Rétro des expos arts graphiques en 2020

 

Merci aux artistes d’avoir mis de la couleur dans le webjournal du quartier !

 

Vues d’architectures lorientaises / Sébastien Coueffic

www.lekiosque.bzh/2020/vues-darchitectures-lorientaises

Lorient à la fin du confinement… / Kaz

www.lekiosque.bzh/2020/lorient-a-la-fin-du-confinement

 

L’art est dans la rue au quartier Frébault /

Faustine Hamoum, Oscar Yana et des enfants du quartier

www.lekiosque.bzh/2020/animation-pixel-art-au-quartier-frebault

 

Par les sentiers de bords de mer / Brigitte Jotté de la Touche

www.lekiosque.bzh/2020/par-les-sentiers-de-bords-de-mer

 

Visions de Lorient en aquarelles / Andrée Le Garrec

www.lekiosque.bzh/2020/visions-de-lorient-en-aquarelles

 

Les croqueurs en confinement (1/2) /  Urban sketchers Lorient

www.lekiosque.bzh/2020/croqueurs-en-confinement

Les croqueurs en confinement (2/2) /  Urban sketchers Lorient

www.lekiosque.bzh/2020/les-croqueurs-en-confinement-2-2

« vue de ma fenêtre » / Expo participative

www.lekiosque.bzh/2020/vue-de-ma-fenetre

 

Carnets voyageurs/ Fanny Poussier

www.lekiosque.bzh/2020/carnets-voyageurs-fanny-poussier

Un incroyable jardin /Natalie Lanson

www.lekiosque.bzh/2020/natalie-lanson

Un confinement en croquis… / Sylvie Bargain

www.lekiosque.bzh/2020/un-confinement-en-croquis

 

Cours d’arts plastiques  avec Anne Regnault / Expo collective

www.lekiosque.bzh/2021/expo-virtuelle-des-cours-darts-plastiques

Le Sonotone

Par Marcel Le Guilloux

https://theatredeloeuf.weebly.com

 

Mes Jeunes Vœux……………..disent 9

Comme ce sont les mêmes qu’aujourd’hui

J’ai mis tous mes vieux vœux dans le même panier
“Ça s’écrit en noir, en rouge, en jaune ou bien en blanc
quand ça ne s’écrit pas , ça se dessine”
Picorez, picorez
chacun, chacune en aura sa part

tous, toutes les auront entiers
Ce ne sont pas des vœux recyclés
Ni bios, ni raisonnés

Cette année enfin,

Nous serons des Utopistes debout
Affamés de liberté

Le 13/01/19

avec la complicité involontaire et approximative
de Johnny,  Hugo et Paris Clavel

 

n° Spécial Noël

(tirée d’une histoire presque vraie et légèrement romancée)

Chouette, chouette, chouette, ce soir je suis invité, gracieusement, à assister à un concert donné au grand théâtre
Au grand théâtre de Lorient
Le quatuor Bella s’y produit
J’y suis invité gracieusement,
Mais comme je suis toujours gracieux et élégant,
Cela  sous-entend, sans doute que je fait partie des ” VIP “,
Que ma tenue se doit d’être particulièrement soignée.
J’ai la chance de voir la cour de l’école maternelle de la fenêtre de mon “home sweet home”
Rien au monde ne me déride plus que la vue des ces petits bouts de choux  hurlant, courant, tombant sous l’oeil attendri de leur jolie maîtresse qui louche de son autre bel oeil sur le chronomètre qui bientôt guillotinera la récréation
Je m’éclipse bien avant le couperet  dans la salle de bain
Le “lifting” a fonctionné, je suis lisse, souriant et très élégant dans le costume de mon
2 ème mariage, celui qui avait servi au 1er
Il est temps que j’y aille.
Je démarre mon joyeux et fringant Pimpom, je traverse la ville si joyeusement éclairée
Je vais écouter le Quatuor et je serai à l’heure
Je me gare près de chez Maître Brisset, j’ai 7 mn pour atteindre le Grand théâtre
Il pleuviotte, les arcades Jules Ferry m’offrent leur abri
A la terrasse des cafés, nombreuses sont celles qui d’un sourire m’invitent à partager un verre.
Je n’ai hélas pas le temps , je suis invité au concert, au récital
Récital, ça fait mieux, c’est plus chic
Je traverse La Place Rouge, ancien nom donné à la place de la mairie quand la mairie était de gauche.
Je m’y sens bien seul
Personne n’afflue vers le somptueux édifice blanc qui accueille les spectacles
Je cours, me serais-je trompé de salle
En quelques jolies foulées, je suis devant les portes vitrées d’un hall désert.
Bon sang mais c’est bien sûr, pas de temps à perdre, c’est sûrement au Studio Merville,
Il me reste 3 mn, c’est jouable
Déjà je cours, double la piscine, négocie joliment le virage des Halles Centrales
Je suis large sur les trottoirs de l’avenue
Je traverse, une voiture, une C3 pile et me klaxonne….. un ami peut-être, je fais un petit salut et me fais klaxonner par un autre ami venant dans l’autre sens et qui me fait la fête
– Abruti!!!!!
Pas le temps camarade, je vais au récital de euh, je suis un peu essoufflé mais je commande des fleurs
elle est jolie la fleuriste, je repars en courant…. avec mon joli bouquet
Elle hurle sur le pas de porte “Au Voleur”….. je n’ai rien volé, Mlle, c’est pour  offrir
Un dernier virage à négocier, ça passe, ouf!!!!!
Je reprends mon souffle
Ça va aller, pile à l’heure, Super Marcel n’a vraiment pas volé son nom
Je pousse la porte, tous les regards se tournent vers moi
Dans le silence on entend les bulles de Champagne (depuis Higelin, Champagne est majuscule)
Dans le silence je vois ma silhouette dans les vitres,
Le costume de mon second mariage me colle à la peau, je dégoulle de pluie et de sueur
– C’est pourquoi me demande un homme tatoué, un  régisseur sans doute (jean’s tee shirt, ce ne peut-être qu’un régisseur)
– je suis invité au récital de euh euh
– Y’a pas de récital ici, c’est L’Arbre de Noël de la boîte
Une très jolie et gracieuse jeune femme s’approche, me chuchote
– C’est la semaine prochaine monsieur et c’est à l’autre salle, mais partez je vous prie, vous faîtes peur aux enfants, s’il vous plaît, s’il vous plaît,
je lui tends les fleurs, des pivoines, j’adore les pivoines
…. et je rentre chez moi…. sous la pluie…I ‘m singing in the rain
… je ne sais plus où est Pimpom.
je vais regarder ” Le père Noël est une ordure” …..à la télé…  c’est pas drôle, j’aime bien rire

Le 17/12/18

Mamie Chipie

En préambule de  mon dernier opus,  “Au bout du comptoir,  la mer”,  je cite Voltaire affirmant : “Le café est le parlement du Peuple”
Alors, par décision de justice,  un parlement, une chambre démocratique vient de fermer ses portes dans notre quartier.
Sur la vitrine de Mamie Chipie, quelques mots de soutient ou d’estime. Trop peu à mon avis…pourtant cette dame, figure tutélaire, emblématique  a coloré l’âme de notre quartier,  a témoigné du commerce à l’ancienne où chacun serre la main de tous en arrivant et s’installe là où il peut,  là où la conversation est en construction, en roue libre.
Allons-nous prendre l’habitude de ses caisses automatiques où il n’est pas utile de sourire à la machine enregistreuse ?
J’ai besoin d’un bon jour, de chaleur, de vie… je vous engage dans un superbe sursaut de témoigner de votre attachement à cet estaminet qui a pansé bien des solitudes.
Un mot pour elle est pour un moindre mal…
Chaleureusement à tous

Le 21/09/18

N° 9 de Pâques

Surprise dans l’édition !
Les rotatives tournent à plein,
Pas de week-end de Pâques pour les imprimeurs……
Pourquoi?
Dès mardi, dans votre librairie et non chez Amazone
Une nouvelle présentation de
– De l’amour –  de Stendhal
Augmentée d’une préface de Yodelice
Qui est Yodelice ?
Tout simplement l’auteur-compositeur du dernier opus
– De l’Amour – de Johnny
Mr Sarkozy en citant Mme de Lafayette affole les ventes de – La Princesse de Clèves -,
Johnny en chantant – De l’Amour – ressuscite Georges Stendhal, l’oublié (Georges, je crois)
La petitesse ou le talent booste les ventes, il faut refaire les stocks !!!
Elsa Triolet déclarait le 14 février 1964 être une fan de Johnny (et de Bardot),
sans doute aurait-elle aimé être chantée par l’idole des jeunes!
Johnny, après avoir sublimé Lautréamont, Shakespeare, Labro, Jan et Jill et tant d’autres,
aurait pu graver dans la cire plutôt que dans le marbre
– Le rossignol se tait à l’aube –  Elsa T chez Folio (1970)

Marcel, réac en chef…….encore sonné

Le 1/04/18

 

N° pair !

(Librement inspiré par Mr Le Soux)

Il fait beau,
Il fait froid,
Nous sommes des centaines
Nous sommes des milliers
Nous sommes des centaines de milliers  sur les Champs
Au loin, le bruit des motos peut-être
Mille fois  sur la pointe des pieds
Mille fois je ne vois rien d’autre que des milliers de gens sur la pointe des pieds
Des gens qui sourient une larme au bord des  yeux
Des gens qui disent- Merci
Qui chantent- Que je t’aime
Qui braillent Gabrielle
L’histoire ne s’arrête pas à La Madeleine
Elle continue dans le coeur de ceux qui savent aimer
Nous n’aimons pas écouter aux portes
L’histoire continue
Nous sommes les héritiers

Marcel, réac en chef

Le 22/03/18

Le Sonotone – n° d’hiver

à Lucien Gourong, conteur épicurien et groisillon

(Photo: Yvon Kervinio)

Comme je dors peu, je me réveille souvent endormi. Je somnambulise jusqu’à la fenêtre que j’ouvre avec gourmandise. Je me remplis les éponges d’un air que personne encore n’a respiré, je vis.

Ce matin-là, c’est différent,  une odeur que j’attends depuis des années, un cadeau, un fantasme. J’ouvre les yeux doucettement, il a neigé, il neige, ça sent le neuf, l’origine, le beau.

8 heures, je petit-déjeune, jambon, œuf, fromage, un bon verre de bon vin…. et hop, je m’habille et hop, je saute dans le fidèle Pimpom et hop, en route.

Dans un verger, entre les pommiers, j’aperçois un petit ours blanc. Déjà là! Fantastique nature.

Enfin la mer, je me glisse à l’arrière, me change. Mince, j’ai oublié mon maillot. Qu’importe, à cette heure-ci, par ce froid, il n’y aura personne sur la gréve n’est-ce-pas ? Quelques mouettes peut-être, quelques gravelots sans doute. J’ai un bonnet de laine, un bonnet de bain, se protéger la tête est le geste animal des nageurs de hauts fonds. Je m’emmitoufle dans mon peignoir, mon sac isotherme et vite, la plage, et vite la mer.

C’est éblouissant, doux, mes pieds nus sont caressés par la neige, réchauffés par le sable. Les vaguelettes se frottent le ventre au continent. Personne, seul témoin de ces nouvelles amours, je vois, je vis.

Au plus prés de l’océan, je m’extrais  de ma carapace d’éponge … un papillon sort de sa chrysalide .

Dans ce balbutiement, j’entre, l’air est à -2° , l’eau à 7°. Mi cuisses, mi fesses, nombril, je me rince la bouche à cette eau délicieusement iodée – technique utilisée par nous autres, nageurs de hauts fonds – mettre son corps au diapason de l’unité. Le bonheur.

Au large…

Je dépasse les 3 Pierres. En quelques brasses bien senties, me voici dans les coureaux entre Larmor et Groix. Enfin, le vapeur, liaison maritime entre l’île et le continent.

Je l’attends, j’adore nager le papillon dans le sillage de ce monstre. Ses hélices voraces pourraient m’avaler, m’engloutir, je ne lutte pas, je survole l’eau bouillonnante.

Je choisis ma pêche patiemment. Celui-ci, trop vieux, celui-là, trop jeune, celui-ci, magnifique.

Grâce au réchauffement climatique, les icebergs dérivent. Dérivant, ils assomment des poissons qui nous arrivent congelés. Après une récolte juste, équitable et raisonnée, ma besace est pleine à craquer.

Petite pause. Quelques minutes de planche pour récupérer. Comme c’est bon ! Je respire calmement, profondément, je me remplis d’eau et souffle tel un cétacé, je recommence et recommence encore…

Demain, les journaux titreront :

– un troupeau de baleines aperçues entre Larmor et Groix –

Une année, je me souviens, une St Valentin, en faisant la planche, je pensais à ma fiancée. Le lendemain dans la presse :

– un sous-marin, sans doute soviétique, aurait longé nos côtes pendant plusieurs minutes De nombreux témoins, dignes de foi, ont certifié avoir aperçu son arrogant périscope – Je ne démens pas, la déraison pimente la poésie.

Le cœur léger, le corps lavé, le sac bourré, je regagne le rivage. Je ne vois plus mon peignoir. A-t-il été avalé par la marée montante, fauché par une admiratrice, par un admirateur ?

La vie reprend sur la promenade. Je suis nu. Qu’importe, avec la bandoulière du sac, le roi du nœud s’invente une ceinture. J’y accroche ma pêche. Je me confectionne un pagne et pudique, sans me presser, je rejoins Pimpom. Je suis léger, heureux, ravi. Quelle belle journée !

Au loin, deux uniformes verbalisent. J’allonge le pas.

– Messieurs, messieurs, excusez, j’arrive, je me suis baigné, je n’ai pas vu le temps passer, c’est bête mais…

– Pas de problèmes jeune-homme, allez vite vous couvrir. Dîtes, vous n’auriez pas vu une baleine au large ?

– C’était un cachalot messieurs. Messieurs, juste pour vous remercier, prenez je vous prie ……. Je leur tends deux jolies bonites.
-Merci mais vite, couvrez-vous, au revoir.

Je rentre au chaud dans Pimpom, me change, et m’apprête à repartir quand j’aperçois sur le pare-brise un avis de contravention pour…

Exhibitionnisme.

Mince, mais c’est bien sûr, j’ai décroché les poissons qui couvraient mon intimité.

Je souris, les gabelous ont bien fait leur métier, je suis heureux, je n’ai pas vu de baleine mais j’ai vu des fonctionnaires intègres.

Sur la route je croise celle que j’ai pris pour un ours, une jeune femme, mignonne d’ailleurs, avec sur la tête un bonnet à 2 pompons. Fantastique nature !

Elle fait du stop, que voulez -vous, j’adore les ours.

 

Mon congélateur est plein, il ne neige plus, les journaux titrent

– Ouest-France : un cachalot dans les coureaux –

– Le Télégramme : un orque entre Groix et le continent –

 

Il me tarde d’y retourner, l’hiver est court, la vie aussi.

Marcel, réac en chef

Le 24/02/21

Rétro expos photo virtuelles en 2020

 

 

Merci aux photographes d’avoir répondus aux invitations. Espérons que ces regards dans toutes leurs diversités donneront envie de photographier, composer des images, raconter notre époque…

Photographes invité.e.s

 

Expo photos / Vincent Lion

www.lekiosque.bzh/2020/expo-photos-de-vincent-lion/

En avril, mangez du poisson ! / Christian Bauvois

www.lekiosque.bzh/2020/en-avril-mangez-du-poisson/

“Le mouvement dans la ville” / Anna Le Roscouët

www.lekiosque.bzh/2020/mouvement-dans-la-ville/

Lorient vu par / Marcy Perron

www.lekiosque.bzh/2020/lorient-vu-par-marcy/

Voyage en images / Mathieu Duigou

www.lekiosque.bzh/2020/voyage-en-images-dmatphotos/

Balade virtuelle entre prairies et rivières / Josiane Le Hen

www.lekiosque.bzh/2020/balade-virtuelle-au-pays-de-baud/

Les rues de Los Angeles / Gibenol

www.lekiosque.bzh/2020/les-rues-de-los-angeles/

Expo photo “Comme les autres” / Michel Dumergue

www.lekiosque.bzh/2020/expo-photo-comme-les-autres-michel-dumergue/

Exposition “Les têtes au carré” / Allain Valada Ravallec

www.lekiosque.bzh/2020/exposition-photo-les-tetes-au-carre/

Paysages maritimes / Stéphane Gachet

www.lekiosque.bzh/2021/paysages-maritimes-de-stephane-gachet/

 

 

Même si la vie tourne au ralentie, nous gardons des liens grâce à la photographie…

Les sorties photo sont une bouffée d’oxygène, à la découverte de notre territoire !

Club photo de l’espace multimédia

 

lOrient vu par… / Collectif

www.lekiosque.bzh/2020/lorient-vu-par/

Inspiration maritime / Corinne

www.lekiosque.bzh/2020/inspiration-maritime/

Reportage photos à l’Open de Paris Karaté / Saïko

www.lekiosque.bzh/2020/reportage-photos-open-de-paris-karate-2020/

Randonnée en liberté à la Pointe du Raz / Noëlle

www.lekiosque.bzh/2020/randonnee-en-liberte-a-la-pointe-du-raz/

Mon confinement en photos / Collectif

www.lekiosque.bzh/2020/mon-confinement/

Balade photographique à Port-Louis / Collectif

www.lekiosque.bzh/2020/balade-photographique-a-port-louis/

Sortie photo dans la vallée du Blavet / Collectif

www.lekiosque.bzh/2020/sortie-photo-dans-la-vallee-du-blavet/

Sortie photo – découverte à Port-Louis / Collectif

www.lekiosque.bzh/2020/sortie-photo-decouverte-port-louis/

Sortie photo-découverte à Lorient / Collectif

www.lekiosque.bzh/2020/sortie-photo-decouverte-a-lorient/

Au jardin partagé / Hélène

www.lekiosque.bzh/2020/au-jardin-partage-avec-helene/

Photos graphiques / Corinne

www.lekiosque.bzh/2020/les-photos-graphiques-de-corinne/

Un regard curieux sur Lorient et ses trésors / Etienne 

www.lekiosque.bzh/2020/un-regard-curieux-sur-lorient-et-ses-tresors/

Wood street, l’exposition du Diaspora crew / Collectif

www.lekiosque.bzh/2021/wood-street-by-diaspora-crew/

 

 

Éternel Lucien Gourong

Conteur, chanteur, auteur, érudit, gastronome, c’est un homme en or qui nous quitte. Ceux qui ont eu le bonheur et la joie de l’écouter conter ne peuvent l’oublier.

Sa bonne humeur, son côté blagueur faisaient merveille auprès du public…Ses nombreux livres concernant la Bretagne, les contes autant de Groix que de la rade de Lorient, sont passionnants, tout comme ceux consacrés à l’art culinaire. Grand amateur de bonne nourriture, il n’était pas le dernier à participer à de bons repas. Il a même fondé la confrérie du gâteau breton.Il fut propriétaire d’une auberge-cabaret dans les années 70 à Merlevenez où furent programmés des centaines de spectacles. Il avait mis fin à sa carrière de conteur en 2016 par un grand spectacle.

Merci à vous car le passage de mémoire sera assuré par tous ceux qui vous ont rencontrés.Vous nous manquez déjà.

Isabelle

 

Bel hommage du Festival pêcheur du monde :

____________________________________

“Au revoir Lucien, le pêcheur de mots iodés…

Le Festival de films Pêcheurs du Monde salue Lucien Gourong, l’ami globe conteur océanique.

Il a enrichi plusieurs cérémonies de remise des prix par sa présence et sa raillerie chaleureuse pleine d’embruns. Tout le monde gardera en mémoire cette 10e édition de houle rieuse ! Les pêcheurs ont été ses compagnons de vie avec qui il a sillonné les routes océanes. Dans son sac de globe conteur il a ramené leurs histoires, contes et légendes puisés sur les côtes de la mer armoricaine. Il a offert aux festivaliers une manne de mots, de rires enrobés de goémons non sans esquiver quelques arrêtes pointées en direction des prétendus puissants de ce monde. Ce que faisait à merveille Lucien c’était de créer une fusion du public autour de son rire pertinent autant qu’impertinent.

Merci Lucien, nous n’oublierons pas tes mots gourmands, ta vitalité salée, ton bonheur de vivre à fond la mer !”

_______________________________________________________________

Une biographie de l’artiste sur Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Lucien_Gourong

Lucien Gourong par Yvon Kervinio (1992)

 

Les linogravures iodées de Jo Le Floch

 

Ce sont de petites linogravures format A4 maximum, souvent monochromes dont j’ai fait entre 5 et 10 épreuves de chacune.

C’est un procédé que j’utilise peu, travaillant davantage le dessin: croquis en extérieur et portraits.

C’était une façon pour moi de m’initier et me familiariser avec le maniement de la gouge.

Habitant Plouhinec, la mer et la pêche étaient un sujet évident.

La pincée d’humour est souvent inévitable chez moi.

Jo Le Flochjolefloch@orange.fr

Pour information, Jo Le Floch a réédité la BD Chronique quotidienne du confinement au profit du Téléthon

On en parlait en décembre sur lekiosque.bzh, cliquez ICI

 

 

 

Printemps des poètes, participez !

Appel à textes et à vidéo-poèmes / Le désir

Quelle profonde inquiétude, quel désir d’autre chose,
Autre chose qu’un pays, qu’un moment, qu’une vie,
Quel désir, peut-être d’autres états d’âme…
Fernando Pessoa

Dans le cadre du 23ème Printemps des Poètes,  la médiathèque François Mitterrand à Lorient vous invite à partager vos poèmes et vidéo-poèmes sur le thème du désir.

Pour participer, c’est simple : envoyez vos créations à la bibliothèque avant le 7 mars 2021.

La médiathèque François Mitterrand exposera les textes et vidéo-poèmes reçus du samedi 13 au mercredi 31 mars 2021.

Plus d’infos sur Le site des Médiathèques de Lorient

Rencontre avec Yann Dubois, scénariste et réalisateur

Passionné de cinéma, Yann a suivi une formation dans une Ecole de cinéma, le Conservatoire libre du cinéma français. Il travaille entre autres pour l’association des éditions BenGrem qui tourne des court-métrages et des films autoproduits ainsi que des clips musicaux dans toute la Bretagne.

Il travaille aussi avec des services Jeunesse de villes dont celle de Quéven où il a réalisé « Les Challengers et la légende du colonel Müller ». Ses maîtres dans le cinéma sont des réalisateurs comme Spielberg, John McTiernan, Riddley Scott, Oliver Stone, autant de références qui lui auront appris à soigner ses cadres et avoir des mises en scène dynamiques !

Voir La chaîne Youtube de Yann Dubois

Actuellement, Yann Dubois participe au projet de court métrage “Faire un film, AVC compris” initié par Jean-Marc Vachey. L’histoire d’un directeur de production confronté au montage financier d’un film de long métrage et victime d’un AVC pendant la préparation. Histoire personnelle vécue par l’initiateur du projet JeanMarc Vachey, directeur de production pour la télévision et le cinéma et un des fondateurs du webmédia breton de la culture KUB.

L’ équipe recherche des assistant-réalisateur, chef décorateur, régisseur-général, ingénieur-son, scripte, assistant-opérateur…Du bouclage du budget au casting de comédiens, réussiront-t-ils à atteindre leurs objectifs ? Suivez ce projet sur La page facebook du film. Contact : faireunfimavccompris@gmail.com

Nous suivrons ce projet sur lekiosque.bzh et nous en profiterons pour découvrir les métiers du cinéma. (Eloise nous prépare un dossier, toutes les bonnes volontés sont bienvenues pour l’aider). « Avec le film “Faire un film, AVC compris”, il s’agit d’expliquer toute la phase préparatoire d’un film, tout ce travail qui se fait en amont. Il faut rendre la chose instructive tout en s’amusant », explique Yann Dubois qui en sera le réalisateur.

Reportage photo de Thierry Prat

Tangente, le webzine confiné d’Hydrophone

Chaque vendredi, depuis le 6 novembre, l’équipe d’Hydrophone propose un webzine baptisé Tangente avec de nombreuses ressources autour d’une thématique pour se cultiver en cette période de confinement…« Tangente, c’est un chemin parallèle, un pas de côté, pour mettre en perspective les choses, tout relier » Thierry Houal,  directeur artistique.

Tangente#1 : United States of The Boss

Tangente#2 : Pionnières et héroïnes, une autre histoire du rock’n’roll

Tangente#3 : Mondes parallèles et autres imaginaires

Tangente#4 : Le football, l’amour et la musique

Tangente#5 : On the road

Conférence enregistrée le jeu. 29 octobre 2020 à Hydrophone dans le cadre du Festival Les Indisicplinées :

Riot Grrrls – Féminisme, Punk et Indie Rock par Christophe Brault

 

En mars 2019, lekiosque.bzh vous proposait une visite virtuelle dans les coulisses d’Hydrophone, cliquez ICI

Expo virtuelle des cours d’arts plastiques

Suite au protocole sanitaire lié au Covid 19 depuis fin octobre je n’ai malheureusement plus la possibilité de donner mes cours hebdomadaires d’arts plastiques au sein du PLL.

Aussi, afin de garder le contact avec l’ensemble des élèves et de leurs proposer des idées d’activités artistiques (si nécessaires en ces temps difficiles à vivre pour nous tous et toutes) la directrice du PLL, m’a sollicité afin de proposer des vidéos dans lesquelles des thèmes divers seraient abordés .

J’ai donc débuté l’aventure artistique virtuelle début novembre 2020 en proposant chaque semaine 4 thèmes différents avec des médiums facilement disponible à la maison : crayons de papiers, feuilles de canson format A4 ou A3 grammage 180g ou 200g, crayons de couleurs, feutres fins noirs, pastels à l’huile, pastels secs, feutres à alcool, crayons Woody, crayons aquarellables ou carrés d’aquarelle.

Ainsi chaque semaine 4 thèmes d’une durée de 5 min (pour les consignes et exemples artistiques) sont disponibles pour les 4 cours que je donne habituellement tout au long de la semaine : mercredi soir cours adultes , jeudi soir cours ados/adultes, vendredi matin cours adultes et vendredi soir cours enfants .

L’idée étant d’inviter tous les élèves à suivre sur le site du PLL les thématiques à réaliser, les propositions à créer.
En restant vigilants afin de ne pas les faire partager à des tierces personnes non adhérentes au PLL.
Car j’ai un droit à l’image auquel je tiens, comme tout à chacun !

Dans un second temps, j’invite oralement les élèves à prendre en photos leurs créations ensuite a les renvoyer par mails, whatsapp ou encore Instagram !

Je leur donne des conseils quand ils me sollicitent et je les encourage le plus possible dans cette nouvelle aventure artistique, faute de pouvoir se revoir en vrai pour le moment !

Sur une cinquantaine d’élèves des quatre cours, une petite dizaine s’est prêtée au jeu chaque semaine et je les en remercie vivement et chaleureusement.
Belles découvertes à toutes et tous!

Artistiquement
Anne

Adultes/Ados

Enfants

Ados

La websérie produite par Breizh’event

La websérie “Le journal intime d’une rêveuse“, écrite et réalisée par Lovely Jeune avec des jeunes comédiens et figurants de Lorient, après avoir été diffusé sur l’application Breizh’Event est maintenant disponible sur le web.

La société Breizh’Event a de la suite dans les idées avec son nouveau projet de fiction jeunesse. Son objectif est de faire en sorte que cette série soit encore plus réussie, avec encore plus de jeunes du territoire. Le casting débute dès le vendredi 15 janviers 2021, contactez la réalisatrice par Email: breizevent56@gmail.com pu par Téléphone: 07 86 88 32 39

La série raconte l’histoire de Mel (Iona Carter), une jeune femme un peu garçon manqué qui vit en colocation avec ses deux meilleurs amis Nathan (Moubarak Devavry) et Erwan (Kilian Le Gal ). Elle est intelligente mais peu sociable. Elle fait la connaissance de Jesse (Elouan Kerespars) dont elle tombe amoureuse. Mais celui-ci est déjà en couple avec la sexy Eloise (Louise Lefeuvre), qui méprise Mel. Eloïse est amie avec la voisine de Mel, une certaine Sophie (Justine Goudenhoooft) qui lui fait le rapport des va-et-vient de Jesse. Avec l’aide de ses amis et colocataires, Mel essaiera de gagner le cœur du beau Jesse.

Episode 1

Episode 2

Episode 3

Episode 4

Episode 5

Episode 6