8 mars : la journée internationale des femmes

La Journée internationale des femmes également appelée journée internationale pour les droits des femmes  est célébrée le 8 mars. C’est une journée internationale mettant en avant la lutte pour les droits des femmes et notamment pour la réduction des inégalités par rapport aux hommes.

Un peu d’histoire …

La Journée internationale des femmes a 107 ans

Elle trouve ses origines au début du XXe siècle, au sein des mouvements ouvriers et des nombreuses manifestations de femmes pour le droit de vote, de meilleures conditions de travail et l’égalité entre les hommes et les femmes ..

La toute première initiative en faveur d’une journée pour les femmes remonte à 1909 et émane alors du Parti socialiste américain.

En 1910, lors de la conférence internationale des femmes socialistes, à Copenhague,, une journée, sans date fixe, a été proposée par la militante et féministe Clara Zektin afin d’obtenir le droit de vote pour les femmes.

La date de l’événement, le 8 mars, vient de la révolution russe de 1917. La première journée a lieu le 19 mars 1911. En 1921, c’est Lénine qui choisit la date du  8 mars : en souvenir de la grève des ouvrières de Saint-Pétersbourg en 1917, premier signe de la révolution russe.
Après la deuxième guerre mondiale, la journée est surtout célébrée dans les pays communistes d’Europe de l’Est. En 1965, le 8 mars est décrété férié en URSS.

En revanche, dans les pays occidentaux, la journée des femmes se perd dans l’après-guerre. L’obtention du droit de vote, principale revendication des mouvement féministe en est peut-être une explication. Il faudra attendre 1975, pour que l’ONU choisisse le 8 mars comme date officielle pour cette journée et en France en 1982.

 

Leadership féminin : Pour un futur égalitaire dans le monde de la Covid-19 est le thème de cette  année

L’épidémie a mis en avant le fait que les femmes étaient en première ligne face à la pandémie, à travers différentes professions : caissières, infirmières, aide-soignante, aide à domicile, … ,mais aussi à la maison: pertes d’emplois plus importantes, responsabilités familiales et charge mentale accrues, risques d’être victime de violence augmentés par le confinement …. Les principales revendications sont donc de revaloriser les salaires, de supprimer effectivement les écarts de rémunération, le partage équitable des tâches familiales et domestiques, …… Le thème de cette année s’accorde avec le thème de la 65e session de la Commission de la condition de la femme  :

Participation pleine et effective des femmes à la prise de décisions dans la sphère publique, élimination de la violence, réalisation de l’égalité des sexes et autonomisation de toutes les femmes et de toutes les filles». Le thème s’aligne aussi sur la campagne phare Génération Égalité, qui exige que soit accordé aux femmes le droit de participer aux processus décisionnels dans tous les domaines de la vie, qui réclame l’égalité salariale et le partage équitable des tâches familiales et domestiques non rémunérées, et qui appelle à l’élimination de toutes les formes de violence infligées aux femmes et aux filles et à établir des services de santé adaptés à leurs besoins.”

 

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *