Aux origines de l’histoire de Lorient

En 1485 , le village de Port-Louis situé sur la rive est de la rade en face de Groix, se nommait Blavet.

L’époque en France est troublée, au XVI ème siècle car le roi Henri III est mort assassiné. Il est remplacé par Henry IV. Mais il est protestant. Cela déclenche la guerre de la Ligue. Du coup, le duc de Mercoeur, fervent catholique et donc contre le nouveau roi, demande 10 000 hommes a l’Espagne pour s’installer sur ce lieu stratégique de la rade bretonne où déjà François II le duc de Bretagne avait voulu construire un fort en 1486 (mais il mourut avant de réaliser son projet. Du coup, en juin1589, le village de Blavet est rasé . les habitants (700 âmes) sont passés par les armes.

4 mois plus tard, 3 000 espagnols s’installent sur place. C’est un lieutenant de Philippe II d’Espagne (petit fils d’Anne de Bretagne), Juan Del Aguila qui commande la place. Les pierres des maisons détruites par le duc de Mercoeur sont réutilisées pour construire la fortification espagnole : le fort de l’aigle.

 

Ils passeront 8 ans à Blavet, ce qui occasionnera des pillages dans toute la Bretagne.

En 1598, c’est le traité de Vervins qui met fin à la présence espagnole à Blavet.

En 1616, Louis XIII décide la construction de la citadelle telle qu’on la connaît aujourd’hui. Elle sera achevée en 1623, alors que Vauban ne viendra au monde que 10 ans plus tard ! ! !

Surtout, le 17 juillet 1618, Blavet devient Port-Louis, le port du Roi de France, Louis XIII.

Ce sera seulement en 1666 que La compagnie des Indes s’implantera dans la rade avec notamment la création de la ville de L’orient qui deviendra Lorient.

Source : https://cristobal-colon.blogspot.com/2007/12/les-espagnols-en-bretagne-blavet-de.html

Merci à Cyrille Le Peutrec qui était notre guide pendant la visite de la Citadelle, pour les précisions et la relecture de l’article.

Sortie photo – découverte à Port-Louis

Des adhérent.e.s de l’espace multimédia sont parti.e.s mercredi à Port-Louis pour réaliser un reportage au Musée national de la Marine. Du haut des remparts, ils ont pu profiter d’un panorama exceptionnel sur la rade de Lorient. La Citadelle de Port-Louis a été construite au XVIe siècle par les Espagnols, puis modifiée au XVIIe siècle par les Français. Elle abrite actuellement un musée de la compagnie des Indes, le musée national de la Marine et des annexes consacrées au sauvetage en mer.Merci à Cyrille Le Peutrec, le guide, pour ce voyage à travers le temps, à le découverte des 400 ans d’histoire de la citadelle…

“La visite à été agréable, nous avons appris beaucoup de choses sur la citadelle de Port-Louis ainsi que sur l’histoire de Lorient. Je vous recommande la visite guidée !” Alain

“Cette journée nous a permis de découvrir principalement le Musée de la Marine, moins connu par les lorientais que le musée de la Compagnie des Indes. On y trouve quand même quelques rappels par la reconstitution d’assiette à partir des morceaux, la vitrine des tasses et théières, la vitrine des bijoux avec des bracelets en bronze, entre autres…Très intéressante journée.” Gisèle

“Le mot sémaphore vient du grec : de SEMA: signe et PHOROS: qui porte, c’est donc un poste de défense établi sur la côte chargé de surveiller les approches maritimes et signaler par signaux optiques toute activité ennemie. Celui de Port -Louis est édifié  par les allemands pendant la deuxième guerre mondiale sur le grand Bastion afin de contrôler la navigation. Un blog à visiter : La citadelle de Port -Louis pendant la 2ème guerre mondiale” Micheline

“Magnifique progression dans l‘histoire de la SNSM de l ‘origine à aujourd’hui ! La SNSM est une association dont la principale mission est de secourir bénévolement et gratuitement les vies humaines en danger, en mer et sur les côtes. Son financement repose essentiellement sur la générosité du public et de partenaires privés. Donc en cette fin d’année 2020, pensez bien sûr si le milieu Marin compte pour pour vous à faire des DONS et pensez au moins à prendre l‘Almanach de l‘année 2021 en pensant aux personnes qui risquent leurs vie en toutes les saisons !” https://station-paysdelorient.snsm.org” Eric

L’article d’Isabelle sur la Citadelle et son histoire avec les Espagnols en cliquant ICI

Erik

Isabelle

Gisèle

Micheline

Nicolas

 

Toutes les ressources numériques du Musée de la Marine en cliquant ICI

Société nationale de sauvetage en mer

La SNSM est une association dont la principale mission est de secourir bénévolement et gratuitement les vies humaines en danger, en mer et sur les côtes. Son financement repose essentiellement sur la générosité du public et de partenaires privés. Donc en cette fin d’année 2020, pensez bien sûr si le milieu Marin compte pour pour vous à faire des DONS et pensez au moins à prendre l‘Almanach de l‘année 2021 en pensant aux personnes qui risquent leurs vie en toutes les saisons !

Plus d’infos sur la SNSM pays de Lorient : https://station-paysdelorient.snsm.org

 

Expo photos au Cheyenne

Nous vieillissons tous, c’est certain; mais vieillir ne veut pas dire ne plus séduire! Bien au contraire…À travers cette exposition photos, la jeune photographe Laure Le Gall a voulu prouver que la séduction et le charme n’ont pas d’âge. Les 5 modèles, qui ont tous plus de 60 ans, ont joué le jeu de la séduction, du charme et de la bonne humeur! Certains ont même rencontré l’Amour lors du tournage.

Les lieux de prise de vue sont atypiques: Le Kasino de Larmor Plage, une péniche de loisirs à Hennebont, un sous-bois de Quimperlé et le très joli bar chez Chouchou également à Quimperlé. Il faut d’ailleurs remercier les propriétaires de ces lieux qui, pour la circonstance, avaient privatisé les endroits de tournage.

Tous les acteurs amateurs, dont certains de Lorient, voire du quartier, ont trouvé cette expérience très amusante et conviviale et seraient pour la plupart prêts à recommencer, À suivre ! Venez nombreux voir cette expo et dire votre ressenti sur le livre d’or

Du 25 octobre au 31 décembre 2020

Bar le Cheyenne
35, avenue Jean Jaurès
56100 Lorient

 

 

Danse Hip-Hop au Grand Théâtre

Je suis allé mercredi 14 octobre au Grand Théatre voir un spectacle de danse : Queen Blood

Danse interprétée par le groupe Paradox-sal, exclusivement féminin. Un spectacle magistral, très intense pendant une heure, avec des danseuses d’horizons divers. La compagnie se produit en France et à l’étranger (Brésil, Italie, Angleterre, Pays Bas…). Troisième spectacle du groupe après Fighting Spirit en 2014 et Bounce en 2015.

Le site de la compagnie : https://www.all4house.fr/ambassadeurs/paradox-sal/

Interview de Ousmane Sy, membre du groupe Wanted Posse, cofondateur du groupe Serial Stepperz et fondateur de Paradox-sal :

Invitation à la découverte des grands fonds océaniques

Dans le cadre de la fête de la science, l’Association Carrefour des Humanités et la Maison de la mer accueillaient le 6 octobre à Lorient, Audrey Mat, chercheuse à l’IFREMER. Sa conférence “Lumière sur les abysses” a permis de faire découvrir aux nombreux spectateurs  la richesse des grands fonds et les techniques d’explorations …Conférence en rediffusion sur lekiosque.bzh !

Tout d’abord, que peut-on découvrir dans les grands fonds ? A côté des nodules métalliques de différents types, on trouve des coraux et des êtres vivants de différents types, notamment près des sources thermales.

La où la nature est merveilleuse, c’est quand elle révélé les développements biologiques pour les organismes vivants évoluant dans ces grands fonds. Il peut s’agir par exemple de création d’organes lumineux, de capacités visuelles dans ces fortes profondeurs.

Des lors, pour étudier ces écosystèmes très riches, il a fallu développer et mettre en place toutes sortes de techniques. Les navires océanographiques hauturiers comme le « Pourquoi pas » et les sous-marins habités comme le «Nautile» ou le ROV (Remotely Operalety Vehicle) sont mis à contribution. Plus d’infos

Quel plaisir de se plonger avec des scientifiques dans ces profondeurs pour admirer la beauté des merveilles qui s’y trouvent. N’oublions pas que les océans couvrent les trois quart de notre planète. Mais il conviendrait d’être vigilant parce que même si les ressources sont potentiellement importantes, il faut ménager ces écosystèmes pour ne pas les détruire ou perdre une richesse nécessaire pour la planète.

Pour aller plus loin, quelques ressources d’Ifremer :

http://www.lespritsorcier.org/dossier-semaine/abysses/

https://wwz.ifremer.fr/grands_fonds/

Les arbres, source d’inspiration…

J’ai assisté à l’exposition de Katou Maldo aux Grands Larges. L’artiste nous a expliqué le pourquoi et le comment de ses oeuvres. Katou Maldo s’inspire des arbres, omniprésents dans ses collages et peintures…Elle confie se ressourcer auprès d’eux quand elle a un moment de déséquilibre…Une visite très intéressante avec ce personnage charismatique !

L’exposition se termine le 16 octobre…sinon visitez son site web :

https://katoumaldo.weebly.com

 

Impact écologique du numérique

Jour après jour, nous tentons de consommer plus responsable, d’éteindre nos lumières, de trier nos déchets… Mais qu’en est-il de nos comportements face aux technologies numériques ? Qui aujourd’hui, qu’il soit adepte ou débutant, n’utilisent pas des nouvelles technologies ? Il suffit pourtant d’apprendre les bons gestes, les bonnes pratiques à adopter avec l’informatique…

Voici 10 écogestes numériques à adopter absolument :

1 / On reste fidèle jusqu’au bout à son vieux PC, on évite de le changer tous les 2 ou 3 ans. On peut aussi se tourner vers des appareils modulables comme le Fairphone et soutenir les associations qui luttent contre l’obsolescence programmée.

2 / On recycle ses e-dechets, et on ne jette pas ses ordinateurs et autres smartphones à la poubelle ! Le site eco-systemes.fr vous propose de trouver le point de collecte le plus proche de chez vous en 3 clics, soit pour recycler l’appareil, soit pour le donner à une association.

3 / On regarde ses émissions préférées en live sur la TNT, le streaming est à bannir (ou du moins à restreindre).

4 / On diminue son utilisation du cloud, qui est tout sauf écolo. Le stockage en ligne de ses documents est plus énergivore que celui sur son ordinateur (clef USB ou disque dur externe). Utiliser une messagerie responsable telle que Newmanity Mail, qui stocke ses données dans un data center à bilan carbone neutre, pourra légèrement atténuer son impact.

 

5 / On débranche tout, son ordinateur, ses chargeurs et ses box ADSL.

6 / On privilégie les data centers 100% green, c’est à dire à bilan carbone neutre comme celui d’Evo Switch aux Pays-Bas par exemple.

7 / On vide sa boîte mail, car conserver 30 mails consomme environ l’équivalent d’une ampoule laissée allumée toute la journée! un tout nouveau service Cleanfox, permet de nettoyer sa boîte mail en se désabonnant et supprimant toutes les newsletters indésirables en moins d’une minute.

8 / On surveille son poids, car l’envoi d’un courriel représente environ 20 grammes de CO², et on privilégie, par exemple, les liens plutôt que les pièces jointes.

9 / On s’engage pour l’éco-conception des sites Web, et on se focalise sur ses fonctionnalités essentielles et on élimine le superflu…

10 / On évite les moteurs de recherche, et on va directement sur un site, soit en tapant son adresse, soit en l’enregistrant comme favori. On peut aussi utiliser un moteur de recherche comme Ecosia, qui reverse 80% de ses bénéfices publicitaires, à la plantation d’arbres au Burkina Faso.

Voilà, maintenant que vous connaissez les 10 gestes essentiels, c’est à vous de jouer maintenant…Faites du ménage et du tri !

Poésies – Champs urbains

Par Yvonne Meunier

Demandez mes livres  dans les médiathèques municipales de Lorient et de nombreuses autres villes bretonnes : poésie pour enfants, poésie pour adultes, nouvelles…

 

Trois haîku

 

Soleil d’or

Comme les feuilles d’octobre

Et les têtes d’écoliers

 

Voir grandir

Les enfants de ses voisins

Et les arbres du quartier

 

Oh lune mouillée

Bogue aux piquants incertains

En brouillard d’automne

 

Le 9/10/20

 

Marseillaise anti-covid

 

Allons enfants de la Planète

La pandémie est arrivée

Contre nous, la terrible bête,

Le virus méchant s’est levé

Bis

 

On n’entend rien, on ne voit rien,

Pourtant, la covid, elle est là,

Elle vient jusque dans nos bras

Attaqué nos amis, nos familles

 

Aux masques citoyens !

Lavez-vous bien les mains !

Sortons, rentrons,

Mais respectons les bonnes distanciations !

 

Le 13 juillet

 

4 haïkus sur le covid19

 

Privés de nature,

De jardins publics, d’école

Oh covid19 !

 

Il est si petit

Et pourtant si malfaisant,

Le covid19 !

 

Dehors le covid,

Dedans les murs se resserrent

Sur des cris d’enfants…

 

Le 9 mai 2020

 

Haïku

 

Faucille rousse

Dans la nuit au froid coupant

Sur les cultures

 

Nous allons réussir

 

Nous allons réussir

Nous allons réussir

Ensemble

Unissant nos efforts

La barque nous la mènerons au port

Nous allons réussir

Nous allons réussir

 

27/3/20

 

Trois haïku « musique »

 

Musiques de Bach :

Structures de l’Univers,

Fractales du Temps

 

L’aigü d’un bagad :

Plonger nu dans l’eau glacée

– Le souffle coupé

 

Culture à vaches :

Chaque jour une heure ou deux,

Mozart à l’étable

 

Mer en tempête (petit canon à quatre voix)

 

Mer en tempête,

Nef qui plonge,

Et remonte

Vers les crêtes de la

Mer en tempête (etc)

 

Trois haïku « montagne en hiver »

 

Montagne en hiver

Neige sur les sapins verts

Cerveaux aérés

 

Randonnée à skis

Silence des sapins blancs

Cerveau ressourcé

 

Randonnée à skis

On passe le col

– Oh vallée sous le soleil !

 

Le 24/02/2020

 

Trois haïku « brume de mer »

 

Son haleine épaisse

Cache ses crocs de granite :

Mer en brume.

 

Entendre sans voir

Les cris d’un monstre marin :

Sa corne de brume !

 

Nuit de brume en mer :

Où donc est l’entrée du port

entre rouge et vert ?

 

Trois haïku « lune glaciale »

 

Nuit d’hiver trop pure,

Pleine lune glaciale,

Oeil inquisiteur.

 

Oeil humide et roux,

La lune d’hiver répand

Ses larmes givrées.

 

Ere glaciaire :

Steppe, lune, gens, mammouths,

Tout est roux de froid.

 

(Pourquoi ce dernier haïku ? Parce que je prépare une série de conférences sur la préhistoire, dont une sur les Néandertaliens qui, du moins ceux d’Europe, avaient en commun avec les mammouths… un gène d’adaptation au froid, codant entre autres caractères la rousseur ! Quand je saurai les dates de mes conférences, je vous dirai où et quand…)

 

Trois autres haïku

 

Lâcher les écrans,

Contempler la nuit d’hiver

En brillant Verseau !

 

Février :

Enfants bien emmitouflés

Courant sur la plage !

 

Pression

Trop basse dans l’atmosphère,

sans relâche en mes vaisseaux !

 

Le 10/2/2020

 

Trois haïku du Verseau

 

Brillants astres du Verseau,

Quand la lune est noire

Veillez sur nos lits !

 

Lande désertée,

Aux jours courts, gours, sourds,

Givrés de brouillard.

 

Chandeleur,

Pièces, crêpes, astres ronds,

Regain d’éclat de l’hiver !

 

Le 31/01/2020

 

Trois haïku « Sons d’hiver »

La nuit d’hiver pleut à plat,

Ma chaudière assure,

Mon crayon écrit .

Grand silence blanc

Fait de micro-crissements :

Le ciel chute en neige.

Vent de Sibérie

Qui siffle dans la serrure

Sa chanson glacée.

 

Trois autres haïku d’hiver

Galette en janvier

Ronde comme le soleil :

Réveil partagé.

Couteaux de l’hiver

Lancés par le vent du nord

Sur mes yeux plissés.

Sans feu sous la neige

Dans la nuit aux cris féroces :

Age des Trottoirs.

 

Il dort

Il dort

Il rêve

Il laisse son corps

Il se délivre il se libère

Il plane, immobile bonheur

Il vole dans l’obscur ailleurs

Tel l’oiseau dans la nuit du ciel

Tel l’ange dans les limbes sombres

Dans le fluide originel

Dans le chuintement de l’ombre

Avec les ailes ancestrales

Les ailes d’ailes prénatales

Mars 2003 – remanié le mercredi 31 mai 2003

 

Le 24/01/2020

 

Quatre haïku d’hiver

 

En mer la bouée

Dans la nuit d’hiver souffre

D’isolement lourd

 

Bretagne en tempête :

Sifflements et grondements,

Noir et blanc.

 

Oh la lande nue,

Les jours courts, sourds, gourds,

Et le vent tout noir !

 

Neige, sapins verts,

Nuit bleue, houppelande rouge,

Clarté des bougies !

 

Solstice d’hiver (chanson)

Refrain :

Solstice d’hiver :

Dans la froidure et la nuit,

Défi de lumière,

Chaleur, verdure et magie.

 

Couplet 1 :

O vie des sapins

Si verts sous la neige !

O cris des gamins :

Noël, ô merveille !

 

Refrain

 

Couplet 2 ;

O joie des petits

Qui croient au papy

Du rêve et du gel :

Le père Noël !

 

Refrain

 

Couplet 3 :

Guirlandes en rue

Brillant dans la nuit,

Chalands au vent dru

Courant les boutiques.

 

Refrain

 

Couplet 4 :

Qu’importent la pluie,

Le vent, la tempête :

Pour grands et petits,

Plus forte est la fête !

 

Refrain

 

Couplet 5 ;

Bougies, petits plats,

Cadeaux, feu dans l’âtre :

C’est beau, cette nuit

– On dîne en famille !

 

Refrain

 

Couplet 6 :

Joyeux Nouvel An

De givre et de bise,

Ciel bleu, chemin blanc,

Visite à Mamie.

 

Refrain

 

Couplet 7 :

Le houx et le gui

Décorent la porte.

« Hou ! Quel froid dehors !

Entrez, mes chéris… »

 

Final :

Solstice d’hiver,

Solstice d’hiver !

 

Extrait de « Poèmes enchanteurs pour les enfants de tous âges »

 

Le 16/12/19

 

Trois haïku de Saint-Nicolas

 

Bon Saint-Nicolas,

Offre des patins à glace

Aux enfants d’Alsace !

 

La Saint-Nicolas

Fait scintiller les étoiles

Et les yeux d’enfants.

 

Pour Saint-Nicolas,

La fête du Téléthon

Brave froid et vent !

 

Vendredi 6 décembre 2019

 

Saint-Nicolas multimédia

(Quatre couplets, d’après le texte en français de Per-jakez Hélias « Santig Du de Cornouaille » dans la magnifique Cantate du Bout du Monde dont la musique est de Jef le Penven – Il en existe une version sur vinyle et une autre sur C.D., les deux difficiles à trouver, sauf peut-être à Coop-Breizh?)

 

C’est aujourd’hui Saint-Nicolas

Et j’en connais un qui cartonne :

L’animateur multimédia

Au P.L.L. du Polygone.

 

C’est notre bon Saint-Nicolas !

Le Santa-Klaus multimédia.

Mais c’est un saint sans religion,

Ouvert à toutes opinions,

 

Qui fait des heures supplémentaires

Et ne demande pour sa peine,

Offerte à l’heure du goûter,

Qu’une galette de Pont-Aven.

 

 

 

Dans l’espace multimédia

Où officie Saint-Nicolas,

Un migrant qui apprend à lire

Vient quelquefois l’après-midi.

 

Nico lui montre à se servir

De la souris et de l’ordi

Puis va chercher sur internet

Un site « français langue étrangère ».

 

Un an plus tard le gars sait lire

Et parle français couramment :

Il se forme pour devenir

Un ouvrier du bâtiment.

 

 

Ah! Voici le bus P.M.R. !

Nicolas est un vrai père :

Il descend au rez-de-chaussée

Pour accueillir un grand blessé.

 

Il prend l’ascenseur avec lui !

Puis il le roule jusqu’ici,

Il lui enlève son manteau

Car il fait bon dans le bureau,

 

Puis lui prépare son ordi,

En main lui donne la souris,

Et l’aide à taper à l’envi

Des textes pleins de fantaisie.

 

 

Dans l’espace multimédia,

On fait le journal du quartier,

Et Nicolas est toujours là

Pour nous aider à le taper.

 

Il est comme ça, Saint-Nicolas !

Alors, n’oublions pas sa fête,

Car s’il en a plein dans la tête

Des octets et des méga,

 

Il n’oublie pas que c’est pour nous

Qu’il accomplit tout ce travail.

Voilà pourquoi ce s’rait durail

De n’ne pas lui faire un p’tit coucou !

 

Vendredi 6 décembre 2019

 

Hommage républicain

Rendons hommage à nos amis

Qui célébraient si bien la vie,

Tous nos amis en Liberté,

Egalité, Fraternité,

Laïcité, assassinés !

Et face aux monstres de la mort,

Vivons plus fort !

Et face aux monstres de la mort,

Chantons plus fort !

Fin janvier 2015 – dimanche 22 novembre 2015

Ce sont les paroles d’une chanson à une seule voix . Si vous voulez la musique, demandez-la par réponse à cette page, je l’écrirai à la main et Nicolas la scannera pour la mettre en pièce jointe, comme nous avons fait pour le choeur à quatre voix « Plus jamais ça ».

Le 15/11/19

 

Haïku

Mélangés sous terre

Ils auront toujours vingt ans :

« der des der »

 

« Plus jamais ça »

(paroles d’un choeur que j’ai composé pour quatre voix mixtes : soprane, alto, ténor et basse, un peu dans le style de la grande messe en ut de Mozart, mais plus facile)

Oh désastre !

Sonne, glas !

Oh désastre !

Oh misère

de la guerre,

de ses affres !

Sonne, glas,

Sonne, glas !

Oh détresse,

Oh tristesse !

Tous ces hommes mutilés,

Tous ces hommes enterrés !

Sonne, glas !

Sonne, glas !

Hélas ! Quelle misère !

Hélas ! La grande guerre !

Plus jamais ça !

La « der des der « !

Hélas ! Oh quel enfer !

Hélas ! Oh quel enfer !

Plus jamais ça !

Plus jamais ça !

Plus jamais ça !

Le 8/11/19

 

Automne : trois haïku optimistes

 

Automne en forêt :

Cheveux roux des farfadets ?

– Vent dans les fougères !

 

Oh feuilles d’automne,

Avec vos couleurs variées

– Dans la boîte aux lettres !

(écrit à une époque où la feuilles d’impôts (sur le revenu, foncier, taxe d’habitation, redevance pour l’audiovisuel…) avaient chacun sa couleur.)

 

Douceurs d’Halloween

Données en début de nuit

Aux lutins en fête

 

Automne : deux haïku tristes

 

En mer la bouée

Dans la nuit d’automne souffre

D’isolement lourd

 

Faible lune noire

Seule en ce silence

De l’automne

 

Automne : haïku triste traduit du japonais

Suspendues dans la nuit

La poche de perfusion

Et la lune blanche

Sumitaku Kenshin (1961 – 1987) mort à 26 ans d’un cancer après dix ans de lutte contre cette maladie

Précisions :

Dans le haïku japonais, la lune blanche est généralement associée à l’automne et l’automne est associée au deuil.

D’autre part, au Japon les perfusions anti-cancer sont généralement violettes ou mauves, couleur complémentaire du blanc .

Et il me semble que la couleur du deuil au Japon est le blanc (si je ne me trompe pas) .

 

Grand deuil

Oh ! Pourquoi donc êtes-vous morts ?

Oh ! Pourquoi donc ce coup du sort ?

Oh ! Vous survivre en solitude !

Oh ! Tout est gris et tout est rude !

Oh ! Le silence de la nuit !

Oh ! Cette absence dans vos lits !

Oh ! La maison est un cercueil !

Oh ! Si profond reste le deuil !

Seul(e), se coucher en désespoir !

Seul(e), étouffer de rêves noirs !

Seul(e), se réveiller en hurlant !

Seul(e), gémir sur le temps d’avant !

Oh ! En ayant si mal dormi,

Oh ! Comment affronter la vie ?

Oh ! Vouloir vous joindre sous terre !

Oh ! Chaque jour au cimetière.

Puis, passer de meilleures nuits,

Puis, retrouver de l’énergie,

Puis, dans les chambres faire un tri !

Puis, renouer avec la vie.

Ce sont les paroles d’un choeur que j’ai écrit pour quatre voix mixtes, sans instrument, un peu dans le style d’un psaume de Mendelssohn mais plus facile à chanter. Si vous m’envoyez votre adresse postale, je vous enverrai la partition.

 

Le 25/10/19

 

Retrouvailles d’automne

 

Ce matin, dans ma rue, l’air sent bon la rosée,

Un zeste de fumée, les odeurs composées

Des jardins en octobre et leur saveur fruitée,

Sur le trottoir, des feuilles mortes écrasées,

Et puis, sur l’avenue, les gaz d’échappement,

Les châtaignes grillées d’un marchant ambulant,

Les fenêtres des cuisines d’un restaurant

– Et je pleure de joie :

Quatre ans sans odorat (je ne sais pas pourquoi)

Le voici revenu, je ne sais pas comment !

 

(écrit le 19 novembre 2009)

 

Trois haïku d’automne

 

Pommes du voisin

Contre un panier de marrons :

L’automne a du bon !

 

Automne en forêt :

Cheveux roux des farfadets ?

– Vent dans les fougères !

 

Soir d’automne :

Les oiseaux dorment au nid,

La chorale chante en salle.

 

Le 18/10/19

 

Trois haïku nocturnes

 

Contempler la nuit d’automne,

Fermer les volets

Et les paupières

 

Chaque nuit d’automne

Voir la lune ou son absence

Avant de dormir

 

Volets

Paupières de la chambre

Nuit de pleine lune

 

Deux haïku de septembre

 

Septembre à Groix

Lumière d’or

et mer d’émeraude

 

Septembre breton

Chaque bain de mer

prolonge l’été

 

Deux haïku de deuil

(au Japon, la fête des morts a lieu en septembre)

 

Obsèques fœtales

L’aube n’a laissé qu’un trou

qui me tord le ventre

 

Sous mes bras crispés

Blancs comme un désert de draps

mon ventre orphelin

 

Poème en un seul alexandrin

Oh le deuil des enfants qu’on n’a pas pu avoir !

 

Le 20/9/2019

 

A votre sobriété !

 

N’oubliez pas, mes chers amis,

que les cafés servent aussi

Des boissons non alcoolisées :

C’est bien meilleur pour la santé.

N’hésitez pas à demander

Chocolat chaud, thé ou café,

Ou, pour une meilleure nuit,

Tilleul, verveine ou camomille.

Pour ceux qui veulent boire frais,

Il y a les eaux, sirops et laits,

Les jus de fruits crus, les sodas

et les boissons à la cola .

La gorge ainsi désaltérée,

vous pourrez prendre le volant

Sans craindre la maréchaussée

Ni provoquer un accident .

La liste n’est pas terminée,

A vous de vous y essayer.

Les boissons non alcoolisées :

Tout un domaine à explorer !

(Mai 2018)

 

Trois haïku d’août

 

La mouche sans but

Zonzonne tous azimuts !

Viens, orage d’août !

 

Août sur les ronciers ;

Après la pluie le soleil :

Oh l’odeur des mûres !

 

Oh nuit du quinze août !

Après le feu d’artifice,

Les météorites !

 

Trois haïku d’été dans la région lorientaise

 

Chaleur, bus des plages :

Mamans aux couleurs d’Afrique,

poussettes, sourires…

 

Plongeons interdits

Des murailles de Port-Louis :

L’été des ados !

 

Nuit d’été à Groix :

Fraîche mer, voix de bouées,

Phares, Voie Lactée…

 

Le 2/8/2019

 

Trois haïku sous-marins

Cheveux des rochers

Dans la mer claire ondulant

Au gré des courants

 

Mer amniotique

Scaphandriers aux cordons

Dans l’obscurité

 

Epave en mer

H.L.M. pour les poissons

A vingt mètres au fond

 

Nuit d’été

Sous une immense nuit dété

Oh s’allonger sur un grand pré

Tout de lucioles piqueté

Oh contempler la Voie Lactée

Tous ces milliards de galaxies

Se pénétrer de l’Infini

Se diluer dans l’Ether flou

Dans l’univers, dans le grand Tout !

 

Le 26/07/19

 

Le rap du donneur de sang

Même si je suis très sage,

Bien assis dans mon relax

Qualité top médical,

Chouchouté par l’hôpital,

Que mon bras ne bouge pas

(Dans mon gras, l’aiguille est là,

Sous son pâle sparadrap)

C’est la fête dans ma tête.

 Je répète : C’est la fête !

Coule, coule, source rouge,

Cours, cours, bouge, bouge

C’est la vie que tu charries,

C’est la vie, c’est mon amie !

Danse dans les secoueurs

Aux cadences de rappeurs,

Danse, danse de bonheur,

Dans ta robe de couleur,

Dans mon corps et dans mon cœur !

Tcha-tcha-tcha, ouais, tcha-tcha-tcha !

(D’un seul bras, ouais, d’un seul bras)

C’est la fête, je vous dis !

J’ai une pêche inouïe,

Veines, tête réjouies,

Et dès que j’en ai fini,

(« Au revoir, mille mercis ! »)

J’ai droit au cola gratuit

Prescrit par la Faculté

A ma santé !

(Octobre 2008)

 

Trois haïku « Eté en mégapole »

 

Dans la ville immense,

Soir d’été sur ma loggia

Avec des amis

 

Dans la ville immense,

L’été sur notre loggia,

Nos petits dans leur piscine.

 

Soir dété au parc :

Arbres frais, couchers d’oiseaux

Et lever de lune.

 

Trois haïku « camping »

 

Oh mettre les voiles

Vers un camping mille étoiles !

Oh nuits sous la tente !

 

Dîner sous la tente

-Un peu de terre se lève :

En sort une taupe !

 

Etoiles d’été,

Lucioles du pré,

Phares et bateaux lointains…

 

Le 12 juillet 2019

 

Trois haïku d’été

 

Nuages d’été

Chantilly sur bleu intense

Dessert frais sur nappe

 

Chaude nuit d’été

Aux fenêtres du quartier

Des bruits de sommier

 

Orange

Concert sous la nuit dété

Et dessert givré

 

Le 31 juin 2019

 

 

LA  PAIX

 

« La paix est une femme enceinte

A qui son compagnon sourit.

Elle est deux espérances jointes

Pa l’amour et pour la vie.

 

La paix est une cour d’école

Avec des rires et des jeux,

Avec des cris, des courses folles

Et des chants d’enfants heureux.

 

La paix est un jardin public

Où chacun peut venir sans peur,

Où rien ne blesse ni ne pique,

Où chaque geste est une fleur.

 

La paix est un vaste pays

Où il n’y a que des amis.

Elle est un bien que l’on partage

Car on sait que c’est plus sage.

 

C’est ça, la paix.

« Mais… quoi, la guerre ?

-Hélas ! La guerre,

C’est le contraire. »

 

Janvier 2017 – juin 2019

 

Trois haïku de juin

 

Un arbre sait-il

Qu’on coupe le tronc

De l’arbre voisin ?

 

Marcher en forêt,

Nager en mer agitée,

Chanter à plein chœur !

 

Soir de juin en fleurs

-Tous rentrés, volets fermés !

C’est l’heure d’été…

 

Le 14 juin 2019

 

Maman

Maman

Toi qui créas ma vie au péril de la tienne,

Qui pour me faire naître souffris mille peines,

Que je te dois d’amour

Depuis mes premiers jours !

Quand j’étais un bébé tu étais ma déesse,

Tu m’avais créé un monde de tendresse

Et tu régnais sur tout :

Mon berceau, mon papa, puis plus tard ma nounou,

Et tes bras merveilleux demeuraient les plus doux

Ton nom fut le premier

Que je sus prononcer

(Après « Papa »

Comme il se doit)

Et plus tard, à l’école,

Lorsque j’avais besoin d’un peu de réconfort,

Quel était donc le nom que je disais pleurant ?

Nul autre que «Maman »

Depuis lors j’ai grandi,

J’ai quitté le doux nid,

Et puis j’ai fait ma vie :

L’amour, je l’ai transmis

A mes très chers petits

Pourtant, toujours il nous relie :

Parfois je vais fleurir ta tombe au cimetière,

Te raconter ma vie, mes joies et mes misères,

Et avant de mourir,

En mon dernier soupir,

C’est encore ton nom que je prononcerai,

Et je te rejoindrai,

Maman

1979 – 1988 – 2019

 

Cinq  haïku  sur le mois d’avril :

 

Oh beaux jours d’avril,

Senteurs vertes des chemins

Sous le frais ciel bleu !

 

« ao » en japonais :

Si long à dire en français !

En breton c’est « glaz » !

 

Les œufs dans les nids

Sont des promesses

Qu’on doit respecter

 

Une nuit par an

Il grêle comme des ceufs

En chocolat !

 

L’œuf qui  tient debout

Au prix d’en casser un bout

N’est  plus un vrai œuf

 

Tous écrits en avril 2019

 

Œuf

Oh

pouvoir

par un miracle

voir dans l’oeuf

que la poule couve

son si adorable

petit poulet

jaune

 

 

Dors mon petit ange

 

Dors mon petit ange, ô mon nouveau-né,

Dans ton berceau blanc tendrement orné

De tulle léger tel un pur nuage

Pour protéger ton si petit âge,

Tes trois kilos de pâle beauté

De fragiles os, de naïveté.

 

A qui souris-tu  en ton doux sommeil ?

A tes soeurs et frères restés au ciel

Au bord des ruisseaux de lait et de miel ?

 

Oh ! Quelle est cette ombre sur ton minois ?

Ne t’attriste pas :

Tu les reverras.

Bientôt  ils naîtront, oui, tout comme toi !

 

( mars 2019, printemps des poètes sur le thème « La beauté »)

 

La  grue du port

La grande vieille grue rouillée

Travaillant au port de Lorient

Grinçait se grave mélopée

Venue d’on ne sait quel orient

 

(Automne 2014)

 

Voici cinq haîku sur la pleine lune du 21 janvier 2019

Lune ronde O
O ses rayons sur mes nerfs
O nuit sous tension

R-r-r-ronflements
Lune sur mes nerfs
Nuit sans r-r-repos

J’ai pas voulu ça
C’est la lune qu’était pleine
Et qui m’énervait

O ! la pleine lune
un 21 mars :
Pêche à pied !

Marée de 115 :
pouls à 80,
tension à 17 !

 

Trois haîku traduits du japonais, sur la pleine lune en général

Lune ronde
À faire le tour de l’étang
la nuit entière

Matsuo Bashô
(1644 – 1694 – le plus grand de tous les haîjin japonais, donc mondial)

Un chien
aboie au bassin
Nuit de pleine lune

Bushi (1888 – ? )

La moto
serrée entre mes cuisses
sous la pleine lune de printemps !

Masaki Yuko
( née en 1952 )

Quatre haîku sur la lune en avril 2019 :

Lune noire
En pudeur elle se cache
Le silence dort

(Nuit du 5 au 6 avril 2019)

Faible lune noire
Vigueur verte du printemps
Harmonie

(Samedi 6 avril 2019)

Tremblantes étoiles,
craignez-vous la lune rousse,
faucille givrée ?

(Nuit du 9 au 10 avril 2019)

Etoiles cachées,
craignez-vous la lune rousse,
faucille givrée

(Nuit du 10 au 11 avril 2019)

Publié le 12 mars 2019

 

La Liberté

Face à la peur, face aux tyrans

La Liberté, cheveux aux vents

Courageuse et déterminée

Chantait, la gorge déployée

Juin 2012 – mars 2019

 

Haîku

Viens

Tout le monde sera là

On compte sur toi

2016

Publié le 8 mars 2019

La SaintéLyon pour Titouan

Alexandre, Pierre-Yves et Jean-Michel  se sont lancés un défi, courir la mythique SaintéLyon : 77km de course entre Saint-Etienne et Lyon, 2000m de dénivelé positif et pour corser la chose, de nuit et en décembre ! Conscient de leur chance d’être en bonne santé, ils ont décidé de courir pour celles et ceux qui ne peuvent pas pour x raison. Ils ont pensé à Titouan, atteint d’une maladie rare, en créant une cagnotte :

https://www.leetchi.com/c/la-sainte-pour-titouan

Le projet expliqué en quelques mots :

“Titouan, né en 2016, est atteint depuis l’âge de ses 4 mois d’une épilepsie sévère qui a démarré par un syndrome de West pharmacorésistant.

Aujourd’hui, depuis ses 3 ans, Titouan est diagnostiqué en syndrome de Lennox Gastaut, une forme d’épilepsie infantile difficile à traiter qui se caractérise par une régression psychomotrice ainsi que par des crises fréquentes et de types différents (toniques avec des chutes traumatisantes, crises toniques nocturnes ou absences atypiques), des troubles du comportement et un retard intellectuel.Ce syndrome touche la parole ainsi que la marche.Il s’agit d’une maladie qui reste très invalidante malgré les traitements.

Depuis maintenant 2 ans, Johanne et Florent, ses parents, mettent en place des programmes de soins non pris en charge : notamment en Espagne (méthode Essentis), ainsi qu’à Pleurtuit (méthode Brain Moove) ou à Nantes (méthode MEDEK). Les séances souvent à la semaine, ne sont pas prises en charge et demandent aux parents de Titouan, d’organiser des évènements pour pallier la partie financière.

Nous avons donc décider de soutenir cette famille et nous comptons sur vous pour nous aider ! Envie de nous aider à récolter plus de dons ? Partagez cette cagnotte ! Merci à tous !”

Suivez les sur Facebook : www.facebook.com/lasaintepourtitouan

La page dédiée à l’association « La Balade de Titouan » : www.facebook.com/labaladedetitouan/