Saïko, une demoiselle hors norme

Ma première rencontre avec Saïko a eu lieu au Foyer Soleil à Lorient (maison d’accueil spécialisée et foyer d’accueil médicalisé). Régulièrement le soir elle partait pour l’entraînement de karaté…Hormis sa passion pour cet art martial, elle est une aventurière qui a de multiples cordes à son arc ! Sa nationalité y est pour beaucoup. Elle est Française par sa mère et Japonaise par son père et le “mélange” des deux a enfanté un être singulier et plein de mystères ! Pour moi elle est un modèle de combativité et de bonne humeur !

Sa gentillesse et sa culture me motivent pour lui poser quelques questions.

Est-ce que tu peux nous parler du karaté et de ta pratique ?

Le karaté est un art martial, cela vient du japonais “kala” qui veut dire vide et de “té” qui veut dire main : la main vide, c’est à dire que nous n’avons pas d’arme. Un art martial est un sport de combat, mais aussi un art de vivre avec ses codes dans lesquels petits et grands peuvent se retrouver.

Je suis ceinture noire, 2e dan et je prépare la 3e dan (un enchaînement de techniques dans le vide et travail sur cible). Je suis aussi professeur assistant à Kervignac avec les ados et les adultes. Cela fait 25 ans que j’en fais. J’ai été aussi arbitre pour la Ligue de Bretagne. J’ai en projet de passer le certificat de qualification professionnelle…

Quel est ton rapport avec la culture japonaise ?

Je suis née au Japon, d’un père japonais et d’une mère française. Cela fait parti de mon identité, je parle, je lis couramment le japonais grâce à l’aide de mon père Kazouto (et français avec l’aide de ma mère Annie). En 2008, j’ai eu le bonheur d’accompagner en tant que traductrice l’équipe de France de karaté au championnat du monde à Tokyo.

Je suis une grande lectrice de mangas, j’adore leur cuisine et je découvre aussi beaucoup de musique et d’art japonais avec mon père.

Avec Michel Kervadec, entraineur au Karaté Sud Armor Kervignac

Quelles sont tes aspirations profondes pour l’avenir ?

Après avoir passé 10 ans au Foyer Soleil, j’espère vivre de beaux moments au Bois du Château, un quartier en pleine mutation !

J’espère que l’avenir sera plus serein, que les promesses sur le climat seront enfin tenues et que l’on va pouvoir passer de la parole aux actes !

Week-end HandiGlisse avec l’association Vagdespoir : www.vagdespoir.com

 

Ravi de son humilité et de la clarté de ses réponses, elle a en plus un merveilleux sens de la vie.

Son site web où elle partage ses photos : http://saikoniida.weebly.com/

Louis

Le régime des intermittents du spectacle : comment ça marche ?

On en parle en ce moment, car les intermittents du spectacle vivant occupent plusieurs théâtres en France. Mais concrètement de quoi s’agit-il ?
C’est un régime d’indemnisation-chômage pour des artistes professionnels, car un intermittent du spectacle n’est pas employé en continu. Exception culturelle : ce régime n’existe qu’en France.

Comment l’obtenir ?

Pour une grande majorité de cas, l’indemnité est de l’ordre de 1200 à 1300 € nets / mois.
Pour un artiste (comédien, musicien, danseur, clown, arts de la rue…) il faut avoir obtenu 43 dates de représentations dans l’année, fixées par un contrat. Pour un technicien (son, lumière, régie, costumière, maquilleuse…) il faut avoir travaillé 507 h dans l’année. Si l’intermittent ne parvient pas à justifier de ce nombre de contrats ou d’heures pour un an, il perd le droit à ce régime.
Depuis la crise sanitaire, à cause de la fermeture des salles de spectacles, de l’interdiction des spectacles debout, des restrictions concernant les rassemblements sur l’espace public même en extérieur, un très grand nombre d’entre eux sont interdits de travailler et menacés de ne plus pouvoir exercer leur métier. Ils ont obtenu une année blanche jusqu’en août 2021 (c’est-à-dire la prolongation de leurs droits). Mais si les spectacles ne reprennent pas dans un futur très proche, et si leur année blanche n’est pas renouvelée jusqu’en août 2022, la plupart d ‘entre eux perdront leurs droits.

Quel rapport y a-t-il entre cette indemnisation et le cachet perçu pour un spectacle ?

Les chiffres sont arrondis pour faciliter la compréhension, avec. Si on prend l’ exemple théorique d’un cachet de 240 € bruts /par artiste pour un spectacle (ce qui représente non seulement 1h à 1h30 de prestation, mais aussi tout le temps de préparation : répétitions, installation du matériel, etc) :
– 120€ sont versés immédiatement, au titre des charges, au GUSO (Guichet Unique du Spectacle Occasionnel)
-Restent 120 € de salaire net, mais Pôle Emploi diminue alors l’indemnité-chômage de plus de la moitié de ces 120 €
-Si bien que pour un cachet brut de 240 €, l’intermittent a gagné en fait environ 50 € seulement (qui s’ajoutent à son indemnité). C’est vraiment très peu cher payer tous ces artistes professionnels qui nous apportent le rêve, la beauté, l’émotion et nous aident à vivre.
On ne fait pas ces métiers pour devenir riches, on les fait par passion. Mais si les intermittents perdent leur régime, la culture disparait, et avec elle la civilisation et notre part d’humanité.

Mireille KERGOAT

Anita Conti : une histoire, un fonds à Lorient

Le collège de Kerolay a été rebaptisé Anita Conti en 2006. Rappelons nous qui fut cette grande dame.

Née en 1899 en Seine et Oise, Anita Conti fut habituée dès l’enfance à côtoyer la mer et les bateaux. Ce fut une humaniste active et passionnée, qui fut aussi relieuse d’art, journaliste, photographe et écrivain. Elle mourut en 1997 à Douarnenez

Elle fut donc d’abord relieuse d’art, puis c’est son mari qui l’oriente vers une autre voie. Avant la guerre, elle embarque en 1935 sur un bateau océanographe. Et par la suite, c’est sur un chalutier-morutier qu’elle navigue en mer de Barents et au Spitzberg pendant 100 jours. Elle s’évertue à dénoncer la surexploitation des océans. Ses récits de voyages sont nombreux, elle publie des articles dans divers journaux. Ses activités la firent remarquer par l’ancêtre de l’Ifremer, elle en devint « chargée de propagande », ce qui l’amène notamment à aller sur le premier navire océanographe français. Au cours de ses équipées maritimes, elle prit de nombreuses photos dans des conditions pratiques très difficiles parfois. Son travail colossal et remarquable entre autre dénonce la vie précaire des marins et aussi un état des lieux déplorables des mers…

Plus d’informations sur le site du Patrimoine de la Ville de Lorient

Découvrez le fonds Anita Conti, propriété de la Ville de Lorient, sur la base de données en ligne accessible à l’adresse :

Fonds iconographique Anita Conti

Fonds d’archives papier Anita Conti

Par Isabelle et Nicolas le 12/03/20

Edit 24/03/21 :

Un fonds exceptionnel entièrement accessible en ligne avec les Archives de Lorient  :

https://anitaconti.lorient.bzh/fr

Terre et eau, des destins liés

Cette semaine a eu lieu, lundi 22 mars, la Journée mondiale de l’eau, l’occasion de s’interroger :

Comment les sols participent-ils à filtrer et à nettoyer l’eau ?
Quel périmètre est nécessaire pour protéger une aire de captage d’eau destinée à l’eau potable ? Comment tout ceci est-il estimé ?
Comment se fait-il que dans certains point de prélèvement, la trace de 40 pesticides différents peut être détectée ?
Combien coûte la dépollution et le traitement de l’eau ?

Dans ce film, vous découvrirez la relation entre l’eau et le sol :

Film réalisé par Terre de Liens qui préserve les terres agricoles, faciliter l’accès des paysans à la terre et développer l’agriculture biologique et paysanne :

https://terredeliens.org

Cuisinez des produits locaux avec Nathalie Beauvais

Pendant environ 30 minutes, vous allez pouvoir apprendre une recette avec des produits locaux bretons cuisinés en direct !

Mardi 23 mars à 18h sur la page Facebook de la plateforme qui relie producteurs et consommateurs en Bretagne :

https://www.facebook.com/produitslocauxbzh

Retrouvez Nathalie Beauvais, cheffe au restaurant Le Jardin Gourmand, à Lorient.

Revoir touts les épisodes sur la chaîne Youtube de Produits locaux en Bretagne, cliquez ICI

Soutenons les intermittents du spectacle vivant !

Il y a un an que tous les spectacles se sont arrêtés à cause de la pandémie, et que les intermittents du spectacle vivant n’ont plus le droit de travailler.

Depuis ce lundi, le Grand Théâtre de Lorient est occupé par eux 24h sur 24 : ils se relaient par groupes de 15 à 20 à l’intérieur, chaque jour.

Tous les jours aussi, ils se regroupent sur le parvis du Grand Théâtre de 13 à 14 h, et 2 musiciens ou acteurs donnent une petite prestation.

Cette manifestation extérieure est ouverte à tout le monde.

Mireille Kergoat

 

Mars, mois de la langue Bretonne

Dans le cadre du « Mois du breton – Mizvezh ar brezhoneg », découvrez sur votre webjournal des formations linguistiques et des activités culturelles.

Toute la programmation en Bretagne en cliquant ICI

“Pendant les Deizioù, je lis un livre sur la Bretagne” est une proposition d’Emglev Bro an Oriant faite à tous de mieux découvrir le fonds breton dans différentes médiathèques du Pays de Lorient. Les médiathèques participantes mettent en avant leurs ouvrages en langue bretonne ou à propos de la culture bretonne pendant les Deizioù et le Mois de la Langue Bretonne.

 

Sur la chaîne Youtube “Bretonne”, Maïlys Princé propose des cours de breton, partage ses coups de cœur littéraires, musicaux et vous fait même découvrir les particularités du breton de l’île de Groix : https://www.youtube.com/channel/UCoHpEz8U6nlhgkefE7cHR1w

 

Apprenez le breton en écoutant des podcasts de dix minutes par jour, vous parlerez breton dans six mois !

En fait si vous commencez aujourd’hui, vous pourrez dire ‘Komz a ran brezhoneg bremañ !’ dès demain !

Je parle breton maintenant avec https://eienn.bzh

 

 

La série « Clichés bretons » est une série de 24 épisodes de 2 minutes qui a pour objectif de répondre à des questions que l’on peut se poser sur la Bretagne, en tordant le cou, avec humour et rigueur, à certaines idées reçues sur la Bretagne : Nantes est-elle en Bretagne ? Le Gwenn ha du est-il traditionnel ? Quelles sont les origines des coiffes bretonnes ? Pleut-il toujours en Bretagne ?

Retrouvez tous les épisodes sur le site Bretagne Culture Diversité, en français et en breton !

A suivre…

 

 

La Fresque Océane sensibilise aux enjeux liés à l’océan

La Fresque Océane était à Lorient samedi 13 mars, pour ceux qui comme moi ont manqué le rendez-vous, une nouvelle chance de participer à cet atelier samedi 20 mars à Vannes de 14h à 17h animé par Laëtitia Chédru. Places limitées,réservation en cliquant ICI

Co-voiturage possible à partir de Lorient, départ à 13h, me contactez par mail : multimedia.polygone@gmail.com

Inspiré de « La fresque du climat », le jeu de la Fresque Océane sensibilise aux enjeux liés à l’océan et aux impacts de nos activités sur cet écosystème.

Savez-vous pourquoi les requins sont les « nettoyeurs des océans » ? D’où viennent les marées vertes ? Quelle est la différence entre la pêche électrique et la pêche au chalut ? Quel est la part du transport maritime dans le transport de marchandises ?

 

 

Venez découvrir la “Fresque Océane”, un atelier ludique et collaboratif pour bénéficier d’une meilleure compréhension d’ensemble des enjeux de l’océan, à la fois en termes de menaces mais aussi d’opportunités, et avec à la clé l’envie d’agir individuellement et collectivement !

Sa biodiversité fascinante, son rôle essentiel dans la machine climatique, l’étendue de ses nombreuses ressources, mais aussi les impacts de nos activités et de nos gestes du quotidien n’auront plus de secret pour vous…

Cet atelier créé par Alice Vitoux s’adresse à tous, citoyens, collectivités, entreprises ou écoles, et vous plongera dans une exploration sous-marine collective.

Pour en savoir plus https://fresqueoceane.com

Animation dans le cadre du tour de France de l’association Horizon qui sensibilise le grand public à la réduction de nos déchets et à la préservation de nos ressources, plus d’informations : http://www.projet-horizons.fr/

Studio d’enregistrement professionnel

Notre studio d’ enregistrement professionnel vous accueille pour tous vos projets musicaux :
Prise de son, enregistrement, Mix Master audio & montage vidéo, réalisation, accompagnement de projet.
Nous vous proposons un équipement haut de gamme (Neumann, AKG, Avalon, Pro Tools HDX, Bricasti, Melodyne, Auto-Tune…) ainsi que l’expertise d’une équipe accueillante, motivée et expérimentée.
Venez découvrir notre studio et nos locaux à partir du mois d’avril
Une journée porte ouverte chaque lundi et jeudi de 9h à 17h jusqu’à mi -Mai
N’hésitez pas à nous contacter pour tout renseignement complémentaire, nous sommes à votre disposition : 07 86 88 32 39

Redonnez de l’attractivité à la pointe de la Perrière

La quartier de la Perrière était à une époque très dynamique, foisonnant de monde.

Cette énergie revient doucement avec de nombreux restaurants qui s’installent, des lieux comme “La Colloc” ou “chez Finette” qui attirent. L’économie du monde maritime reste toujours dynamique pour la ville, mais mériterait d’être plus connue.

Malheureusement, un monument de l’Histoire de Lorient s’apprête à disparaître, à l’extrémité de l’avenue de la Perrière, visible au loin depuis le début de la rue de Carnel.

Notre association propose une reconversion de ce bâtiment, jamais étudiée à ce jour, car la démolition a toujours été la seule option.

Dans notre projet, le bâtiment accueillerait au rez de chaussée, les activités liées au port de Pêche, comme précédemment. Dans les étages, des espaces pour des associations lorientaises en lien avec le caractère maritime, mais aussi culturel. Des espaces dédiés à des entreprises spécialisés dans la recherche et le développement du domaine maritime (commerce, transport, navigation, nautisme, pêche…). Des espaces dédiés à des formations spécifiques aux métiers de la mer, depuis la pêche, jusqu’à la dégustation, en passant par la transformation, commercialisation…
Enfin, le dernier étage sera pour tous les lorientais, ils pourront contempler les environs, en dégustant les produits de la mer, mais aussi de la terre, puisqu’ils pourront contempler l’horizon à 360°C, le scorff, le blavet, le Ter, la Terre, la MER !!

Pour voir ce projet aboutir, aidez-nous à financier nos actions de communication, de préfiguration, de recherches :
https://kengo.bzh/projet/3049/je-fonds-pour-ma-glaciere