Une deuxième chance avec “Remise en jeu”

Rencontre avec Robert Salaün, créateur du projet « Remise en jeu », une école de la deuxième chance pour que les jeunes retrouvent confiance en eux…

Influencé par ses expériences de footballeur professionnel (D2 à Poitiers, Châteauroux dans les années 70), mais surtout de professeur d’éducation physique et directeur d’Institut médico-éducatif, Robert Salaün a eu l’idée il y a 20 ans de remobiliser les jeunes par le football.  Utiliser leur centre d’intérêt pour une remise à niveau. Ainsi le français, les maths, l’anglais ou l’histoire sont enseignés via le thème du football. Par exemple, ils vont utiliser la Coupe du Monde pour travailler la géographie.

Des sessions de 6 mois et demie permettent aux 16-25 ans de trouver une formation ou un emploi à la sortie. 4 premiers mois en immersion : les cours le matin, préparés par Marie Le Moing, encadrés par Caroline Salaün, fonctionnent sur le mode de l’auto-évaluation. Le sport l’après-midi est encadré par Jonathan Cado et Anthony Landrein, professeurs titulaires de brevets d’État. Certains stagiaires seront les derniers mois en stage dans une entreprise ou passeront les premiers brevets d’initiateur, d’éducateur, voire le BAFA…

Les 2 structures bretonnes pour l’instant à Lorient et Quimperlé affichent des résultats concluants, 80 % des jeunes trouvent du travail ou une formation. De quoi satisfaire le président Michel Kervadec ou le vice-président Christian Gourcuff. Les autres centres créés par Robert Salaün à Cognac, la Courneuve ou en Corse ont aussi du succès. L’aide de la région Bretagne dépend de leur revenu fiscal, un stagiaire de la formation professionnelle peut être indemnisé de 400€ à 900€.

Plus que des savoir-faire, c’est avec un savoir être que les jeunes sortent de cette « remise en jeu », plus motivés que jamais à trouver leur place dans la société, avec un corps sain dans un esprit sain.

Contact : remiseenjeu@gmail.com

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *