Pour la fondation de la mémoire de l’esclavage

Jeudi dernier, le Carrefour des humanités Paul Ricœur a fait salle comble pour accueillir Jean-Marc Ayrault, ancien Premier ministre et Président de la Fondation pour la mémoire de l’esclavage.Venu nous expliquer ce qu’est la fondation pour la mémoire de l’esclavage, il nous a expliqué le rôle de cette dernière pendant plus d’une heure.

Les enjeux de ce combat pour la mémoire est fondamental aussi bien dans la métropole que dans les Dom-Tom. Nous ne devrions jamais oublier cette partie de l’histoire, pour comprendre notre présent et notre avenir. En France, certaines villes comme Nantes et Bordeaux ont commencé à faire une appropriation de leur histoire en acceptant leur passé lié au trafic triangulaire, d’autres comme Lorient et Le Havre ont tout un travail a faire à ce sujet…Par ailleurs, dans le débat après la conférence, on a posé la question de la mémoire de l’esclavage à Lorient. Pourquoi ne pas nommé la Rambla à Lorient Élisabeth, du nom du premier enfant d’esclave née à Lorient ?

Cette acceptation multiculturelle, l’acceptation des cultures créoles, doit aussi nous permettre de contribuer aussi à la lutte contre les discriminations et le racisme. C’est aussi l’objectif de la fondation.Il est possible d’en savoir plus si vous allez sur le site : https://memoire-esclavage.org/

Une pièce du Memorial ACTe, le centre d’expression et de mémoire de l’esclavage des Caraïbes.Photo: Nicolas Derne / AFP
1 réponse
  1. Espace multimédia
    Espace multimédia dit :

    Merci pour cet article Isabelle

    Il est possible de consulter sur ordinateur les recherches du musée de la Compagnie des Indes sur la thématique de la traite et de l’esclavage, ainsi que sur le rôle de la Compagnie des Indes dans ce trafic aux XVIIe et XVIIIe siècles :

    https://musee.lorient.bzh/collections/traite-et-esclavage/

    Le programme est installé sur un ordinateur de l’espace multimédia et consultable aux horaires de l’accès libre…

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.