Rencontre avec le Basst’art Crew

Jimmy et Vincent étaient de passage à l’espace multimédia PLL pour répondre aux questions de Maxime.

Salut les artistes, comment faîtes-vous pour être si bons ?

Ils nous racontent leur parcours artistiques qui a débuté à l’école primaire où déjà ils adoraient dessiner. Leurs premiers tests à la bombe au lycée sont concluants, c’est le début de leurs aventures picturales…Leur motivation est de s’exprimer à travers des œuvres collectives et de rendre l’art accessible. L’apprentissage de la bombe a été instantané pour eux, ils ont vu évoluer les caps, les diffuseurs de peinture, et appris des nouvelles techniques avec le temps…

Comment faîtes-vous de si grandes fresques ?

Pour les proportions, ils font confiance à leur œil ou utilisent des quadrillages pour représenter le dessin qu’ils ont réalisé d’abord sur papier.

Pourquoi mettez-vous un masque pour peindre ?

Les artistes utilisent au maximum des bombes de peinture à base d’eau, moins nocives pour la santé que les bombes traditionnelles qui contiennent de l’acétone, du xylène ou du toluène et où le port d’un masque anti poussières ou un masque à gaz est conseillé, surtout en intérieur…

Quelles sont vos inspirations ?

Vincent nous parle de Mutafukaz, un film d’animation franco-japonais sorti en 2017, réalisé par Shōjirō Nishimi et Guillaume « Run » Renard et Jimmy nous conseille Sergio Toppi, un scénariste et dessinateur de bande dessinée.

Est-ce votre métier ?

Les 2 graffeurs vivent de leur art par de nombreux projets dans des lieux privés comme des restaurants (Why not à Plouay et Hennebont, Cancun à Lorient, Uncle Breizh à Baud, Landévant et Guidel…) ou des bars (O’Flaherty, Calle…) et des projets de fresques avec des écoles et des villes. Pendant le tour de France, des commerçants à Sarzeau ont proposé aux artistes de décorer leurs vitrines aux couleurs du tour…N’hésitez pas à les contacter !

Quels sont vos projets ?

Le collectif composé de Lafz, Ezql et Jstick  envisage des expos prochainement pour leurs toiles…

Ouvrez l’œil, vous les croiserez peut-être bientôt au détour d’une friche comme à Keroman ou le collectif vient de peindre un homme-arbre qui fait référence au réchauffement climatique et qui signifie que l’humanité ne tient qu’à un fil…Les artistes nous rappellent qu’il ne faut pas perdre de vue l’essentiel !

Avec l’association La sauce MSC, ils organisent des événementiels comme des soirées Hip-Hop à la discothèque MØS à Ploemeur ou réalisent des clips vidéo comme pour l’artiste Numa

Suivez le collectif sur www.facebook.com/basstartcrew

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.