

Réalisateur :
Evin Léo

Assistant réalisateur :
Malo Eveno

Acteurs :
Djilany Le Corre, Berat Tastan, Cem Vural, Enrique Morgant, Oktay Sungurtekin, Ozan Halep, Yusuf Ali Kahraman, Yusuf Kahraman, Elio Iliès Poli, Yowa Bambou, Maxime Rochereau, Gorgui Ndione, Salima Larisse, Salomé Davenel, Ronny Larisse, Florence Roméo, Dominica Hervella Perez, Utku Kaba, Jawad Kebabi, Elles Hidane, Baran Tastan, Hasan Kahraman, Ylmaz Demir

Scénario :
Djilany Le Corre, Julien Scheidle, Awen Mallard, Léo Evin, Berat Tastan, Cem Vural

Prises sons :
Gorgui Ndione, Malo Eveno, Yusuf Ali Kahraman, Cem Vural, Awen Mallard, Mohamed Demir

Musique originale :
Perrine Maisonneuve

Production :
Maison pour tous de Kervénanec
J’ai vu un documentaire

Le graffiti à Lorient vu par Maxime

Je me passionne pour le graffiti  depuis la visite de la galerie éphémère Wood street organisée par le collectif Diaspora Crew à Lorient en décembre 2020.

Je partagerai toutes les semaines sur mon journal mes photos, des entretiens avec des artistes ou  mes créations sur ordinateur…

Bonne visite !

Maxime

Décembre 2020, visite du musée éphémère organisée par le Diaspora crew (plus  d’infos)

Septembre 2021 à l’université, rencontre avec des artistes chiliens (Giova et Jotape), une artiste espagnole (Aleixa), une conférence avec Violaine Pondard et Ezra et première expérience au pinceau et à la bombe ! (plus d’infos)

Septembre 2021, dessin par ordinateur à l’espace multimédia, à la manière des peintures de Sébastien Coeffic

Octobre 2021, Rencontre avec Jstick et Ezql du Bass’tart Crew. Lire l’entretien et voir l’expo virtuelle

A suivre, un reportage photo à Vannes…

Dérives photographiques au pays de Lorient

Le premier week-end des 24e rencontres photographiques de Lorient est passé, avec  son vernissage, la site des expositions avec un déplacement en bus et le repas en commun ponctués de commentaires avisés des artistes.

La présentation par les artistes de leurs expositions respectives dans les différentes galeries d’art de l’ agglomération lorientaise est le plus de ce 1er week-end !  Les visiteurs, par leurs opinions éclairées et leurs questions marquant leur curiosité envers les sujets, sont ainsi  ravis d’y avoir modestement participé par leur présence !

Pour se rendre aux différentes visites commentées, ateliers, conférences et projections, connectez vous sur www.galerielelieu.com

Les artistes présents à cette 24ème édition :

Gilbert Garcin est né en 1926, décédé le 17 avril 2020 : www.galeriecameraobscura.fr

Antoine Vincens de Tapol né en 1978 : www.antoine-de-tapol.com

Marion Chombart de Lauweest née en 1978 : www.mcdl.net

Baptiste chauloux est né en 1992 : www.instagram.com/bptstchlx/?hl=fr

Elsa Leydier est née en 1988 : www.elsaleydier.com

Eric Vassal est né en 1961: https://ericvassal.wixsite.com/plasticien/bio

Shinji Nagabe est né en 1975 : www.shinjinagabe.com

Marilia Destot est née en 1977: www.mariliadestot.com

Leslie Moquin est née en 1986: www.lesliemoquin.com

Léa Habourdin est née en 1985: www.leahabourdin.com

Christophe Beauregard est né en 1966 : www.christophe-beauregard.com

Poésies – Champs urbains

Par Yvonne Meunier

Demandez mes livres  dans les médiathèques municipales de Lorient et de nombreuses autres villes bretonnes : poésie pour enfants, poésie pour adultes, nouvelles…

 

Ma chère Bretagne

 

Elle est célèbre, la Toscane

Au ciel éternellement bleu ;

Mais je préfère ma Bretagne

En gris, en vert, en camaïeu.

 

Ici, pas d’hiver sibérien,

D’été méditerranéen :

Nos saisons, presque tout le temps,

Sont des variantes de printemps.

 

C’est vrai, le climat est pluvieux,

Mais nos prés, nos bois sont si verts !

Le crachin sur les chemins creux,

C’est la jouvence de la terre.

 

Quand soufflent nos vents nuageux,

Le mer prend les couleurs des cieux :

Des zones grises, noires, mauves

Sur fond bleu ou émeraude.

 

Quand se déchaîne la tempête,

Ciel et mer sont noir anthracite.

La mer bave blanc, sale bête

Aux terribles crocs de granite.

 

D’autres sont partis à Paris,

Ville-lumière où tout se gagne ;

Mais beaucoup reviendront ici

Car leur lumière est en Bretagne.

 

Le 8/10/21

 

 

Trois haîku pour La Lorientaise

 

Rivières de lait

Au pays des mamelons

Et des nourrissons…

 

Courir au travail,

Courir après son bambin,

Courir pour les seins…

 

Sans cheveux comme un bébé ?

Ils repousseront

Et je guérirai !

Le 1/10/21

3 haikus « hôpitaux par temps de Covid19 »

 

Boyaux déserts au néon :

Couloirs d’hôpital

Par temps de Covid

 

La Covid19

A vidé les hôpitaux

De leurs bénévoles

 

Ton âme a fui tes boyaux

Hôpital

Par temps de Covid19

 

Le 7/05/21

 

4 haikus nocturnes

 

Chaque nuit,

Vu de la même fenêtre,

Un ciel différent

 

Etoiles d’hiver

Silence immense

Air froid sur mes joues…

 

Pleine lune lisse

Et sans vent

Sur l’horizon de la mer

 

Disque blanc à l’est,

Disque rouge à l’ouest :

Soir de pleine lune en mars

 

Le 1/04/21

 

3 haikus hors-saison

 

Voir grandir

Les enfants de ses enfants

D’automne à été

 

Dix mille oiseaux pris

Dans le mazout gris

Mais plus un seul cri

 

Nature en été,

Culture en hiver :

Climat tempéré.

 

Le 5/3/21

 

3 haïkus « Prévention Covid »

 

Couvre-feu anti-Covid

« Mais vous resterez dormir ! »

– La Covid aussi !

 

Contre la Covid,

Point ne sert de couvre-feu

Si l’on ne dort pas chez soi !

 

Non, non, chers voisins :

Pas d’invitation

Avant les vaccins Covid !

 

4 haïkus « Nuit de janvier 2021»

 

« Couvre-feu » Covid :

-On peut contenter la nuit

Par la fenêtre !

 

Froid vif de janvier :

Nuit cloutée d’étoiles

Lustrées aux vents

 

Constellations de janvier :

Clous des pures nuits,

Lustrés de vents froids

 

Nuits du Capricorne :

Etoiles resplendissant,

Bijoux en rivière

 

Le 4/02/21

 

Trois haïkus « Pleine lune sur étang »

 

O pleine lune d’argent,

Reflet sur l’étang

Immobile et froid

 

Barque sur l’étang,

Amoureux des nuits d’été

Sous la pleine lune

 

Femme enceinte

Regardant la pleine lune

Et son reflet sur l’étang

 

Le 30/11/20

 

Trois haïkus « Masques covid19 »

 

Masques décorées :

L’Homme adapte sa culture

Au Covid19

 

Le bébé d’un an,

Malgré mon masque Covid

Comprend mon sourire

 

Passant dans les rues,

Le Covid masque vos bouches

Mais vos yeux sourient

 

Le 17/11/20

 

Trois haïkus

 

Soleil d’or

Comme les feuilles d’octobre

Et les têtes d’écoliers

 

Voir grandir

Les enfants de ses voisins

Et les arbres du quartier

 

Oh lune mouillée

Bogue aux piquants incertains

En brouillard d’automne

 

Le 9/10/20

 

Marseillaise anti-covid

 

Allons enfants de la Planète

La pandémie est arrivée

Contre nous, la terrible bête,

Le virus méchant s’est levé

Bis

 

On n’entend rien, on ne voit rien,

Pourtant, la covid, elle est là,

Elle vient jusque dans nos bras

Attaqué nos amis, nos familles

 

Aux masques citoyens !

Lavez-vous bien les mains !

Sortons, rentrons,

Mais respectons les bonnes distanciations !

 

Le 13/7/20

 

4 haïkus sur le covid19

 

Privés de nature,

De jardins publics, d’école

Oh covid19 !

 

Il est si petit

Et pourtant si malfaisant,

Le covid19 !

 

Dehors le covid,

Dedans les murs se resserrent

Sur des cris d’enfants…

 

Le 9/5/20

 

Haïku

 

Faucille rousse

Dans la nuit au froid coupant

Sur les cultures

 

Nous allons réussir

 

Nous allons réussir

Nous allons réussir

Ensemble

Unissant nos efforts

La barque nous la mènerons au port

Nous allons réussir

Nous allons réussir

 

Le 27/3/20

 

Trois haïkus « musique »

 

Musiques de Bach :

Structures de l’Univers,

Fractales du Temps

 

L’aigü d’un bagad :

Plonger nu dans l’eau glacée

– Le souffle coupé

 

Culture à vaches :

Chaque jour une heure ou deux,

Mozart à l’étable

 

Mer en tempête (petit canon à quatre voix)

 

Mer en tempête,

Nef qui plonge,

Et remonte

Vers les crêtes de la

Mer en tempête (etc)

 

Trois haïkus « montagne en hiver »

 

Montagne en hiver

Neige sur les sapins verts

Cerveaux aérés

 

Randonnée à skis

Silence des sapins blancs

Cerveau ressourcé

 

Randonnée à skis

On passe le col

– Oh vallée sous le soleil !

 

Le 24/02/2020

 

Trois haïkus « brume de mer »

 

Son haleine épaisse

Cache ses crocs de granite :

Mer en brume.

 

Entendre sans voir

Les cris d’un monstre marin :

Sa corne de brume !

 

Nuit de brume en mer :

Où donc est l’entrée du port

entre rouge et vert ?

 

Trois haïkus « lune glaciale »

 

Nuit d’hiver trop pure,

Pleine lune glaciale,

Oeil inquisiteur.

 

Oeil humide et roux,

La lune d’hiver répand

Ses larmes givrées.

 

Ere glaciaire :

Steppe, lune, gens, mammouths,

Tout est roux de froid.

 

(Pourquoi ce dernier haïku ? Parce que je prépare une série de conférences sur la préhistoire, dont une sur les Néandertaliens qui, du moins ceux d’Europe, avaient en commun avec les mammouths… un gène d’adaptation au froid, codant entre autres caractères la rousseur ! Quand je saurai les dates de mes conférences, je vous dirai où et quand…)

 

Trois autres haïkus

 

Lâcher les écrans,

Contempler la nuit d’hiver

En brillant Verseau !

 

Février :

Enfants bien emmitouflés

Courant sur la plage !

 

Pression

Trop basse dans l’atmosphère,

sans relâche en mes vaisseaux !

 

Le 10/2/2020

 

Trois haïkus du Verseau

 

Brillants astres du Verseau,

Quand la lune est noire

Veillez sur nos lits !

 

Lande désertée,

Aux jours courts, gours, sourds,

Givrés de brouillard.

 

Chandeleur,

Pièces, crêpes, astres ronds,

Regain d’éclat de l’hiver !

 

Le 31/01/2020

 

Trois haïkus « Sons d’hiver »

La nuit d’hiver pleut à plat,

Ma chaudière assure,

Mon crayon écrit .

Grand silence blanc

Fait de micro-crissements :

Le ciel chute en neige.

Vent de Sibérie

Qui siffle dans la serrure

Sa chanson glacée.

 

Trois autres haïkus d’hiver

Galette en janvier

Ronde comme le soleil :

Réveil partagé.

Couteaux de l’hiver

Lancés par le vent du nord

Sur mes yeux plissés.

Sans feu sous la neige

Dans la nuit aux cris féroces :

Age des Trottoirs.

 

Il dort

Il dort

Il rêve

Il laisse son corps

Il se délivre il se libère

Il plane, immobile bonheur

Il vole dans l’obscur ailleurs

Tel l’oiseau dans la nuit du ciel

Tel l’ange dans les limbes sombres

Dans le fluide originel

Dans le chuintement de l’ombre

Avec les ailes ancestrales

Les ailes d’ailes prénatales

Mars 2003 – remanié le mercredi 31 mai 2003

 

Le 24/01/2020

 

Quatre haïkus d’hiver

 

En mer la bouée

Dans la nuit d’hiver souffre

D’isolement lourd

 

Bretagne en tempête :

Sifflements et grondements,

Noir et blanc.

 

Oh la lande nue,

Les jours courts, sourds, gourds,

Et le vent tout noir !

 

Neige, sapins verts,

Nuit bleue, houppelande rouge,

Clarté des bougies !

 

Solstice d’hiver (chanson)

Refrain :

Solstice d’hiver :

Dans la froidure et la nuit,

Défi de lumière,

Chaleur, verdure et magie.

 

Couplet 1 :

O vie des sapins

Si verts sous la neige !

O cris des gamins :

Noël, ô merveille !

 

Refrain

 

Couplet 2 ;

O joie des petits

Qui croient au papy

Du rêve et du gel :

Le père Noël !

 

Refrain

 

Couplet 3 :

Guirlandes en rue

Brillant dans la nuit,

Chalands au vent dru

Courant les boutiques.

 

Refrain

 

Couplet 4 :

Qu’importent la pluie,

Le vent, la tempête :

Pour grands et petits,

Plus forte est la fête !

 

Refrain

 

Couplet 5 ;

Bougies, petits plats,

Cadeaux, feu dans l’âtre :

C’est beau, cette nuit

– On dîne en famille !

 

Refrain

 

Couplet 6 :

Joyeux Nouvel An

De givre et de bise,

Ciel bleu, chemin blanc,

Visite à Mamie.

 

Refrain

 

Couplet 7 :

Le houx et le gui

Décorent la porte.

« Hou ! Quel froid dehors !

Entrez, mes chéris… »

 

Final :

Solstice d’hiver,

Solstice d’hiver !

 

Extrait de « Poèmes enchanteurs pour les enfants de tous âges »

 

Le 16/12/19

 

Trois haïkus de Saint-Nicolas

 

Bon Saint-Nicolas,

Offre des patins à glace

Aux enfants d’Alsace !

 

La Saint-Nicolas

Fait scintiller les étoiles

Et les yeux d’enfants.

 

Pour Saint-Nicolas,

La fête du Téléthon

Brave froid et vent !

 

Vendredi 6 décembre 2019

 

Saint-Nicolas multimédia

(Quatre couplets, d’après le texte en français de Per-jakez Hélias « Santig Du de Cornouaille » dans la magnifique Cantate du Bout du Monde dont la musique est de Jef le Penven – Il en existe une version sur vinyle et une autre sur C.D., les deux difficiles à trouver, sauf peut-être à Coop-Breizh?)

 

C’est aujourd’hui Saint-Nicolas

Et j’en connais un qui cartonne :

L’animateur multimédia

Au P.L.L. du Polygone.

 

C’est notre bon Saint-Nicolas !

Le Santa-Klaus multimédia.

Mais c’est un saint sans religion,

Ouvert à toutes opinions,

 

Qui fait des heures supplémentaires

Et ne demande pour sa peine,

Offerte à l’heure du goûter,

Qu’une galette de Pont-Aven.

 

 

 

Dans l’espace multimédia

Où officie Saint-Nicolas,

Un migrant qui apprend à lire

Vient quelquefois l’après-midi.

 

Nico lui montre à se servir

De la souris et de l’ordi

Puis va chercher sur internet

Un site « français langue étrangère ».

 

Un an plus tard le gars sait lire

Et parle français couramment :

Il se forme pour devenir

Un ouvrier du bâtiment.

 

 

Ah! Voici le bus P.M.R. !

Nicolas est un vrai père :

Il descend au rez-de-chaussée

Pour accueillir un grand blessé.

 

Il prend l’ascenseur avec lui !

Puis il le roule jusqu’ici,

Il lui enlève son manteau

Car il fait bon dans le bureau,

 

Puis lui prépare son ordi,

En main lui donne la souris,

Et l’aide à taper à l’envi

Des textes pleins de fantaisie.

 

 

Dans l’espace multimédia,

On fait le journal du quartier,

Et Nicolas est toujours là

Pour nous aider à le taper.

 

Il est comme ça, Saint-Nicolas !

Alors, n’oublions pas sa fête,

Car s’il en a plein dans la tête

Des octets et des méga,

 

Il n’oublie pas que c’est pour nous

Qu’il accomplit tout ce travail.

Voilà pourquoi ce s’rait durail

De n’ne pas lui faire un p’tit coucou !

 

Vendredi 6 décembre 2019

 

Hommage républicain

Rendons hommage à nos amis

Qui célébraient si bien la vie,

Tous nos amis en Liberté,

Egalité, Fraternité,

Laïcité, assassinés !

Et face aux monstres de la mort,

Vivons plus fort !

Et face aux monstres de la mort,

Chantons plus fort !

Fin janvier 2015 – dimanche 22 novembre 2015

Ce sont les paroles d’une chanson à une seule voix . Si vous voulez la musique, demandez-la par réponse à cette page, je l’écrirai à la main et Nicolas la scannera pour la mettre en pièce jointe, comme nous avons fait pour le choeur à quatre voix « Plus jamais ça ».

Le 15/11/19

 

Haïku

Mélangés sous terre

Ils auront toujours vingt ans :

« der des der »

 

« Plus jamais ça »

(paroles d’un choeur que j’ai composé pour quatre voix mixtes : soprane, alto, ténor et basse, un peu dans le style de la grande messe en ut de Mozart, mais plus facile)

Oh désastre !

Sonne, glas !

Oh désastre !

Oh misère

de la guerre,

de ses affres !

Sonne, glas,

Sonne, glas !

Oh détresse,

Oh tristesse !

Tous ces hommes mutilés,

Tous ces hommes enterrés !

Sonne, glas !

Sonne, glas !

Hélas ! Quelle misère !

Hélas ! La grande guerre !

Plus jamais ça !

La « der des der « !

Hélas ! Oh quel enfer !

Hélas ! Oh quel enfer !

Plus jamais ça !

Plus jamais ça !

Plus jamais ça !

Le 8/11/19

 

Automne : trois haïku optimistes

 

Automne en forêt :

Cheveux roux des farfadets ?

– Vent dans les fougères !

 

Oh feuilles d’automne,

Avec vos couleurs variées

– Dans la boîte aux lettres !

(écrit à une époque où la feuilles d’impôts (sur le revenu, foncier, taxe d’habitation, redevance pour l’audiovisuel…) avaient chacun sa couleur.)

 

Douceurs d’Halloween

Données en début de nuit

Aux lutins en fête

 

Automne : deux haïku tristes

 

En mer la bouée

Dans la nuit d’automne souffre

D’isolement lourd

 

Faible lune noire

Seule en ce silence

De l’automne

 

Automne : haïku triste traduit du japonais

Suspendues dans la nuit

La poche de perfusion

Et la lune blanche

Sumitaku Kenshin (1961 – 1987) mort à 26 ans d’un cancer après dix ans de lutte contre cette maladie

Précisions :

Dans le haïku japonais, la lune blanche est généralement associée à l’automne et l’automne est associée au deuil.

D’autre part, au Japon les perfusions anti-cancer sont généralement violettes ou mauves, couleur complémentaire du blanc .

Et il me semble que la couleur du deuil au Japon est le blanc (si je ne me trompe pas) .

 

Grand deuil

Oh ! Pourquoi donc êtes-vous morts ?

Oh ! Pourquoi donc ce coup du sort ?

Oh ! Vous survivre en solitude !

Oh ! Tout est gris et tout est rude !

Oh ! Le silence de la nuit !

Oh ! Cette absence dans vos lits !

Oh ! La maison est un cercueil !

Oh ! Si profond reste le deuil !

Seul(e), se coucher en désespoir !

Seul(e), étouffer de rêves noirs !

Seul(e), se réveiller en hurlant !

Seul(e), gémir sur le temps d’avant !

Oh ! En ayant si mal dormi,

Oh ! Comment affronter la vie ?

Oh ! Vouloir vous joindre sous terre !

Oh ! Chaque jour au cimetière.

Puis, passer de meilleures nuits,

Puis, retrouver de l’énergie,

Puis, dans les chambres faire un tri !

Puis, renouer avec la vie.

Ce sont les paroles d’un choeur que j’ai écrit pour quatre voix mixtes, sans instrument, un peu dans le style d’un psaume de Mendelssohn mais plus facile à chanter. Si vous m’envoyez votre adresse postale, je vous enverrai la partition.

 

Le 25/10/19

 

Retrouvailles d’automne

 

Ce matin, dans ma rue, l’air sent bon la rosée,

Un zeste de fumée, les odeurs composées

Des jardins en octobre et leur saveur fruitée,

Sur le trottoir, des feuilles mortes écrasées,

Et puis, sur l’avenue, les gaz d’échappement,

Les châtaignes grillées d’un marchant ambulant,

Les fenêtres des cuisines d’un restaurant

– Et je pleure de joie :

Quatre ans sans odorat (je ne sais pas pourquoi)

Le voici revenu, je ne sais pas comment !

 

(écrit le 19 novembre 2009)

 

Trois haïku d’automne

 

Pommes du voisin

Contre un panier de marrons :

L’automne a du bon !

 

Automne en forêt :

Cheveux roux des farfadets ?

– Vent dans les fougères !

 

Soir d’automne :

Les oiseaux dorment au nid,

La chorale chante en salle.

 

Le 18/10/19

 

Trois haïku nocturnes

 

Contempler la nuit d’automne,

Fermer les volets

Et les paupières

 

Chaque nuit d’automne

Voir la lune ou son absence

Avant de dormir

 

Volets

Paupières de la chambre

Nuit de pleine lune

 

Deux haïku de septembre

 

Septembre à Groix

Lumière d’or

et mer d’émeraude

 

Septembre breton

Chaque bain de mer

prolonge l’été

 

Deux haïku de deuil

(au Japon, la fête des morts a lieu en septembre)

 

Obsèques fœtales

L’aube n’a laissé qu’un trou

qui me tord le ventre

 

Sous mes bras crispés

Blancs comme un désert de draps

mon ventre orphelin

 

Poème en un seul alexandrin

Oh le deuil des enfants qu’on n’a pas pu avoir !

 

Le 20/9/2019

 

A votre sobriété !

 

N’oubliez pas, mes chers amis,

que les cafés servent aussi

Des boissons non alcoolisées :

C’est bien meilleur pour la santé.

N’hésitez pas à demander

Chocolat chaud, thé ou café,

Ou, pour une meilleure nuit,

Tilleul, verveine ou camomille.

Pour ceux qui veulent boire frais,

Il y a les eaux, sirops et laits,

Les jus de fruits crus, les sodas

et les boissons à la cola .

La gorge ainsi désaltérée,

vous pourrez prendre le volant

Sans craindre la maréchaussée

Ni provoquer un accident .

La liste n’est pas terminée,

A vous de vous y essayer.

Les boissons non alcoolisées :

Tout un domaine à explorer !

(Mai 2018)

 

Trois haïku d’août

 

La mouche sans but

Zonzonne tous azimuts !

Viens, orage d’août !

 

Août sur les ronciers ;

Après la pluie le soleil :

Oh l’odeur des mûres !

 

Oh nuit du quinze août !

Après le feu d’artifice,

Les météorites !

 

Trois haïku d’été dans la région lorientaise

 

Chaleur, bus des plages :

Mamans aux couleurs d’Afrique,

poussettes, sourires…

 

Plongeons interdits

Des murailles de Port-Louis :

L’été des ados !

 

Nuit d’été à Groix :

Fraîche mer, voix de bouées,

Phares, Voie Lactée…

 

Le 2/8/2019

 

Trois haïku sous-marins

Cheveux des rochers

Dans la mer claire ondulant

Au gré des courants

 

Mer amniotique

Scaphandriers aux cordons

Dans l’obscurité

 

Epave en mer

H.L.M. pour les poissons

A vingt mètres au fond

 

Nuit d’été

Sous une immense nuit dété

Oh s’allonger sur un grand pré

Tout de lucioles piqueté

Oh contempler la Voie Lactée

Tous ces milliards de galaxies

Se pénétrer de l’Infini

Se diluer dans l’Ether flou

Dans l’univers, dans le grand Tout !

 

Le 26/07/19

 

Le rap du donneur de sang

Même si je suis très sage,

Bien assis dans mon relax

Qualité top médical,

Chouchouté par l’hôpital,

Que mon bras ne bouge pas

(Dans mon gras, l’aiguille est là,

Sous son pâle sparadrap)

C’est la fête dans ma tête.

 Je répète : C’est la fête !

Coule, coule, source rouge,

Cours, cours, bouge, bouge

C’est la vie que tu charries,

C’est la vie, c’est mon amie !

Danse dans les secoueurs

Aux cadences de rappeurs,

Danse, danse de bonheur,

Dans ta robe de couleur,

Dans mon corps et dans mon cœur !

Tcha-tcha-tcha, ouais, tcha-tcha-tcha !

(D’un seul bras, ouais, d’un seul bras)

C’est la fête, je vous dis !

J’ai une pêche inouïe,

Veines, tête réjouies,

Et dès que j’en ai fini,

(« Au revoir, mille mercis ! »)

J’ai droit au cola gratuit

Prescrit par la Faculté

A ma santé !

(Octobre 2008)

 

Trois haïku « Eté en mégapole »

 

Dans la ville immense,

Soir d’été sur ma loggia

Avec des amis

 

Dans la ville immense,

L’été sur notre loggia,

Nos petits dans leur piscine.

 

Soir dété au parc :

Arbres frais, couchers d’oiseaux

Et lever de lune.

 

Trois haïku « camping »

 

Oh mettre les voiles

Vers un camping mille étoiles !

Oh nuits sous la tente !

 

Dîner sous la tente

-Un peu de terre se lève :

En sort une taupe !

 

Etoiles d’été,

Lucioles du pré,

Phares et bateaux lointains…

 

Le 12 juillet 2019

 

Trois haïku d’été

 

Nuages d’été

Chantilly sur bleu intense

Dessert frais sur nappe

 

Chaude nuit d’été

Aux fenêtres du quartier

Des bruits de sommier

 

Orange

Concert sous la nuit dété

Et dessert givré

 

Le 31 juin 2019

 

 

LA  PAIX

 

« La paix est une femme enceinte

A qui son compagnon sourit.

Elle est deux espérances jointes

Pa l’amour et pour la vie.

 

La paix est une cour d’école

Avec des rires et des jeux,

Avec des cris, des courses folles

Et des chants d’enfants heureux.

 

La paix est un jardin public

Où chacun peut venir sans peur,

Où rien ne blesse ni ne pique,

Où chaque geste est une fleur.

 

La paix est un vaste pays

Où il n’y a que des amis.

Elle est un bien que l’on partage

Car on sait que c’est plus sage.

 

C’est ça, la paix.

« Mais… quoi, la guerre ?

-Hélas ! La guerre,

C’est le contraire. »

 

Janvier 2017 – juin 2019

 

Trois haïku de juin

 

Un arbre sait-il

Qu’on coupe le tronc

De l’arbre voisin ?

 

Marcher en forêt,

Nager en mer agitée,

Chanter à plein chœur !

 

Soir de juin en fleurs

-Tous rentrés, volets fermés !

C’est l’heure d’été…

 

Le 14 juin 2019

 

Maman

Maman

Toi qui créas ma vie au péril de la tienne,

Qui pour me faire naître souffris mille peines,

Que je te dois d’amour

Depuis mes premiers jours !

Quand j’étais un bébé tu étais ma déesse,

Tu m’avais créé un monde de tendresse

Et tu régnais sur tout :

Mon berceau, mon papa, puis plus tard ma nounou,

Et tes bras merveilleux demeuraient les plus doux

Ton nom fut le premier

Que je sus prononcer

(Après « Papa »

Comme il se doit)

Et plus tard, à l’école,

Lorsque j’avais besoin d’un peu de réconfort,

Quel était donc le nom que je disais pleurant ?

Nul autre que «Maman »

Depuis lors j’ai grandi,

J’ai quitté le doux nid,

Et puis j’ai fait ma vie :

L’amour, je l’ai transmis

A mes très chers petits

Pourtant, toujours il nous relie :

Parfois je vais fleurir ta tombe au cimetière,

Te raconter ma vie, mes joies et mes misères,

Et avant de mourir,

En mon dernier soupir,

C’est encore ton nom que je prononcerai,

Et je te rejoindrai,

Maman

1979 – 1988 – 2019

 

Cinq  haïku  sur le mois d’avril :

 

Oh beaux jours d’avril,

Senteurs vertes des chemins

Sous le frais ciel bleu !

 

« ao » en japonais :

Si long à dire en français !

En breton c’est « glaz » !

 

Les œufs dans les nids

Sont des promesses

Qu’on doit respecter

 

Une nuit par an

Il grêle comme des ceufs

En chocolat !

 

L’œuf qui  tient debout

Au prix d’en casser un bout

N’est  plus un vrai œuf

 

Tous écrits en avril 2019

 

Œuf

Oh

pouvoir

par un miracle

voir dans l’oeuf

que la poule couve

son si adorable

petit poulet

jaune

 

 

Dors mon petit ange

 

Dors mon petit ange, ô mon nouveau-né,

Dans ton berceau blanc tendrement orné

De tulle léger tel un pur nuage

Pour protéger ton si petit âge,

Tes trois kilos de pâle beauté

De fragiles os, de naïveté.

 

A qui souris-tu  en ton doux sommeil ?

A tes soeurs et frères restés au ciel

Au bord des ruisseaux de lait et de miel ?

 

Oh ! Quelle est cette ombre sur ton minois ?

Ne t’attriste pas :

Tu les reverras.

Bientôt  ils naîtront, oui, tout comme toi !

 

( mars 2019, printemps des poètes sur le thème « La beauté »)

 

La  grue du port

La grande vieille grue rouillée

Travaillant au port de Lorient

Grinçait se grave mélopée

Venue d’on ne sait quel orient

 

(Automne 2014)

 

Voici cinq haîku sur la pleine lune du 21 janvier 2019

Lune ronde O
O ses rayons sur mes nerfs
O nuit sous tension

R-r-r-ronflements
Lune sur mes nerfs
Nuit sans r-r-repos

J’ai pas voulu ça
C’est la lune qu’était pleine
Et qui m’énervait

O ! la pleine lune
un 21 mars :
Pêche à pied !

Marée de 115 :
pouls à 80,
tension à 17 !

 

Trois haîku traduits du japonais, sur la pleine lune en général

Lune ronde
À faire le tour de l’étang
la nuit entière

Matsuo Bashô
(1644 – 1694 – le plus grand de tous les haîjin japonais, donc mondial)

Un chien
aboie au bassin
Nuit de pleine lune

Bushi (1888 – ? )

La moto
serrée entre mes cuisses
sous la pleine lune de printemps !

Masaki Yuko
( née en 1952 )

Quatre haîku sur la lune en avril 2019 :

Lune noire
En pudeur elle se cache
Le silence dort

(Nuit du 5 au 6 avril 2019)

Faible lune noire
Vigueur verte du printemps
Harmonie

(Samedi 6 avril 2019)

Tremblantes étoiles,
craignez-vous la lune rousse,
faucille givrée ?

(Nuit du 9 au 10 avril 2019)

Etoiles cachées,
craignez-vous la lune rousse,
faucille givrée

(Nuit du 10 au 11 avril 2019)

Publié le 12 mars 2019

 

La Liberté

Face à la peur, face aux tyrans

La Liberté, cheveux aux vents

Courageuse et déterminée

Chantait, la gorge déployée

Juin 2012 – mars 2019

 

Haîku

Viens

Tout le monde sera là

On compte sur toi

2016

Publié le 8 mars 2019

Fête de la rentrée au Bois du Château

Seconde édition de la Fête de la Rentrée à la Maison de Quartier du Bois du Château. Habitants, associations, bénévoles et professionnelles se sont donnés rendez-vous pour fêter la nouvelle saison 2021/2022 dans la convivialité.

C’était l’occasion pour le Collectif Éco-citoyens du Bois du Château de se retrouver : Maison de Quartier + ALOEN + Optim’ ism + Les jardins familiaux + L’AMAP + Les incroyables comestibles + Idées détournées + Gaec du champ des tours =  de nombreuses surprises pour 2022 !

La musique était à l’honneur toute la journée avec l’atelier PERCUSSIONS de la Maison de Quartier, animé par Bertrand LE ROUZO. Les jeunes du quartier avec le Show Live Rap-Dance des AFRODANSEUSES et DINO BASSTOS, LATIPIC et ANISSA. Le groupe quimpérois RED CARDELL a clôturé cette journée avec un rock celtique bien dansant  ! Bravo aux jeunes hennebontais de la nouvelle association « Le bon tempo » qui a sonorisé le concert, pas évident dans un gymnase !

Merci à l’équipe du L’ibdc pour l’invitation !

Le réchauffement climatique

Qu’est-ce que le réchauffement climatique?

Je vais vous parler dans une série d’articles sur le réchauffement climatique. Pour commencer, je tiens à vous expliquer ce qu’on appelle le réchauffement climatique.

Les spécialistes du climat, ont l’habitude de calculer une température moyenne par zone climatique définie, et/ou sur la surface globale de la planète. Si cette température augmente, il s’agit bien d’une moyenne globale. Ce qui implique que certaines zones du globe peuvent voir leur équilibre climatique être modifiés.

Il existe plusieurs climats sur la planète.

En Europe de l’ouest, par exemple en Bretagne, c’est un climat dit océanique. (Il contraste avec d’autres climats: le climat méditerranéen, le climat continental,. …).

Le climat breton et donc lorientais, s’inscrit dans le climat océanique. Ce climat a entre autres pour caractéristiques un temps doux et tempéré.

Qu’est-ce qui provoque de manière plus accentué sur un lapse de temps restreint, le réchauffement climatique actuel?

Le réchauffement et des glaciations sont des phénomènes qui ont toujours existé sur Terre.

Le problème vient que depuis le XIXième siècle, les activités anthropocènes, autrement dit dus à l’homme, ( exemple, l’émission de certains types de gaz par l’homme). En effet, depuis le XIXième et surtout depuis la seconde guerre mondiale, la température du globe augmente de façon exponentielle, de façon presque incontrôlée. Cela a provoqué un emballement du phénomène qui pourrait provoquer des bouleversements environnementaux irréversibles et mettre en danger la biodiversité sur notre planète.

Les scientifiques se réunissent régulièrement pour faire un état des lieux. Le GIEC ou groupe intergouvernemental sur l’évolution du climat a été créé en 1988. Ils avertissent les dirigeants de la planète sur les perspectives pour l’avenir. Ainsi, il a émis plusieurs scénarios pour la planéte en fonction des situations possibles, des mesures et des objectifs atteints par les différents pays du monde. En 2020, nous aurions du réussir à freiner, si tout le monde y avait mis du sien, l’augmentation en elle même de la température, à 1,5% par rapport à la période 1850-1900. Malheureusement, il n’en sera rien. Les spécialistes penchent pour une augmentation globale de plus de 2 %. Et cela pourrait être pire si nous ne faisons rien.

Quelle est la cause du climat océanique qui nous concerne?

C’est la présence de l’océan Atlantique où dans sa partie nord circule une partie de ce qu’on appelle le « tapis roulant » des océans. Pour le secteur qui nous intéresse, il s’agit d’un courant liée au Gulf Stream, ce courant qui longe la côte est des USA et se poursuit par la dérive Nord-Atlantique.

Comment fonctionne un courant marin ?

C’est une alchimie entre l’eau salée et l’eau douce et entre des zones d’eaux chaudes et d’eaux froides.

Ce qui pourrait mettre en danger cet équilibre si on croit les spécialistes serait un afflux d’eau douce ou/et d’eau froide en plus forte dose au milieu de ces courants marins. Cela pourrait être causé par une élevation de température mondiale qui aurait des conséquences notamment sur la fonte des glaciers situés sur des continents ( Je ne parle pas de la Banquise). En effet, l’eau issue des glaciers fondus (Groenland, Scandinavie…) pourait provoquer une destabilisation de cette partie du «tapis roulant » de l ‘Atlantique nord.

Cela pourrait avoir à minima de ralentir le gulf stream et de donner à la Bretagne donc de Lorient de Vancouver, d’après le CNRS.

Un autre aspect du réchauffement climatique est une boucle d’action entre l’océan et l’atmosphère.

Etant à côté de l’océan, nous sommes concernés par le phénomène.
Quand la température moyenne de la planète augmente, cela manifeste de plusieurs façons sur l’océan.

L’atmosphère réceptionne la lumière solaire. Une partie de cette dernière est par exemple absorbée par l’océan. L’autre est renvoyée dans l’atmosphère et l’espace après un « ricochet » sur les espaces blancs comme la banquise.

Quand les rayons solaires touchent l’océan, il se passe différents phénomènes. Tout d’abord, il se réchauffe en lui -même. Cela provoque aussitôt un réchauffement de l’eau de mer. Nous avons vu que cela peut perturber les courants marins.

L’eau plus chaude peut aussi dans certaines zones du globe s’évaporer et perturber les courants atmosphériques.

Par ailleurs, sous l’effet de la montée de température de l’eau, le volume de l’océan peut s’accroître. Cela peut donc contribuer à une montée du niveau des mers.

Allez Les Merlus ! Saison 21-22

Nouvelle saison en Ligue 1 pour les Merlus après une année compliquée sans public et une bataille pour le maintien…

Revivez les saisons passées animées par Alan : 2019 – 2020, et et Antoine : 2020 – 2021

Tous les mois, on  retrouvera le podcast de La Tavarn pour débriefer l’actu du Football Club de Lorient.

Calendrier

Classement

 

Prochain match, Olympique de Marseille – FC Lorient , dimanche 17 octobre à 20h45  (TV: Prime vidéo)

Cliquer sur les images pour accéder au résumé vidéo :

FC LORIENT – CLERMONT FOOT 63 (1 – 1)

OLYMPIQUE LYONNAIS – FC LORIENT (1 – 1)

FC LORIENT – OGC NICE (1 – 0)

 

20 septembre

 

STADE DE REIMS – FC LORIENT (0 – 0)

 

 

15 septembre

 

FC LORIENT – LOSC LILLE (2 – 1)

RC LENS – FC LORIENT (2 – 2)

MONTPELLIER HÉRAULT SC – FC LORIENT (3 – 1)

FC LORIENT – AS MONACO (1 – 0)

AS SAINT-ÉTIENNE – FC LORIENT (1 – 1)

4 août

Quand les Saints inspirent les sculpteurs

Dans ce film des sculpteurs apprennent avec amour leur passion aux novices, il s’agit de transmettre son savoir aux plus jeunes ! Le rapport à la pierre est expliqué, quelles soit du granit ou du calcaire, l’approche est différente. Mais quand la passion est là rien n’est insurmontable ! À voir comment un jeune dégrossit la matière, on devine que la création va avoir lieu. Ce qui est enthousiasmant dans cet art, c’est qu’on accouche toujours d’un nouvel être vivant, au sens figuré bien sûr !

VALLÉE DES SAINTS, TRANSMISSION À L’ŒUVRE à découvrir sur KuB, le webmédia breton :

https://www.kubweb.media/page/sculpteurs-vallee-des-saints-exposition-ciap-enclos-paroissiaux

La Vallée des Saints est un projet associatif de statuaire monumentale en cours de réalisation en Bretagne, sur la colline de Quénéquillec à 230 m d’altitude, dans la commune de Carnoët

Plus d’infos : https://www.lavalleedessaints.com/

Atelier habitants, la tête dans les étoiles !

Tous les mardis soir de 17h30 à 20h, l’atelier habitants du centre social du polygone propose de décorer l’intérieur et l’extérieur du centre pour Noël …

Les thèmes sont pour l’intérieur : les étoiles  et pour l’extérieur : les gourmandises de Noël

Toutes les bonnes volontés sont les bienvenues …

Venez relever le défi de mettre le Centre social du Polygone PLL la tête dans les étoiles !