La Chandeleur : l’histoire du jour des crêpes

 

Tous les ans, le 2 février, on mange des crêpes. La raison de cette tradition est la Chandeleur. D’où vient cette fête, pourquoi est-elle célébrée, et surtout, pourquoi mange-t-on des crêpes ce jour-là ?

L’origine de la chandeleur  remonte  aux Parentalia romaines. C’était une fête annuelle en l’honneur des morts, au cours de laquelle les romains veillaient à l’aide de cierges et de torches, en honorant Pluton et les dieux. On relie aussi la Chandeleur au dieu Pan. Durant une nuit, les romains adorateurs du dieu Pan parcouraient les rues de Rome en portant des flambeaux.

La fête de la Chandeleur vient du latin populaire candelarum, issu de festa candelarum, expression qui signifie la « fête des chandelles« . À l’époque, la fête des chandelles était une veillée en hommage aux morts. La foule allumait des chandelles et défilait dans la nuit. La Chandeleur a aussi des origines dans la culture judéo-chrétienne. À la fin de la messe, les fidèles ramenaient les cierges chez eux et les posaient aux fenêtres. D’autres sources indiquent que cette fête représente la présentation de Jésus-Christ au Temple et la purification de la Vierge Marie..

Enfin, la Chandeleur prend aussi ces origines dans la culture celte. Afin de remercier le soleil de faire pousser le blé,   les Celtes préparaient des crêpes pour célébrer le soleil. Pour eux, le soleil était celui qui offrait le blé, et donc qui apportait la nourriture. Les crêpes étaient donc réalisées pour représenter le soleil et le remercier d’apporter le blé. Cette tradition pourrait aussi venir des païens, qui faisaient la même fête avec des galettes de blé pour remercier le soleil d’apporter des jours meilleurs.

Mais la superstition et le folklore ne sont jamais très loin.

Il n’y a pas si longtemps, pour les paysans, ne pas faire de crêpes le jour de la Chandeleur signifiait une récolte perdue ! Alors le 2 février, on utilisait la farine de la récolte de l’année précédente pour confectionner des crêpes en forme de disque solaire, symbole du soleil et de la fin de l’hiver et du retour du printemps.

De nos jours en gage de prospérité dans le foyer, la superstition veut toujours que l’on fasse sauter la 1ère crêpe de la main droite, la main gauche dans le dos serrée sur un Louis d’or (mais ca marche aussi avec des euros). Et gare à celui ou celle qui ne récupère pas correctement sa crêpe !

Une petite recette pour pouvoir faire des crêpes :

  • 200g de farine
  • 60g de sucre glace
  • 500 ml de lait (entier de préférence)
  • 2 œufs entiers
  • 2 jaunes d’œufs
  • 80g de beurre

 

1 : commencez par faire un beurre noisette. Pour cela, faites chauffer le beurre dans une poêle à feux doux jusqu’à obtenir une jolie couleur ambrée. Lorsqu’une bonne odeur de noisette se dégage, stoppez la cuisson et réservez.

 2 : pendant ce temps, dans un saladier tamisez la farine et le sucre glace ensemble, puis mélangez.

3 : dans un autre récipient; fouettez ensemble le lait, les œufs entier ainsi que les jaunes d’œufs.

 4 : ajoutez progressivement le mélange liquide (lait, œufs) aux matières sèches (farine, sucre glace), de manière à éviter la formation de grumeaux.

 5 : ajoutez ensuite le Grand Marnier et finalisez la préparation de la pâte à crêpes avec l’ajout du beurre noisette. Remuez délicatement. Votre pâte à crêpe est prête !

 6 : passez maintenant à la cuisson de vos crêpes. Faites fondre une noix de beurre dans une crêpière, puis épongez l’excédent de beurre avec une feuille de absorbant.

 7 : versez les 3/4 d’une louche de pâte dans la crêpière et faites cuire la crêpe jusqu’à avoir une coloration dorée sur les deux faces de la crêpe (comptez environ 2 minutes sur chaque côté).

Attention à ne pas trop cuire les crêpes pour qu’elles conservent tout leur moelleux ! Il n’est pas nécessaire de beurrer la crêpière entre chaque crêpes car la pâte contient suffisamment de beurre.

Bonne dégustation !!!

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.