EXPOEZIK

Un projet de création en “aud’mots visuels” a retenu notre attention à l’espace multimédia du Polygone PLL…Quelques adhérents seraient intéressé.e.s pour organiser le spectacle Expoezik du collectif Propaband 56 composé de 4 slameurs : Sophonie, Lautre, Slamuailes, J’ai rarement dit, 2 guitaristes : Ronan et Cyrille et DJ Lee Veira.

“Dans une contrée moderne ravagée par l’industrialisation 4 slameurs en quête de réponses sur l’existence s’unissent avec leurs mots pour tenter de retrouver leur chemin.
Un retour aux sources nécessaire qui les rapproche davantage sur le sens du mot vie.
C’est autour du cycle de l’eau ininterrompu qui berce la Terre depuis des millénaires que les quatre slameurs cherchent à faire éclore en eux l’expression d’un moi intérieur tourné vers l’essentiel, la nature.”

O TCHAK A YËK

Toujours vague, ce désert avance à grand pas
On marche sur un sol qui craque sous nos pas
Une lune qui s’consume, des étoiles sans éclat
Que se passera-t’il, quand la lumière s’éteindra ?

On s’fiche des priorités face à l’évolution
L’ego surdimensionné, on en perd la raison
Bienvenue aux pillages ainsi qu’aux illusions
Comment éteindre ce feu si on manque de solution ?

Centi après centimètre, année après année,
La croute terrestre n’a fait que se déchirer
Trop attaché aux habitudes, qui croit au changement ?
Si détruire est devenu notre nouveau passe-temps ?

On brûle souvent d’amour, mais là c’est l’désespoir
Avoir de l’eau, n’est plus une tendance mais un devoir
Quelque soit le genre, le nombre de perte humaine
Boire, c’est vital, il est temps qu’on s’inquiète !

O TCHAK A YËK
O TCHAK A YËK
O TCHAK A YËK
O TCHAK A YËK

Où sont les mers, tous ces fontaines et rivières ?
Ces sources en mouvement qui nourrissaient naguère ?
Où sont les efforts, ceux en direction de la Terre
Face aux puits de promesses qui brouillent l’atmosphère ?

A quand la pluie, celle dont on n’a plus idée
Celle qui nourrit, qui donne vie à l’humilité ?
A l’instant T, l’humanité a soif de renouveau
Face au réchauffement climatique, y a pas photo !

Où sont nos larmes, celles qui marquent la fin d’un cycle ?
« Le beau temps viendra », nous clament les utopiques
Où sont nos rêves, ceux qui touchaient des sommets
« Là où les possibles », toujours, en nous, résonnaient… ?

A quand la victoire, face à l’adversité ?
On r’fait l’histoire si on n’veut pas couler
Pour ça j’agirai bien des jours d’affilé
Quand on a espoir, cette étoile on n’la laisse pas filer !

O TCHAK A YËK
O TCHAK A YËK
O TCHAK A YËK
O TCHAK A YËK

Pour éviter que le désert avance davantage
Il va falloir puiser en nous c’qu’on de plus sage
Viser l’essentiel, passer à l’action
Lutter contre avec les bons moyens de prévention

Ca commence par le sol, sa restauration
Plus d’engrais, pour sa fertilisation
Pour l’bon développement de la végétation
Tout ça nécessite une bonne irrigation

Allons plus loin, la reforestation
Plantons des arbres pour son humidification
Penchons-nous sur l’coup d’l’opération
Si nous voulons viser une nette amélioration

Mais qu’est-ce qu’on laisse aux nouvelles générations ?
Seulement des rêves au stade de l’embryon
Pour ce « road treep » soyons en adéquation
Si on va au casse-pipe, n’attendons pas l’extinction !

O TCHAK A YËK
O TCHAK A YËK
O TCHAK A YËK
O TCHAK A YËK

Gérard MENDY © Copyright – 2017

Plus d’infos sur https://expoezik.blogspot.com/

A suivre…

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *