« Le Monde ou Rien » à La Balise

« Le Monde ou Rien » fait référence au tag apparu un matin sur les murs du quartier de Kervénanaec.
« Le Monde ou rien » évoque, pour nous, les mots d’Édouard Glissant : « Agis en ton lieu, habite avec le monde ».

Les 27 et 28 janvier prochains, Alice vous invite au troisième acte de sa recherche autour de la Ville et de l’Hospitalité, issu d’un compagnonnage avec la Maison Pour Tous, la Direction de la Culture et du Patrimoine de la Ville de Lorient et bien sûr des habitantes et des habitants de Kervénanec.

Vendredi 27 janvier à 20h
Samedi 28 janvier à 18h

A la Balise (2, rue Eugène Varlin, Lorient)
Entrée libre / Réservation conseillée au 02 97 37 29 86.

Un création partagée du groupe artistique « Alice », avec les habitant·es de Kervénanec à Lorient, en coproduction « Maison Pour Tous Kervé » et la mission Action Culturelle de Proximité – Direction de la Culture et du Patrimoine de la Ville de Lorient, ainsi que les soutiens de la Préfecture du Morbihan – Politique de la Ville, de la CAF et de la Fondation Fondalor.

Face au triptyque de l’inhospitalité – contrôler/trier/expulser – le philosophe Guillaume Le Blanc propose celui de l’hospitalité – secourir, accueillir, appartenir. C’est bien ce troisième pilier de l’hospitalité – appartenir – que le groupe artistique Alice interroge par sa démarche artistique mais aussi de recherche-action (rencontres et débats, joutes oratoires, cartographie, collage et fresque urbaine, formation à l’interculturalité…).

Depuis un an, Alice est en résidence dans le quartier de Kervénanec à Lorient et au Château de Rezé dans l’agglomération nantaise pour explorer cette hospitalité française sur fond de campagne présidentielle et de ses discours électoraux.

Les quartiers populaires et les populations qui y habitent sont depuis longtemps discriminés dans l’espace public et médiatique. Des « punchlines » sont lancées, lâchées en direct à la télé, dans les postes de radio, sur les réseaux sociaux, mais comment sont-elles perçues, vécues dans l’intime des personnes issues de l’immigration et de l’exil ?

Quelle est la réalité du vécu des personnes aux origines multiples ?
A-t-on le droit de vivre ses multiples appartenances ?

Entre stéréotypes, chasse aux sorcières et création de boucs émissaires, comment devient-on habitant à part entière d’une cité, d’un quartier, d’un village ?

Après le « Banquet du Grand Nous » en juin 2022, qui a été un temps fort du faire ensemble, porté par la Maison pour Tous et des habitant·es de Kervénanec, Alice a suivi le parcours d’habitant·es pour proposer à travers ce spectacle un portrait sensible et poétique du quartier et poser sa pierre à un Manifeste du Nous.

Univers artistique de Floribert

Floribert Pertulien BANTSIMBA, artiste pacifique multidisciplinaire, à la fois conteur, marionnettiste, percussionniste et artisan. Je vous transporte, à travers mes contes et mes spectacles, directement en plein cœur de l’Afrique, et plus précisément du Congo, d’où je suis originaire. Travailleur en animation culturelle avec les enfants et jeunes,  j’organise différents ateliers autour de l’art Africain.

A travers mes histoires envoûtantes et réconfortantes, tout en musicalité et teintée par une présence sur scène marquée par l’authenticité, je dévoile mes racines africaines par mes contes originaux et mes marionnettes uniques, créant ainsi des moments magiques où petits et grands m’éblouissent à travers un voyage culturel hautement enrichissant.

En plus de mes œuvres inédites, je dévoile un côté engagé en faisant découvrir au public un fruit connu depuis des millénaires en Afrique, mais méconnu au Québec : la calebasse. Je suis un véritable porte parole, j’initie le public à la découverte de ce fruit en relatant avec passion les origines ainsi que les différentes fonctionnalités de ce fruit aux multiples usages, tout en mettant de l’avant ces vertus écologiques. Lors d’ateliers créatifs, le public est d’ailleurs invité à manipuler la calebasse à travers un processus créatif permettant de créer des œuvres d’art uniques à partir de ce médium naturel et novateur, bref un moment avec moi est assurément un voyage où l’émerveillement, la découverte et la rencontre culturelle sont au rendez-vous !

En tant que conteur, la culture africaine se résume à notre identité, notre originalité qui nous différencie des autres. Elle nous sert de repère quels que soient le lieu et le temps de notre existence ! Je veux que les Africains d’origine se fassent une idée de leur racine et de ce que le culte de l’imaginaire a apporté à la grande Afrique et au monde à travers les mythes, les légendes, les contes, etc. Les familles doivent veiller à ce que leurs enfants nés en Amérique ou ailleurs soient au diapason de leur culture d’origine. Le respect des cultures, des valeurs, c’est important pour moi en tant que conteur et surtout transcender toute cette bâtisse en perdition.

J’utilise la langue française et les thèmes développés dans mes contes sont variés et adaptés à l’actualité, en plus d’être présentés sous différentes formes : déploiement oratoire, chansons épiques et généalogiques, chants lyriques, langages mélodieux, ou percutants mais toujours rythmés par des instruments de musique traditionnels (kalimba, shekere, balafon), parole gestuelle du corps dansant mes peines et mes joies. Je ne peux pas écrire sans oralité. Le livre tout seul est un objet mort. La preuve, pour traduire ou transmettre ce qui est écrit dans un livre, il faut qu’un être humain le lise. L’oralité est pour moi la base de toute forme d’éducation. J’ai écrit aussi des contes originaux que je présente sur scène. Dans ma pratique de l’oralité, je mets en relation des contes d’inspiration traditionnelle avec le monde actuel. C’est ce qui fait la particularité de mes contes. Je raconte aussi des histoires contemporaines et urbaines à travers lesquelles, je présente les vaillants Africains qui ont conçu l’histoire de l’Afrique et des grandes villes africaines. mes récits s’enracinent dans le sud du Congo-Brazzaville.

Dans mes créations de marionnettes, je m’intéresse au corps, au mouvement et au mélange des genres, des techniques. La marionnette est un art aux multiples facettes. Concepteur de marionnettes et interprète. J’aime transmettre mes émotions aux parties de mon corps qui mettent en mouvement l’objet. Ce faisant, la marionnette me renvoie ses propres gestes sublimes. Cet échange fascinant m’amène à être autre sur la scène. J’imagine, conçois et fabrique les personnages, les costumes et les décors selon le type de représentation : théâtre de marionnettes à tiges ou à fils ou encore des marionnettes habitées.

Contact :

Floribert BANTSIMBA

bpfloribert@gmail.com

0751518905 / 0751507679

https://www.facebook.com/people/Intercultur-ARTS-En-SCENE/100057644731151/

Carnet d’aquarelles de Bernard Schmitt

 

 

Rencontre avec Bernard Schmitt, peintre aquarelliste autodidacte, qui a édité un livre intitulé « Lorient, la mer en partage », actuellement indisponible mais que vous pouvez consulter à l’espace multimédia du PLL.

Médecin hospitalier arrivé à Lorient en 1980, il est président et cofondateur de l’association Bleu-blanc-coeur qui promeut une alimentation bonne pour la santé et l’environnement. Depuis 2020, il participe aux sorties du groupe des Urban sketchers Lorient où il se plaît à traduire l’émotion d’un lieu par un dessin. Fasciné par la diversité du monde maritime, Bernard Schmitt est un amoureux de l’âme du port de pêche qu’il exprime à travers ses aquarelles. La peinture est pour lui une « pause salutaire en dehors du temps et des nécessité »

Pendant le confinement, il postait ses dessins par courriel à ses proches. Maintenant réunis dans un livre, l’artiste peut aussi les exposer.  N’hésitez pas à l’inviter, il se fera un plaisir de vous présenter ses aquarelles des 6 ports de Lorient, en passant par les Rias, les îles et la côte…

Le poète Jean Lavoué lui a récemment passé une commande pour illustrer un livre sur René Guy Cadou, en commande sur le site des éditions de l’enfance des arbres

Retrouvez Bernard Schmitt sur sa page Flickr

 

Rétrospective des expos virtuelles 2022

Une année riche en images sur Lekiosque.bzh, merci à tous les participant.e.s !

N’hésitez pas à nous contacter pour proposer des séries : multimedia.pll@ecomail.bzh

 

Photographes invité.e.s :

 

Expo virtuelle « Identification projective » par LuneDeuxMiel
https://lekiosque.bzh/2022/identification-projective/

Hydrophone vu par Guillaume Kerjean
https://lekiosque.bzh/2022/hydrophone-vu-par-guillaume-kerjean/

Les fous de vagues et le photographe par Stéphane Gachet
https://lekiosque.bzh/2022/les-fous-de-vagues-et-le-photgraphe/

Regards sur Lorient par David Mallégol
https://lekiosque.bzh/2022/regards-sur-lorient/

Lorient Océans, l’expo photo virtuelle de Thierry Prat
https://lekiosque.bzh/2022/lorient-oceans-lexpo-photo-virtuelle/

Voyage virtuel au Pays Basque par Stéphane Gachet
https://lekiosque.bzh/2022/voyage-virtuel-au-pays-basque/

Diaspora Crew dans ses oeuvres
https://lekiosque.bzh/2022/diaspora-crew-dans-ses-oeuvres/

Une fresque monumentale du Diaspora Crew à Kerpape par Cécile Jaffrézic
https://lekiosque.bzh/2022/fresque-monumentale-a-kerpape/

Lorient vu par Christian Bauvois
https://lekiosque.bzh/2022/lorient-vu-par-christian-bauvois/

Le Festival interceltique par Patrick Guigueno
https://lekiosque.bzh/2022/reportage-photo-au-festival-interceltique-2022/

 

Sortie photo avec l’espace multimédia PLL

 

On adore les couleurs d’Ador à Lorient (Collectif)
https://lekiosque.bzh/2022/on-adore-les-couleurs-d-ador-a-lorient/

Sortie photo à « Lorient-Plage » (Collectif)

https://lekiosque.bzh/2022/sortie-photo-a-lorient-plage/

Sortie photo au quartier Keroman (Collectif)

https://lekiosque.bzh/2022/sortie-photo-quartier-keroman/

Sortie dans le quartier de la Base (Nicolas)

https://lekiosque.bzh/2022/sortie-dans-le-quartier-de-la-base/

Visite du Musée d’Hennebont (Collectif)

https://lekiosque.bzh/2022/visite-du-musee-dhennebont/

Visite de l’expo Vivian Maier à Quimper (Collectif)

www.lekiosque.bzh/2022/visite-de-l-expo-vivian-maier-a-quimper/

 

Reportages photos libres

Bye bye Laure (Collectif)

www.lekiosque.bzh/2022/bye-bye-laure/

Reportage photo aux Journées du Patrimoine (Etienne)
https://lekiosque.bzh/2022/reportage-photo-aux-journees-du-patrimoine/

La parade du Festival Lorient Océans (Isabelle)
https://lekiosque.bzh/2022/la-parade-du-festival-lorient-oceans/

Reportage photo à la fête du Bois du Château (Erik et Nicolas)
https://lekiosque.bzh/2022/reportage-photo-a-la-t Nibalfete-du-bois-du-chateau/

Reportage photos à la Nuit du Handicap (Collectif)
https://lekiosque.bzh/2022/reportage-photos-nuit-du-handicap/

Jardins bleus au parc Chevassu (Erik)
https://lekiosque.bzh/2022/jardins-bleus-au-parc-chevassu-2/

Célébration de la nature au parc Chevassu (Nicolas)
https://lekiosque.bzh/2022/celebration-de-la-nature-au-parc-chevassu/

La Solidarité en toute convivialité au Polygone (Erik)
https://lekiosque.bzh/2022/solidarite-convivialite-au-polygone/

Fête des solidarités au Polygone (Nicolas)
https://lekiosque.bzh/2022/fete-des-solidarites-au-polygone/

Nouvelles couleurs dans le quartier (Collectif)
https://lekiosque.bzh/2022/nouvelles-couleurs-dans-le-quartier/

Les débuts d’à l’Abordage (Isabelle)
https://lekiosque.bzh/2022/les-debuts-da-labordage/

Le quartier Frébault fait peau neuve (Nicolas)
https://lekiosque.bzh/2022/le-quartier-frebault-fait-peau-neuve/

Découverte du skateboard dans le quartier Frébault (Skate in Lorient)
https://lekiosque.bzh/2022/decouverte-du-skateboard-dans-le-quartier-frebault/

 

Sorties familiales avec le centre social PLL

 

Jour de fête au Polygone-Frébault (Collectif)
https://lekiosque.bzh/2022/jour-de-fete-a-frebault-polygone/

Sortie à l’île d’Arz (Isabelle)
https://lekiosque.bzh/2022/sortie-extraordinaire-a-lile-darz/

Sortie au domaine de Keravéon à Erdeven (Isabelle)
https://lekiosque.bzh/2022/sortie-au-domaine-de-keraveon-a-erdeven/

Sortie à Concarneau (Delphine)
https://lekiosque.bzh/2022/sortie-familiale-a-concarneau/

Sortie à Douarnenez (Isabelle)
https://lekiosque.bzh/2022/sortie-douarnenez/

Le chemin de halage du Blavet (Erik)
https://lekiosque.bzh/2022/le-chemin-de-halage-du-blavet/

 

La vie d‘une personne handicapée : Gildas Trévetin 

Je viens de terminer le livre « Mémoires de jeunesse » de Gildas Trévetin qui m’a beaucoup appris sur la société de années 70 et son rapport au handicap. Je suis moi-même en fauteuil-roulant et je vis aussi en appartement. Son témoignage me réconforte, éclaire mon chemin, me console et me motive ! J’ai eu le plaisir de rencontrer sa compagne, Marie-Claude Gaillard, à l’espace multimédia du PLL. Elle m’a fait toucher du doigt l’auteur de ce livre précurseur…

 

C’est à Kerglazen qu’a vu le jour Gildas.  A l’époque, c’était les sages-femmes qui pratiquaient l’accouchement, alors qu’aujourd’hui on peut opérer à distance grâce à la télé-médecine. Gildas est le « fruit» de l’époque où le clocher du village servait de seul repère à de nombreuses activités.

De réputation internationale, Kerpape est le centre de rééducation fonctionnelle qui fût son lieu de vie durant de nombreuses années. C’est dire qu’il pouvait grandir sereinement dans ce contexte médico-social situé en bord de mer, mais cela ne lui suffisait pas… Son désir profond était de vivre aussi en dehors de toute protection institutionnelle.

Au début c’est un véritable détachement, une nouvelle naissance. Habitué à tout le confort d’un centre,  sa compagne Marie-Claude et lui allaient vivre non seulement ensemble mais leurs expériences serviraient d’exemple ! Eux qui se déplacent en fauteuil roulant allaient démontrer que l’existence d’une vie en couple est possible.

Quant à sa vie personnelle, elle mérite d’être évoquée tant elle est instructive et digne d’intérêt. Son livre permet de prendre conscience de la vie en institution et de la libération que peut être une vie normale en société.

Il se déplace en fauteuil roulant, n’arrive pas à manger seul et a des difficultés d’élocution… Dans son livre, il évoque des paradoxes comme d’un côté des discours qui soulignent la nécessité de reconnaissance de la personne handicapée et de l’autre, des pratiques qui limitent leurs responsabilités…

Gildas a été conseiller municipal pendant 12 ans à la ville de Lanester dans les années 80. On commençait à voir circuler en ville et sur la côte des personnes en fauteuil. Il raconte  que ce sont les propriétaires d’un restaurant du Bas-Pouldu qui ont construit le premier plan incliné en ciment. Les questions d’accessibilité le préoccupent alors beaucoup pendant son action politique avec l’Union Démocratique Bretonne (UDB). Il soulève les incohérences de la société quand il raconte l’exemple où, dans un cinéma (Le Rex), une personne marchant avec des béquilles se voit  interdire l’accès d’une salle à l’étage alors qu’elle pouvait parfaitement monter l’escalier…

A Lorient, son action porte ses fruits, les mentalités bougent. Les gens comprennent la nécessité et sont favorables à rendre accessibles les espaces de vie. Gildas constate que le regard sur le handicap change, moins de rejet manifeste…

Marie-Claude Gaillard, compagne et collaboratrice littéraire de Gildas, a eu un rôle important dans l’élaboration du livre. Elle partageait de nombreux moments de sa vie. Quand il s’agissait d’expliquer sa démarche, son vécu ou le contenu de son livre, elle s’avérait indispensable tel un exhausteur goût !

C’est dans une dimension pratique et philosophique que cet ouvrage s’avère très intéressant. D’abord pour celui qui vit le handicap au quotidien et ensuite pour ceux qui veulent donner un sens à la vie ! Ce livre est réconfortant parce qu’il est un témoignage sur le handicap et presque un mode d’emploi pour qui veut expérimenter, se rendre compte des aléas du handicap en société.

En 2022, bien que les choses ont bien changé, ce livre restera pour moi une boussole !  Merci GILDAS.

 

Découvrez tous les livres de Gildas Trévetin sur https://www.gildas-trevetin.com

Des idées cadeaux à la Boutik’Ecole

4 stagiaires commerçantes ont intégré en septembre dernier la formation Boutik’Ecole à Kervénanec pour une période de 4 mois. L’accompagnement compte de la formation théorique qui permet aux stagiaires de comprendre la gestion d’une boutique à travers différents modules : gestion, droit, commerce, marketing, communication, merchandising.

Au total, ce sont six semaines de formation, puis une période de 2 mois où on applique les enseignements au projet de chaque commerçant à l’essai pour ouvrir la boutique au public et tester son idée de commerce en condition au réelle. Tous les entrepreneurs ont bénéficié de deux semaines de stage chez un commerçant de Lorient !

*La  BGE Morbihan a inauguré en janvier 2021 la Boutik’Ecole au Centre Commercial de Kervénanec.

A la recyclette (à malice)

Aurore : son objectif à long terme est de monter une coopérative dans laquelle plusieurs artisans pourraient se regrouper. Au niveau de ses activités, elle souhaite pouvoir proposer du low tech (objets ne nécessitant pas ou peu d’énergie pour la fabrication), proposer des ateliers pour que les gens apprennent à se débrouiller par eux même, et plus largement de l’éducation populaire.

So’Exotik

Sonia : Souhait d’ouvrir une boutique africaine sur Hennebont, recherche actuellement un local. Dans le cadre de la boutik école elle n’a pu vendre que des accessoires et des cosmétiques, l’alimentaire n’étant pas possible.

Huda’Art

Sernur : vente d’objets en résine epoxy, elle a voulu tester le format d’une boutique pour savoir si ça pouvait lui convenir. Finalement elle se consacrera plutôt à de la vente en ligne.

VN Beauty

Vanessa : a pour projet de devenir traiteur sur des produits créoles. La boutique devait lui permettre de tester une activité parallèle de cosmétique en attendant que son projet puisse se réaliser.

 

Vous aussi devenez commerçant ? Une nouvelle session en janvier 2023…

Plus d’infos sur www.facebook.com/BoutikEcole et www.boutikecole.bzh

Exposition l’Empreinte de Aglaé Bory

Vous avez découvert les photographies de Aglaé Bory sur les supports de communication du Théâtre de Lorient depuis la Saison 21-22.

Le Théâtre de Lorient a passé une commande photographique à l’artiste Aglaé Bory. Ce travail, réalisé au cours d’une résidence de création, a donné lieu à une série ayant pour point d’ancrage le territoire lorientais abordé à travers des lieux emblématiques de la Ville de Lorient et impliquant toutes les générations.

« Avec ces portraits de Lorientais, il est question de renouer avec le public, d’aller à sa rencontre. De regarder les visages, de découvrir leur sensibilité. Les regards sont ouverts vers l’ailleurs, vers l’espace intérieur où nous construisons notre pensée et notre psyché. Je cherche à deviner la présence du désir de la découverte et le besoin d’élargissement. À travers ces portraits, j’essaie de voir la présence des œuvres en chacun de nous. Ce que nous en attendons. Ce qu’il en reste. Les oeuvres proposées par les artistes sont parfois de vraies rencontres dans nos vies. Une rencontre qui fait sens, qui ouvre un espace inédit, retrouvé, où nous nous connectons à ce que nous avons de plus intime. Une rencontre qui résonne comme un secret, une révélation, une promesse, parfois un espoir. Une rencontre qui est nourriture de l’âme, de la pensée mais aussi du corps et du cœur. Une empreinte. Qui nous relie aux autres de façon essentielle, dans la beauté du geste et de l’adresse. Qui nous donne envie de continuer à avancer, à imaginer, à partager et à vivre. » Aglaé Bory

Exposition dans le hall du Théâtre de Lorient jusqu’au 22 décembre et sur le site web de l’artiste :

 

Plus d’infos sur https://theatredelorient.fr/fr/aglae-bory

 

Les musiques d’Antonio

Je vais vous présenter sur cette page des musiques de grands guitaristes. J’apprends la guitare depuis un an et je viens de m’inscrire à l’école de musique en cours de guitare classique. J’adore la musique flamenco, peut être avec mes origines espagnoles 😉

Aujourd’hui je vous présente Paco de Lucia, vous pouvez lire son histoire sur Wikipédia

Moi je joue « Entre dos aguas » dans une autre version, cliquer ici pour écouter

 

Je vous présente Tomatito, le grand guitariste de flamenco, lire son histoire sur Wikipédia

 

De la rumba à l’ancienne avec Los Chichos, un trio espagnol de rumba formé à Madrid en 1973 par Juan Antonio Jiménez Muñoz (connu sous le nom d’artiste de El Jero ou Jeros, principal compositeur et chanteur du groupe) et les frères Emilio et Julio González Gabarre. Lire la suite sur Wikipédia

Le jukebox de Saïko

Je vous présenterai toutes les semaines un.e artiste de ma discothèque, des belles découvertes pour vous j’espère !

Timothée Adolphe

J’ai découvert cet artiste sur youtube au hasard de mes recherches. Dès les premières notes j’étais embarquée dans le monde de ce rappeur parisien qui concilie le rap avec sa vie d’athlète de haut niveau où il court sur 60m, 100m, 200m et 400m avec l’aide de Jeffrey Lami, un guide. On lui a donné le surnom de « Guépard blanc ». Ce champion d’Europe finit 2ème au JO de Tokyo mais est disqualifié pour avoir perdu le lien qui le retenait à son guide. Il se projette vers les JO de Paris !

Tous ses titres sont très bien écrits avec des paroles percutantes qui restent dans la tête et une musique savamment équilibrée. Je vous recommande vivement ce rappeur, alors tous à vos souris et vos portables, en avant la musique !

Son site web : https://timotheeadolphe.fr

Le 21/9/22

 

DJ Pone

C’est un artiste exceptionnel qui malgré les aléas de la vie a continué sa passion pour la musique.

DJ L’ancien beatmaker du groupe marseillais Fonky Family a marqué l’histoire du rap français dans les années 90 et 2000. Depuis 5 ans, il se bat contre une maladie génétique évolutive appelée Sclérose latérale amyotrophique (SLA) ou maladie de Charcot. Grâce à un logiciel qui reconnaît les mouvements de son œil, il continue à composer de la musique dont le mix final de la cérémonie de clôture des Jeux Paralympiques de Tokyo !

Il a sorti avec son pote Karlito (Mafia K’1 Fry) un EP en 2020 qui s’appelle Vision, je vous le recommande vivement, il vous plaira à coup sûr ! Bonne écoute sur le site Deezer : https://www.deezer.com/fr/album/149595552

Fin 2019, il avait sorti son premier album solo et uniquement instrumental avec Kate & Meplus d’infos sur https://hiphopcorner.fr/pone-kate-and-me-chronique-interview/

Pone s’est associé avec Gringe, Georgio pour “Remède” qui vient de sortir cette semaine ;

Sa chaîne Youtube : https://www.youtube.com/channel/UCaH5M8RPP4cuRIHMaufU38g

Le 28/9/22

Rocca

Cette fois je vous parle d’un artiste qui a créé un pont entre deux continents. L‘Europe et l’Amérique latine. Le rappeur Rocca nous transporte dans son monde où ses mots ont la précision d’une sarbacane  et la musique est d’une  grande richesse !

Ancien membre du groupe La Cliqua qui l’a fait connaître au grand public. Quelques années après, il sort son premier album solo entre deux mondes qui est marqué par le titre Les jeunes de l’univers qui a été écrit sur la musique de Michel Berger  « J’écris pour ceux qui sont loin de chez eux ». Depuis, il enchaîne les titres et albums. A chaque fois les titres sont écrits en deux langues (francais et espagnole) pour contenter ses deux publics. Il va aussi fonder un nouveau groupe 100% latino qui s’appelle Tres Coronas avec qui il connait le succès avec un Latine gramy (équivalant des victoires de la musique pour la musique latine), navigant entre les continents sud et nord américain sans oublier la France !

Il se résume comme le plus international des kickers. Son dernier album Cimarrón est vu comme l’album de la maturité où il aborde des thémes très actuels. Des collaboration avec la nouvelle scène rap francaise (le lyriciste Souffrance et le beatmake Kyo Itachi). C’est aussi un album hommage à sont ami DJ Duke avec qui il avait travaillé sur ce CD.

Il est aussi connu pour son travail sur les musiques de film qui lui ont valu des récompenses…Comme le dit si bien cet artiste, il était conçu pour durer ! N’hésitez pas l’écouter vous m’en dirait des nouvelles !

En écoute sur Deezer, Youtube et à suivre sur Facebook et Instagram

Le 05/10/22

 

Asian dub fondation

Ce groupe anglais s’est fait connaître pour ses titres engagés, leur style oscille entre électro et musique du monde. Avec des membres de divers horizons, c’est avec l’album Enemy of the enemy que leur nom est devenu célèbre. Ils se produisent sur les scènes du monde entier à chaque nouvel album. Ils abordent des sujets plus ou moins graves comme le titre Forteress Europe qui parle de liberté de circulation en Europe et la fermeture des frontières. Dans un autre titre, ils dénoncent la violence dans les prisons au Chili. Ils essaient de se renouveler à chaque nouvel opus. Jamais rassasiés, ils sont toujours aux aguets de la marche du monde.

Je vous recommande vivement ce groupe, vous m’en direz des nouvelles, bonne écoute !

Le 19/6/22

Denez Prigent

Passeur d’émotion, chanteur magnétique, Denez est un des chanteurs les plus connus de Bretagne mais aussi le plus discret.

Il s’est spécialisé dans le chant traditionnel que l’on appelle la gwerz (plus d’infos). Il chante avec une voix puissante qui fait penser à la voix d’un chanteur lyrique.  Il a aussi travaillé avec des artistes venant d’horizons très différents comme le rappeur Oxmo Pucino ou le rappeur américain Masta Ace. Son dernier disque est plus intimiste et plus axé sur la voix, entouré d’instruments acoustiques. Il est accompagné par Mathilde Chevrel au violoncelle, Jean-Baptiste Henry au Bandonéon, Jonathan Dour au violon et Cyrille Bonneau au duduk arménien, saxophone soprano, whistle irlandais, cornemuse écossaise. Sur un des titres d’origine ukrainienne, il est accompagné de jeunes chanteurs de la Maîtrise de Saint Brieuc. Album enregistré dans l’église de Lanvellec où il réside.

Je vous recommande vivement si vous aimez les fest-noz ou les belles voix. Je suis sûre que vous ne  resterez pas de marbre…

En écoute sur Deezer et Spotify

Le 2/11/22

Signmark

Cet artiste est hors norme, il est le premier rappeur sourd à avoir signé avec une major. C’est aussi le premier non américain à réussir dans ce monde très exigeant du rap.

Ce passeur de son militant venue du froid utilise la langue des signes tant en finlandais qu’en anglais pour que son message passe au plus grand nombre. Chacun de ses titres sont très attendus par son public, il prouve que même si on est sourd on peut aimer la musique. Ce passeur de son militant vient du froid finlandais forme un duo avec son acolyte chanteur Brandon Bauer.  Ses concerts ramènent aussi bien les entendants que les sourds qui se mélangent avec respect. Pas son biais, un nouveau métier est arrivé : le chant signe qui aide les artistes lors des concerts. Plus d’infos

Si après avoir écouter cet artiste original vous vient l’envie d’apprendre la langue des signes, n’hésitez pas, des cours en ligne en cliquant ici ou avec l’association M2L à Lanester

Le 23/11/22

Saïko

Bricoleurs de paradis

Ce film documentaire était projeté à la médiathèque dans le cadre du festival Itinéraires graphiques. Séance de rattrapage 😉

Un voyage au pays des « inspirés du bord des routes », du Nord et de l’Ouest de la France.

Rémy Ricordeau y accompagne Bruno Montpied qui, depuis plus de vingt ans, trace une cartographie empathique des sculptures spontanées et prolifiques créées par des poètes qui enchantent leur jardin. Les visites successives construisent une galerie de portraits attachants, nourrie par des tournages plus anciens et un commentaire sensible.

Si leurs œuvres sont d’une variété étonnante, ces autodidactes de l’art ont en commun leur modestie et, souvent, leur pudeur à mettre des mots sur leur motivation ou le choix de leurs sujets. Tous sont animés d’un besoin compulsif de créer et de remplir l’espace. L’enfance ré-affleure en eux et ils se forgent un monde en marge de leur condition sociale.
Certains le font pour se protéger d’autrui, d’autres par nostalgie d’un passé révolu, d’autres encore en quête d’une harmonie joviale. Le manque de moyens et le désir de « poétiser le quotidien » les poussent souvent à glaner des matériaux dans la nature : cailloux, coquillages, tessons, bois, voire rochers sculptés in situ tels ceux de l’abbé Fouré à Rothéneuf autour de 1900. Certains préfèrent le recyclage d’objets hétéroclites.
Kitsch, ingénieuses, archaïsantes ou simplement naïves, leurs créatures anthropomorphes ou animalières peuplent des mises en scène ludiques, oniriques ou inquiétantes, qui englobent parfois tout un paysage.

Production : Temps noir, France Télévisions
Participation :   CNC, Planète, ministère de la Culture et de la Communication (DGP), Procirep, Angoa
Conception : Bruno Montpied, Rémy Ricordeau
Réalisation :  Rémy Ricordeau
Année : 2011
Durée : 53′