Emilie et Faeza, une rencontre inattendue, un duo de battantes !

Vous avez sûrement déjà repéré la crêperie d’Emilie, MILIE CREPES, ouverte l’an dernier, dans notre quartier, entre la boulangerie et la pharmacie, avenue du Général de Gaulle. Humm… cette bonne odeur de crêpes qui se dégage le matin, dès le lever du jour ! Poussez la porte pour rencontrer Emilie, la jeune patronne et sa nouvelle employée, Faeza ! L’une est bretonne, l’autre irakienne. Comment se sont-elles rencontrées ? Les hasards et les aléas de la vie bien sûr, mais pas seulement !

Toutes les deux ont une même énergie, une même envie de s’en sortir et de gagner leur autonomie. Emilie a un an d’expérience à la rozell dans sa crêperie : levée avant l’aube et couchée tard dans la soirée pour assurer les commandes, elle avait besoin d’être secondée. Faeza, de son côté, rêvait de trouver un travail qui lui permette de subvenir aux besoins de sa famille. Professeur de comptabilité en Irak et excellente cuisinière, elle s’est lancé le défi d’apprendre à tourner les crêpes et les galettes. Avec l’aide de l’association lorientaise Nazaréens au Cœur, elle a entrepris de se former. Une ancienne crêpière, tout juste à la retraite, l’a initié à l’art de tourner crêpes et galettes sur la bilig ! Pari réussi puisqu’aujourd’hui Faeza officie derrière les galettières d’Emilie. La patronne et son employée s’entendent à merveille. L’équipe fonctionne bien, preuve que les différences culturelles sont aussi un enrichissement mutuel, et pas seulement un frein ou une barrière…Qu’on se le dise !

D’où vient Faeza ? De Bartella, un village situé près de Mossoul, au nord de l’Irak où l’on parle l’araméen (langue plus ancienne encore que l’arabe). Veuve avec deux enfants, elle est arrivée à Lorient en 2015, fuyant l’invasion de Daesh. Elle a vécu à Bagdad, puis fuyant les combats, à Bartella, son village natal qu’elle a dû quitter en catastrophe quelques jours avant un massacre…Depuis Erbil, où les réfugiés étaient nombreux, elle a pu obtenir un visa pour la France car une famille lorientaise (par le biais de l’association Nazaréens au Cœur) s’était engagée à l’accueillir chez elle. C’est ainsi que Faeza et ses enfants ont été hébergés…pendant 2 ans et demi chez M. et Mme Morin !

Autant dire qu’elle a trouvé là une seconde famille avec laquelle les liens tissés restent forts. Faeza tient à les remercier du fond du cœur et remercie également la France, terre d’accueil de son exil. Aujourd’hui veuve et émigrée, elle ne veut pas s’emmurer dans le poids du passé et garde son énergie pour assurer un bel avenir à ses enfants et témoigner de sa foi en un monde meilleur, à bâtir tous ensemble !

Aujourd’hui, avec Emilie, elle est heureuse de s’investir dans la vie du quartier ! Pour passer un bon moment, pour rencontrer ce duo de battantes, n’hésitez pas à pousser le porte de la boutique, histoire de faire connaissance et de goûter leurs délicieuses crêpes !

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *