Lorient, les mémoires d’une ville détruite

Lorient commémore cette année les 80 ans du bombardement qui l’a anéantie entre le 15 janvier et le 16 février 1943. Les Alliés déversent entre 50 et 60 000 bombes incendiaires sur Lorient, détruisant environ 3 000 des 5 000 immeubles de la ville. Le théâtre, l’Hôtel Gabriel et l’église Saint‐Louis sont à terre. Plus d’infos sur le site des Archives et du Patrimoine

Ce film documentaire a été réalisé par Christophe Hoyet en 2003, est illustré par des archives photographiques et cinématographiques de cette époque.

© Ville de Lorient & Trigone Production

Le Lorient d’antan

Une nouvelle carte postale toutes les semaines pour mieux connaître l’histoire de Lorient :

1. La place Alsace-Lorraine dans les années 30

Carte postale, datant de 1935/1939, Gaby éditeur à Nantes, collection personnelle.

Au premier plan, les arbres de la place, et le kiosque à musique, celui-ci étant inauguré le 24 novembre 1933 (en remplacement d’un premier kiosque, datant de 1885 et détruit en janvier 1933) avec sur son toit les armes de la Ville de Lorient et des cartouches avec le nom de compositeurs célèbres. Rescapé des bombardements de 1943, il sera démoli après guerre, lors de la reconstruction de la place.

Au second plan, les immeubles de la place, à gauche, la rue de Turenne (de nos jours on y trouve l’église Notre-Dame de Victoire), à droite, les rues des Fontaines et de La Patrie, avec les magasins Fashion House et Novoprix (de nos jours, les Galeries Lafayette ) et à droite le magasin de vétements Saint Remy (de nos jours le magasin Burton)

Il y avait deux autres kiosques à musique à Lorient, un place d’Armes et un place de La République, dans le quartier de la Nouvelle-Ville.

2 – Le cours des Quais

Le jeu des 7 différences et plus : Sur ces deux cartes postales, nous voici devant le bassin à flot, avec à l’arrière plan, le cours des Quais (notre quai des Indes actuel), dont l’arrière du théâtre du cours de la Bôve, et au premier plan des marins qui réparent une voile de bateau.

Vous vous demandez pourquoi mettre deux fois la même carte postale, la 2012 de la collection Villard ?

Si vous regardez bien, il y a des différences entre les deux cartes postales…

 

3 -La place d’Armes et l’Hôtel Gabriel vers 1905

Au premier plan, des enfants et des marins posent devant la statue de Stanislas Dupuy de Lôme; à droite la Préfecture Maritime de Lorient, avec sa marquise, ses souches de cheminée, et ses sculptures du 18e siècle, et sa grille, notre actuelle galerie Le Lieu . Au fond la tour de La Découverte et les arbres de la colline du Faouëdic.

Carte Postale, collection Villard, Quimper, éditeur.

4 -La rue Beauvais et Hôtel Terminus vers 1920

Sur cette carte postale, nous voici rue Beauvais, à gauche, cachée par les arbres se trouve la gare, à droite, au fond l’école de Kerentrech, le tabac de l’hôtel Saint Christophe, hôtel qui sera a reconstruit dans les années 30, l’hôtel Terminus, avant son agrandissement et une belle villa, qui existe toujours. On notera la publicité pour les vêtements Saint Rémy

J. Nozais, éditeur, Nantes

5 – L’avenue de Merville vers 1905

Nous voici avenue de Merville (de nos jours avenue Jean Jaurès) au niveau du carrefour avec les rues de Kerlin et Claire Droneau, en direction de la Nouvelle-Ville. Notre regard est attiré tout d’abord par la foule qui pose pour le photographe sur la chaussée et le trottoir de droite, avec principalement des enfants, puis par le tramway, avec sa publicité pour le triple-sec Poulain, qui roule en direction de Ploemeur. Sur le trottoir de droite, un kiosque ou une vespasienne, avec une publicité pour le Grand Théâtre Delemarre, « prochainement à Vannes? »

Carte postale, collection Villard, éditeur, Quimper.

6 – Le Quai de Rohan, la rue Carnot et le Pont Tournant vers 1905

Sur cette carte postale, nous voyons au premier plan trois vedettes, reliant Lorient à Port-Louis, ancêtres de nos batobus, à droite le Pont-Tournant, reliant le cours de Quais à la Nouvelle-Ville. Sur le quai côté Nouvelle-Ville, deux bateaux, dont « Le Redoutable » à droite. Enfin, nous voyons quai de Rohan, des entrepôts, dont ceux des Bateaux à Vapeur du Nord et ceux des Messageries de l’Ouest & Union Belliloise et celui du Charbon de Terre, aux angles de la rue Carnot et du quai, un café et un tabac.

H. Laurent, Port-Louis, éditeur

7 – Quartier de Kerentrech,vers 1900, rue de Brest (Pierre-Paul Guieysse)

Nous voici devant l’église Notre Dame de Bonne Nouvelle, avec son porche et son clocher. A gauche, la future place de l’Yser avec ses arbres, le kiosque d’un marchand de journaux et une cheminée d’usine. A droite un banc et une charrette à bras.
Carte postale, H. Laurent, Port-Louis, éditeur

8 – La rue du Maréchal Foch vers 1935

Nous voyons ici la rue Maréchal Foch, par temps ensoleillé, avec une grande animation, automobiles, cyclistes, piétons, dont des marins. Parmi les commerces, on remarque « A l’Ours Polaire », une quincaillerie, un magasin vendant des articles de chasse. Au fond l’église Saint Louis, à droite, à l’angle de la rue Paul Bert, la fontaine monumentale dit aussi fontaine de Neptune, oeuvre du sculpteur Auguste Nayel et de architecte Stephen Gallot.

Carte postale, de la série « Lorient Moderne », Nozais, éditeur, Nantes Bon dimanche

9 – La plage de Port-Maria vers 1910

Voici la plage de Port-Maria à Larmor-Plage, vers 1910, un jour d’été, avec de nombreux promeneurs.
Au premier plan sur les rochers des femmes avec leurs ombrelles, ainsi que des militaires en uniforme.
Au second plan, les promeneurs, mais peu de baigneurs, on remarque des tentes et cabines de plage
Au fond, de droite à gauche, la terrasse d’un café ou d’un glacier, la villa Les Sables qui agrandie deviendra le Celtic Hôtel et la villa Les Hermines, construite en 1910

Collection H Laurent, Port-Louis, éditeur

10  – Vue générale du Port de Commerce vers 1920

Aujourd’hui je vous propose une vue de l’avant port de Lorient, avec des bâtiments qui existent toujours, pour la majorité d’entre-eux
Au premier plan, le quai de Rohan, avec ses bateaux à voile et à vapeur, avec un train de marchandises, chargeant la cargaison d’un bateau.
Le port de Lorient, était desservi par deux lignes ferroviaires à usage de fret, une de la compagnie du P.O. et l’autre de la Compagnie des Chemins de Fer d’Intérêt Local du Morbihan.
Dans l’avant port, une vedette à vapeur vient de quitter Lorient et va en direction de Port-Louis ou de Larmor-Plage. Ce sont les ancêtres de nos bateaux-bus actuels.
Au second plan, le Cours des Quais (Quai des Indes), avec un bateau de pêche, à gauche,les hôtels particuliers du XVIIIe siècle, dont la maison natale de l’écrivain Ernest Hello, à droite, la Cale Ory et l’Hôpital Maritime, les casernes de la Gendarmerie Maritime et au fond, le jardin de l’Hôtel Gabriel, la villa Frégate, et la tour de la Découverte
Carte Postale, faisant partie d’un album souvenir de Lorient, édité vers 1920, J. Nozais, éditeur à Nantes.

Au premier plan, le pont suspendu Saint Christophe, inauguré en 1847, et remplacé par le pont actuel en 1960, avec les voies du tramway, à droite une villa, au fond le Scorff avec le parc à bois Saint Isidore et Lanester.

Collection personnelle, J. Nozais, éditeur à Nantes

11 – Le pont Saint Christophe vers 1920

Au premier plan, le pont suspendu Saint Christophe, inauguré en 1847, et remplacé par le pont actuel en 1960, avec les voies du tramway, à droite une villa, au fond le Scorff avec le parc à bois Saint Isidore et Lanester.

Collection personnelle, J. Nozais, éditeur à Nantes

 

12 – la place Alsace-Lorraine et les rues des Fontaines et de La Patrie, vers 1905

Au premier plan, des enfants posent devant le photographe, à gauche le magasin de chapellerie et chemiserie Fashion House, à droite les Modern Galeries, avec une belle façade en pierres de taille et une marquise, et une calèche qui stationne devant l’entrée du magasin. A noter les enseignes sur le toit, qui étaient peut être lumineuses.

Sur la place on voit un kiosque à journaux, devant Fashion House, et une vespasienne, à l’angle de la place avec les rues de La Patrie et des Fontaines.

Au fond la rue des Fontaines, une des rues les plus commerçante de Lorient, qui va de la place Alsace Lorraine, jusqu’à la place Bisson .

Carte postale, Collection H. Laurent à Port-Louis, collection personnelle.

Les anciennes murailles de Lorient

En se promenant dans la ville aujourd’hui, il est parfois difficile d’imaginer les constructions qui ont disparu avec les siècles. En l’occurrence, je vous invite à vous demander ce que furent les anciennes murailles de notre ville et surtout où elles furent construites.

Si c’est bien en 1666 que furent octroyés des terrains à la Compagnie des Indes Orientales,  dans une des rares rades de France, à l’embouchure du Scorff et du Blavet, la date où ces espaces sont ainsi offerts correspond à l’édit de création de la ville.

Peu à peu, la ville va se créer progressivement autour des terrains sur lesquels sont construits les futurs bateaux de la Compagnie des Indes. Peu à peu la cité augmente sa surface. En 1735, Angères du Mains, un ingénieur des fortifications de Bretagne à Brest, de 1728 à 1739, dessina un projet pour fermer l’espace côté terre. Ce ne sera qu’en juin 1744 qu’une muraille est enfin terminée, avec trois fronts de polygones fermés par deux bastions et deux tours aux angles intermédiaires. L’ensemble est relié par deux courtines.

Si on se réfère au nom des rues actuelles de Lorient, il est possible de situer l’emplacement de l’ancienne muraille :

– Mur extérieur : le long des boulevards Général Leclerc et boulevard Maréchal Joffre, puis les rues Le Poulichet, Delory et Albert Schweitzer ;
– En intérieur (intra-muros) : la ligne part de la rue Cambry vers la place Aristide Briand, direction la rue de Kervérot vers l’intersection de la place de la Libération et la rue Vauban. Puis, la ligne se poursuivait : tout droit en parallèle au boulevard Joffre, à partir de là, à travers la gendarmerie vers la rue des Remparts, puis l’allée du Colonel Rémy.

Les places Aristide Briand et Clémenceau se trouvaient au pied des portes, intra-muros.

Par ailleurs, il existait une lunette à Kerlin, près du pont du moulin ou moulin à marée qui se trouvait entre la mer et l’étang du Faouédic. Son implantation qui partait de la place des Frères de Beaufort était à peu près située entre l’avenue Anatole France, la rue Faidherbe, le début de la rue Michelet avec retour vers la place Jules Ferry en direction de la rue Cambry.

Source Archives Ville de Lorient

 

Le 17 octobre 1744, le contrôleur général des finances Fulvy accepte la création de deux portes dans les enceintes :
– La porte de Ploemeur (avenue du Faouedic) était dotée d’un pont-levis. Ce dernier passait au-dessus des douves qui longeaient les fortifications et se remplissaient à chaque marée.
– La porte d’Hennebont place Clémenceau ou porte du Morbihan était protégée par deux barrières. La première se trouvait en amont, au niveau d’un bastion qui la protège et la seconde était en avant sur la route.

Leurs constructions furent achevées en 1758.

Au cours du 20ème siècle, les murailles furent détruites.

Un grand merci au service du Patrimoine de la Ville de Lorient pour leur aide.

Plus d’infos : https://patrimoine.lorient.bzh/histoire/architecture/edifices-militaires/fortifications-de-lorient/

Trévarez, une visite fabuleuse

L’occasion s’est présentée, l’autre jour, pour moi de me rendre au domaine de Trévarez, tout près de Château-neuf du Faou. En ce moment, le domaine de Trévarez est magnifique. Certes les plantes ne sont pas en pas en fleurs. Mais, beaucoup de choses remarquables sont à voir en cette période de noël.

Tout d’abord, dans les anciennes écuries, il est possible de voir une splendide exposition sur l’œuvre de Jules Verne. Lorsque l’on entre dans la pièce principale, on découvre une splendide montgolfière orange. Dans la nacelle de cette dernière se tient un homme en tenue d’époque. Peut-être est-ce Philéas Fogg  dans Le Tour du Monde en 80 jours ? Un peu plus loin, on peut aussi voir un sous-marin sorti de 20 000 lieues sous les mers ou encore regarder un film « L’étang moderne ».

Merci à Catherine pour ses photos prises lors de la sortie avec le centre social du Polygone PLL le 10 décembre 2022

Après avoir vu l’exposition, il est possible de parcourir la distance qui sépare les anciennes écuries du château lui même. On débouche donc devant la construction du 19ième siècle. A la droite du château, un point de vue depuis une terrasse du parc, permet d’observer la ville de Château-Neuf-du-Faou, de l’autre côté de la rivière.

Ensuite, la façade de l’actuel château du domaine, datant de la fin du XIXième siècle, nous attend, avant que l’on puisse franchir le porche et parcourir les salles du rez de chaussé. Les décors sont splendides. Qu’il s’agisse des cheminées ornées de sculptures ciselées ou des boiseries, avec parfois des décors splendides en céramique.

Plus d’infos sur Wikipédia

Journée de la laïcité

Chaque année, le 9 décembre, on célèbre en France la Journée de la laïcité car c’est le 9 décembre 1905 qu’a été voté la loi de séparation des églises et de l’État…

Testez vos connaissances avec ce quiz réalisé par la Ligue de l’enseignement :

https://memoires.laligue.org/quiz/laicite/11-questions-sur-la-laicite

L’histoire de la laïcité en France :

La synCOP27 à la Maison Glaz 

La réunion de la COP27 a lieu du 04 au 20 novembre à Sharm El Sheikh en Egypte, qui se trouve à côté du désert du Sinai.
Aussi, la maison Glaz a-t-elle décidé d’organiser un off de cette rencontre sur le thème de l’humour en politique : Mieux vaut en rire que polluer !

Par ailleurs , c’est officiel, la commune de Gâvres annonce sa «candidature officielle» pour la COP28 face à Dubaï.

Pendant trois jours, seront mobilisées toutes les compétences performantes et citoyennes possibles sur le thème de la COP 27. Cela se passera du vendredi 11 au dimanche 13 novembre 2022.

Toute la programmation : https://maison-glaz.bzh/programmation/

Parmi les animations, je vous conseille tout particulièrement, en plus de projection de film :

– Jour 1 et jour 2: Entre 10h00 et 18H00, ce sera l’occasion de fabriquer des OVNI, ( Objet flottants non identifiés) qui seraient des véhicules officiels de la COP 28 . Les objets fabriqués seront testés le troisième jour.

– Jour 2 et jour 3: Jeux d’écriture pour la participation à la réalisation d’un journal climatique (inscription conseillée) qui seront suivis d’une nuit du journal avec une dizaine d’artistes dont impression notamment clôtura les trois jours.En présence d’une dizaine d’artistes et accompagné par l’association Minagraf.

Invité.e.s : Malheurs Actuels, Fabrice Tho Mathias Rebuffé, Morgane Thomas, Cat Pouplain, Doriane Rio, Christophe Robin, Jean-Baptiste Quer, Damien Roudeau, Sophie Tardy-Joubert, Monsieur QQ, Marie Lavault, Denis Gouin

Ouvert à tou.te.s ! Entrée libre

Sortie Familiale à Concarneau

Pendant ces vacances d’automne était programmée une sortie familiale à Concarneau avec visite du Marinarium puis de la ville close.

Pour le plus grand plaisir des 34 participants, le soleil était de la partie hier après-midi.

Le rendez-vous était donné au Centre social à 14h pour un départ en bus vers Concarneau et un retour en soirée à Lorient..

Arrivé à Concarneau , tout d’abord visite du Marinarium. Chacun à son rythme.

« On a fait 2 fois le tour pour être sûr de ne rien avoir raté « dira une maman.

 » On a vu plein de poissons » rajoutera une  autre.

 

Tout de suite après quartier libre dans la vieille ville, chacun a pu flâner dans les petites rues de la ville close, admirer le panorama du haut des rempart et profiter du petit parc pour se poser un instant et laisser les enfants courir librement. D’autres se sont posés à la terrasse d’un café pour profiter tranquillement du moment présent.

 

 

D’autres encore ont esquisser quelques pas de danse en profitant de l’air entrainant jouer à l’entrée de la ville close par quelques musiciens.

Une belle après-midi riche en découverte et bonne humeur .

Tous pour l’architecture !

Du 14 au 23 octobre 2022, des expositions, des balades urbaines, des projections, des discussions et remises de prix mais aussi un salon de l’immobilier, prendront place dans toute la ville. Vous pourrez ainsi retrouver plus de 25 évènements dont la majorité sont gratuits et ouverts à tous !

Le thème de l’habitat a été choisi cette année pour guider la programmation. À travers une exposition et une grande journée de discussions notamment, qui interrogeront son évolution et les attentes qui y sont liées.

Organisé par la Ville de Lorient, le Réseau des maisons de l’architecture et la Maison de l’Architecture et des espaces en Bretagne, l’évènement rappelle l’importance de l’architecture dans notre quotidien.

Le thème qui colore sa programmation met en question les grands défis qui attendent « l’habitat de demain » à l’image de la sobriété, l’inclusion, la résilience, l’urgence climatique ou la productivité.

– Accéder au programme complet :

https://www.ma-lereseau.org/le-labo/tous-pour-larchitecture-lorient

– Présentation des visites sensorielles et balades à trois voix :

https://www.ma-lereseau.org/le-labo/tous-pour-larchitecture-lorient/les-visites-lorient

– Inscription aux visites :

https://billetterie-patrimoine.lorient.bzh/semaine-de-larchitecture

Mon coup de cœur de la semaine, l’exposition à la maison de l’agglomération :

Réenchanter le monde, l’architecture et le ville face aux grandes transitions.

A voir jusqu’à dimanche 23 octobre, ouvert samedi et dimanche de 14h à 19h

 

Un monde à explorer avec la Tara

Du 13 au 16 octobre a eu lieu des animations et des conférences pour tous dans le quartier de la Base à l’occasion des festivités de L’océan, un monde à explorer.

Tout d’abord , il y a eu la rencontre de Monsieur Jean Jouzel, ancien membre du GIEC et Romain Troublé, directeur de la Fondation Tara. La passionnante discussion entre les deux intervenants et le public était très instructive. (Lire l’article de Jacline)

Le village des sciences, installé dans la salle événementielle K2, était organisé par la Maison de la Mer, il permettait la découverte des océans. Une allée de divers stands très intéressants nous amenait à une magnifique exposition sur le plancton. Le public pouvait s’arrêter en divers endroits pour pratiquer diverses activités proposées pour un public de tout âge. On pouvait ainsi créer de l’électricité, en tournant une manivelle d’une petite machine pour utiliser des énergies renouvelables. Ailleurs, on pouvait regarder du plancton au microscope, grâce à l’Observatoire du plancton . Il était aussi possible par exemple, de comprendre l’impact du plastique sur l’environnement, notamment, grâce à un stand de la fondation Tara.

Le point d’orgue des animations fut l’arrivée de la magnifique goélette Tara à Lorient, son port d’attache, après 22 mois de voyage. Nous pouvions suivre en direct sa progression sur un écran géant grâce à un drone. L’émotion était à son comble, quand le voilier est arrivé dans la rade, à proximité de la cité de la voile, escorté par 40 bateaux. Il a accosté vers 16h au ponton sous les acclamations de la foule venu en masse. Emu par un public aussi nombreux, le capitaine de la goélette a remercié les personnes présentes. Des personnalités locales, régionales, nationales et européennes, en même temps que l’ambassadeur des pôles, étaient présentes pour l’occasion.

Une conférence a suivi cette arrivée extraordinaire. Romain Troublé était interrogé sur l’expédition que Tara vient d’effectuer. Nous pouvions prendre conscience de l’importance du microbiome marin dans la vie des océans. Près de 25 000 échantillons prélevés sont désormais près à être étudiés.

Le lendemain, dimanche, alors que des conférences et des expositions se poursuivaient dans le cadre du festival les Aventuriers de la mer, il était possible de visiter de  la Tara qui restera à Lorient jusqu’en 2023. On pourra même le visiter gratuitement dans les prochaines semaines, en octobre, à condition de réserver sa place sur Internet, cliquer ici

Il est question ensuite d’un voyage à Saint-Malo puis à Cherbourg. En 2023, une nouvelle expédition aura lieu…

Suivez la Fondation Tara sur son site web et sur Facebook

L’émission La Terre au carré était consacrée à La Tara vendredi 14 octobre, en écoute ici

Rencontre autour du climat et des océans

Jeudi 13 octobre , Jean Jouzel , climatologue ancien vice-président du GIEC, était à Lorient à l’occasion du retour du TARA.Il a échangé avec Romain Troublé biologiste et directeur de la fondation TARA sur le rôle essentiel des océans dans les évolutions climatiques.

Après plus de 2 ans d’expédition en Atlantique sud, la goélette scientifique retrouve Lorient, son port d’attache, avec à son bord des nouvelles sur le microbiome marin. Le microbiome est à l’origine de plus de la moitié de l’oxygène produit par les océans et permet de stocker le carbone.

Les océans jouent un rôle essentiel dans le réchauffement climatique. L’acidification des océans provoqué par le CO2 perturbe tout le calcaire sous-marin comme le corail. Conséquences : migration d’ espèces et des ressources halieutiques, élévation du niveau de la mer.

Les problèmes sont identifiés; la prise en compte politique n’est sans doute pas à la hauteur des enjeux, ce qui n’empêche pas tout citoyen de s’engager individuellement selon ses possibilités et valeurs.

Jacline