Articles

Reportage photo au Carnaval de Lorient 2024

Le carnaval, c’était samedi 23 mars, le thème choisi était « Le grand bleu ».

L’association VorteKs est intervenue dans le cadre du projet de réalisation du bonhomme carnaval. Elle a animé, coordonné des ateliers participatifs ouverts à tous.tes : ateliers de pliages et d’origamis avec des papiers de couleurs. L’objectif était de décorer Georges le Poulpe, la mascotte du carnaval, qui mesurait 2,90 m sur 2,90 m, réalisé les mardi soir par des bénévoles.

Les lorientais étaient au rendez-vous pour saluer la créativité des associations, écoles, centres sociaux participant.es. Des compagnies de théâtres de rue étaient aussi présentes dont Qualité Street d’Hennebont avec ses extra-terrestres. Le bonhomme carnaval brûlé, on n’attend plus que le printemps, et la paix dans le monde…

Erik

Hélène

Jocelyne

Olivier

Christophe

Nicolas

L’exposition de photos créatives Imagin’R

L’exposition Imagin’R, mettant en vedette les auteurs créatifs et novateurs, s’installe à Agora Lorient pour régaler les amateurs d’art. Une fusion innovante de technique et d’imagination

Les artistes expérimentés Laurent Balpe, Gilles Courat, Michel le Tenier et Philippe Stéphan présentent un éventail captivant d’œuvres où la photographie et la créativité se fondent harmonieusement. À travers des techniques avant-gardistes et une vision artistique audacieuse, ils réinventent la photographie, défiant les limites de la créativité artistique contemporaine.

Plongez dans un monde d’expression créative

L’exposition offre aux visiteurs une expérience immersive, les transportant vers des univers où la réalité se mêle à l’imaginaire. Avec des œuvres uniques et inspirantes, les artistes démontrent leur maîtrise de l’art de la photographie plasticienne, invitant le public à explorer de nouvelles perspectives et à repousser les frontières de la perception artistique.

Du lundi 8 au vendredi 26 avril, de 9 h à 19 h, Agora, 25, avenue du Général-de-Gaulle, Lorient. Gratuit. Contact : 06 99 12 30 00, 02 97 21 08 62, pubcyber@yahoo.fr, https://pubcyber.wixsite.com/imaginr.

 

Le Lorient d’antan

Une nouvelle carte postale toutes les semaines pour mieux connaître l’histoire de Lorient :

1. La place Alsace-Lorraine dans les années 30

Carte postale, datant de 1935/1939, Gaby éditeur à Nantes, collection personnelle.

Au premier plan, les arbres de la place, et le kiosque à musique, celui-ci étant inauguré le 24 novembre 1933 (en remplacement d’un premier kiosque, datant de 1885 et détruit en janvier 1933) avec sur son toit les armes de la Ville de Lorient et des cartouches avec le nom de compositeurs célèbres. Rescapé des bombardements de 1943, il sera démoli après guerre, lors de la reconstruction de la place.

Au second plan, les immeubles de la place, à gauche, la rue de Turenne (de nos jours on y trouve l’église Notre-Dame de Victoire), à droite, les rues des Fontaines et de La Patrie, avec les magasins Fashion House et Novoprix (de nos jours, les Galeries Lafayette ) et à droite le magasin de vétements Saint Remy (de nos jours le magasin Burton)

Il y avait deux autres kiosques à musique à Lorient, un place d’Armes et un place de La République, dans le quartier de la Nouvelle-Ville.

2 – Le cours des Quais

Le jeu des 7 différences et plus : Sur ces deux cartes postales, nous voici devant le bassin à flot, avec à l’arrière plan, le cours des Quais (notre quai des Indes actuel), dont l’arrière du théâtre du cours de la Bôve, et au premier plan des marins qui réparent une voile de bateau.

Vous vous demandez pourquoi mettre deux fois la même carte postale, la 2012 de la collection Villard ?

Si vous regardez bien, il y a des différences entre les deux cartes postales…

 

3 -La place d’Armes et l’Hôtel Gabriel vers 1905

Au premier plan, des enfants et des marins posent devant la statue de Stanislas Dupuy de Lôme; à droite la Préfecture Maritime de Lorient, avec sa marquise, ses souches de cheminée, et ses sculptures du 18e siècle, et sa grille, notre actuelle galerie Le Lieu . Au fond la tour de La Découverte et les arbres de la colline du Faouëdic.

Carte Postale, collection Villard, Quimper, éditeur.

4 -La rue Beauvais et Hôtel Terminus vers 1920

Sur cette carte postale, nous voici rue Beauvais, à gauche, cachée par les arbres se trouve la gare, à droite, au fond l’école de Kerentrech, le tabac de l’hôtel Saint Christophe, hôtel qui sera a reconstruit dans les années 30, l’hôtel Terminus, avant son agrandissement et une belle villa, qui existe toujours. On notera la publicité pour les vêtements Saint Rémy

J. Nozais, éditeur, Nantes

5 – L’avenue de Merville vers 1905

Nous voici avenue de Merville (de nos jours avenue Jean Jaurès) au niveau du carrefour avec les rues de Kerlin et Claire Droneau, en direction de la Nouvelle-Ville. Notre regard est attiré tout d’abord par la foule qui pose pour le photographe sur la chaussée et le trottoir de droite, avec principalement des enfants, puis par le tramway, avec sa publicité pour le triple-sec Poulain, qui roule en direction de Ploemeur. Sur le trottoir de droite, un kiosque ou une vespasienne, avec une publicité pour le Grand Théâtre Delemarre, « prochainement à Vannes? »

Carte postale, collection Villard, éditeur, Quimper.

6 – Le Quai de Rohan, la rue Carnot et le Pont Tournant vers 1905

Sur cette carte postale, nous voyons au premier plan trois vedettes, reliant Lorient à Port-Louis, ancêtres de nos batobus, à droite le Pont-Tournant, reliant le cours de Quais à la Nouvelle-Ville. Sur le quai côté Nouvelle-Ville, deux bateaux, dont « Le Redoutable » à droite. Enfin, nous voyons quai de Rohan, des entrepôts, dont ceux des Bateaux à Vapeur du Nord et ceux des Messageries de l’Ouest & Union Belliloise et celui du Charbon de Terre, aux angles de la rue Carnot et du quai, un café et un tabac.

H. Laurent, Port-Louis, éditeur

7 – Quartier de Kerentrech,vers 1900, rue de Brest (Pierre-Paul Guieysse)

Nous voici devant l’église Notre Dame de Bonne Nouvelle, avec son porche et son clocher. A gauche, la future place de l’Yser avec ses arbres, le kiosque d’un marchand de journaux et une cheminée d’usine. A droite un banc et une charrette à bras.
Carte postale, H. Laurent, Port-Louis, éditeur

8 – La rue du Maréchal Foch vers 1935

Nous voyons ici la rue Maréchal Foch, par temps ensoleillé, avec une grande animation, automobiles, cyclistes, piétons, dont des marins. Parmi les commerces, on remarque « A l’Ours Polaire », une quincaillerie, un magasin vendant des articles de chasse. Au fond l’église Saint Louis, à droite, à l’angle de la rue Paul Bert, la fontaine monumentale dit aussi fontaine de Neptune, oeuvre du sculpteur Auguste Nayel et de architecte Stephen Gallot.

Carte postale, de la série « Lorient Moderne », Nozais, éditeur, Nantes Bon dimanche

9 – La plage de Port-Maria vers 1910

Voici la plage de Port-Maria à Larmor-Plage, vers 1910, un jour d’été, avec de nombreux promeneurs.
Au premier plan sur les rochers des femmes avec leurs ombrelles, ainsi que des militaires en uniforme.
Au second plan, les promeneurs, mais peu de baigneurs, on remarque des tentes et cabines de plage
Au fond, de droite à gauche, la terrasse d’un café ou d’un glacier, la villa Les Sables qui agrandie deviendra le Celtic Hôtel et la villa Les Hermines, construite en 1910

Collection H Laurent, Port-Louis, éditeur

10  – Vue générale du Port de Commerce vers 1920

Aujourd’hui je vous propose une vue de l’avant port de Lorient, avec des bâtiments qui existent toujours, pour la majorité d’entre-eux
Au premier plan, le quai de Rohan, avec ses bateaux à voile et à vapeur, avec un train de marchandises, chargeant la cargaison d’un bateau.
Le port de Lorient, était desservi par deux lignes ferroviaires à usage de fret, une de la compagnie du P.O. et l’autre de la Compagnie des Chemins de Fer d’Intérêt Local du Morbihan.
Dans l’avant port, une vedette à vapeur vient de quitter Lorient et va en direction de Port-Louis ou de Larmor-Plage. Ce sont les ancêtres de nos bateaux-bus actuels.
Au second plan, le Cours des Quais (Quai des Indes), avec un bateau de pêche, à gauche,les hôtels particuliers du XVIIIe siècle, dont la maison natale de l’écrivain Ernest Hello, à droite, la Cale Ory et l’Hôpital Maritime, les casernes de la Gendarmerie Maritime et au fond, le jardin de l’Hôtel Gabriel, la villa Frégate, et la tour de la Découverte
Carte Postale, faisant partie d’un album souvenir de Lorient, édité vers 1920, J. Nozais, éditeur à Nantes.

Au premier plan, le pont suspendu Saint Christophe, inauguré en 1847, et remplacé par le pont actuel en 1960, avec les voies du tramway, à droite une villa, au fond le Scorff avec le parc à bois Saint Isidore et Lanester.

Collection personnelle, J. Nozais, éditeur à Nantes

11 – Le pont Saint Christophe vers 1920

Au premier plan, le pont suspendu Saint Christophe, inauguré en 1847, et remplacé par le pont actuel en 1960, avec les voies du tramway, à droite une villa, au fond le Scorff avec le parc à bois Saint Isidore et Lanester.

Collection personnelle, J. Nozais, éditeur à Nantes

 

12 – la place Alsace-Lorraine et les rues des Fontaines et de La Patrie, vers 1905

Au premier plan, des enfants posent devant le photographe, à gauche le magasin de chapellerie et chemiserie Fashion House, à droite les Modern Galeries, avec une belle façade en pierres de taille et une marquise, et une calèche qui stationne devant l’entrée du magasin. A noter les enseignes sur le toit, qui étaient peut être lumineuses.

Sur la place on voit un kiosque à journaux, devant Fashion House, et une vespasienne, à l’angle de la place avec les rues de La Patrie et des Fontaines.

Au fond la rue des Fontaines, une des rues les plus commerçante de Lorient, qui va de la place Alsace Lorraine, jusqu’à la place Bisson .

Carte postale, Collection H. Laurent à Port-Louis, collection personnelle.

13 – La gare routière vers 1948

Au premier plan, la gare routière de Lorient, mise en service en 1938, avec ses cars Chausson; à gauche le cours de Chazelles et la place Georges Clémenceau. Au fond, la ville déblayée et non reconstruite, avec la tour de l’église Saint Louis, la colonne Bisson, les immeubles de la rue Poissonnière et celui de la rue des Fontaine, ainsi que la chapelle provisoire en baraque, de la paroisse Notre Dame de Victoire.

14 – Inauguration de la statue de Victor Massé en 1887

Sur cette photo datant du 4 septembre 1887, nous assistons à l’inauguration de la statue du compositeur Victor Massé, cours de La Bôve, en présence de nombreux lorientais.

La statue en marbre, est l’œuvre du sculpteur toulousain Antonin Mercié, et le socle de l’architecte lorientais Stephen Gallot.
Fortement endommagée par les bombardements de 1943, ce qu’il en restait sera détruit en 1953.

Enfin notre attention est attirée par le salon de coiffure à l’angle de la Bôve et de la rue du Port.

Photo : Médiathèque François Mitterrand, fonds Bretagne,

15 – La rue Maréchal Foch , lors de la Cavalcade du 5 mars 1933

La foule de spectateurs regardant passer un char sur le thème de l’aviation, à droite le café du Morbihan, et la fontaine de Neptune, oeuvre conjointe du sculpteur Auguste Nayel et de l’architecte Stephen Gallot. Au fond l’église Saint Louis.

Album photo, conservé à la Médiathèque de Lorient, Fonds Bretagne.

16 – L’Hôtel des Postes

A gauche les arbres du cours des Quais, actuel quai des Indes, au centre l’Hôtel des Postes, à l’angle de la rue Molière, la Poste déménagera en 1909, rue Poissonnière. Enfin à droite, l’arrière du Théâtre.

Carte postale datant d’avant 1907, Médiathèque François Mitterrand, fonds Bretagne

17 – L’intérieur du quartier Frébault vers 1900

Construit entre 1890 et 1896, le quartier Frébault était le casernement des troupes de l’artillerie coloniale, endommagé lors des bombardements de 1943, il sera démoli en 1961, excepté un bâtiment qui a servi de prison jusqu’en 1982.

Carte postale, collection A. Waron, Saint-Brieuc, médiathèque François Mitterrand de Lorient, Fonds Bretagne

18 – Les casernes des équipages de la Flotte, vues de la Tour de la Découverte, vers 1900

Au premier plan les casernes des équipages de la Flotte, qui sont les anciens magasins de la Compagnie des Indes, bâtiments, aussi appelés le Péristyle et oeuvre de l’architecte Jacques V Gabriel.

Le Péristyle sera détruit lors des bombardements de 1943.

Au fond le Scorff et la rade de Lorient

Carte Postale, fonds Bretagne, médiathèque de Lorient

 

19 – Le Pont Tournant et la rue Carnot vers 1910

Au premier plan le Pont-Tournant et l’écluse du bassin à flot. Sur le pont les passants regardent le photographe, au fond le quartier de la Nouvelle-Ville, avec le quai Rohan, et la rue Carnot. A noter à droite la publicité pour le célèbre Chocolat Menier

Carte Postale, Artaud et Nozais, Nantes, éditeur, collection personnelle.

20 – Port-Louis, la rue de la Pointe vue du quai de la Pointe, vers 1900

Au premier plan, le quai de la Pointe, avec des bâtiments en bois , des charettes à bras et un attelage, se trouvant devant un petit édifice, qui pourrait être un octroi. Au fond les maisons de la rue de la Pointe, avec de gauche à droite, une épicerie, le débit (de tabac ?) de V. le Quer ou le Guen, l’Hôtel Belle Vue et la Buvette du Port.

Carte Postale, collection H. Laurent, Port-Louis, éditeur, collection personnelle

21 – Le Pont-Tournant et l’écluse du bassin à flot

Sur le pont les passants regardent le photographe, au fond le quartier de la Nouvelle-Ville, avec le quai Rohan, et la rue Carnot. A noter à droite la publicité pour le célèbre Chocolat Menier

Carte Postale, Artaud et Nozais, Nantes, éditeur, collection personnelle.

22 – Le Bassin de Commerce vers 1905

Au premier plan, le bassin de Commerce (le bassin à flot) avec un bateau à vapeur et un bateau à voile, au second plan, le Cours des Quais (actuellement place Jules Ferry), avec la Salle des Fêtes, inaugurée en 1905, et l’École Primaire Supérieure. Au fond, les remparts de la Ville.

Carte Postale, H. L. éditeur

 

23 – Revue sur la Place d’Armes : défilé d’un bataillon, vers 1900

Au centre , un bataillon qui défile, à droite le kiosque à musique, qui était au centre de la place. Au fond, le mur, avec sa balustrade, datant de 1742, qui se trouve face à l’Hôtel Gabriel.

Carte postale, Collection H. Laurent , Port-Louis, collection de la Médiathèque de Lorient, fonds Bretagne.

24 – La statue de Jules Simon et les remparts de Lorient vers 1910

Érigée, près de la Porte du Morbihan, face tournée vers le Cours de Chazelles, la statue en bronze de Jules Simon, est inaugurée en 1905, elle est l’œuvre du sculpteur Denys Puech. La statue sera fondue par les allemands pendant la guerre, mais on peut voir à Paris, place du Guatemala, la même statue en pierre.

Carte Postale, Lefeuvre, éditeur, Lorient, collection personnelle

Derrière la statue , on voit derrière les remparts de Lorient, les maisons de la place du Morbihan

25 – Les Nouvelles Galeries, vers 1900

A droite la rue des Fontaines, à gauche , l’immeuble du magasin Fashion House, à l’angle de la place Alsace-Lorraine . Tous ces immeubles disparaîtront lors des bombardements de 1943.

Carte postale, Fonds Bretagne, Médiathèque François Mitterrand

26 – Le Cours de La Bôve vers 1955

Au premier plan, le Cours de La Bôve, avec ses bancs et ses arbres qui viennent d’être replantés, à gauche, on aperçoit la terrasse d’un café, à droite des immeubles reconstruits avec divers commerces , dont une charcuterie, le photographe Crolard, et un électricien.

Au fond on voit le clocher de l’ancienne église Saint Louis, qui sera démoli entre le 5 et le 31 octobre 1957. On notera que les immeubles de la rue Clairambault ne sont pas encore construits.

Carte Postale, Gaby, éditeur à Nantes

27 – Le Pont Tournant et le Quai des Indes vers 1950

Sur cette photo, prise du Quai de Rohan, on voit à gauche, le Pont-Tournant avec ses deux maisonnettes, l’écluse de l’entrée du Bassin-à-Flot , et à droite, une vedette de La Rade, à quai, qui partira à destination soit de Port-Louis ou de Locmiquélic.

Sur le Quai des Indes, on voit à gauche, des baraques, et à droite, un blockhaus, ainsi que le bureau de la Compagnie des Vedettes de la Rade.

Au fond, la Chambre de Commerce, avec son fronton orné de la sculpture d’un Caducée, symbole du dieu Mercure, qui est le dieu romain du commerce. La rue Pasteur, avec le pignon d’un immeuble qui a des publicités pour le cirage Lion Noir et pour l’apéritif Byrrh et deux immeubles de la fin du XVIIIe siècle, qui ont survécu aux bombardements de 1943.

Carte Postale, Artaud, père et fils, éditeurs à Nantes

 

28 – Un Coin de Place Bisson, vers 1930

Au premier plan, le terre plein de la Place Bisson avec la Colonne Bisson à gauche et des marchands ambulants dont un qui s’appelle « A la renommée », à droite , le Cours de La Bôve, au fond , la rue de Pontcarré et dans le lointain la rue de La Marine. Derrière la Colonne Bisson, l’église Saint Louis, les Halles et l’immeuble du journal , « Le Nouvelliste du Morbihan »

Carte Postale, Cie des Arts Photomécaniques, Paris, éditeur, collection personnelle.

 

29 – La Place Alsace-Lorraine, vers 1930

Au premier plan, le terre-plein de la place, avec son kiosque à musique, des bancs, et des automobiles en stationnement. A droite la rue Victor Massé, avec, à l’angle, le « Grand Café », la rue de Clisson, avec l’Hôtel Beauséjour, la rue Hoche, avec à l’angle, un chirurgien dentiste.

Carte Postale, Cie des Arts Photomécaniques, Paris, éditeur, collection personnelle

A la découverte de l’histoire de Port-Louis

Comme chaques vacances, les adhérent.es de l’espace multimédia vont prendre l’air dans le pays de Lorient…Direction la cité corsaire en compagnie de Frédéric, guide touristique, pour une balade à travers son histoire. Merci aux photographes pour la visite virtuelle et à Isabelle pour son récit

Découvrez les différents circuits de Frédéric sur https://www.fautqucamarche.fr et sur sa chaîne Youtube !

______________________________________________________________________

Rendez-vous à l’embarcadère au Port de pêche pour rejoindre Port-Louis où notre guide a commencé à nous parler de la l’histoire du village de « Blavet » depuis ses origines antiques comme celle de l’île Saint-Michel dans la rade de Lorient.

Au fil des rues, nous avons pu découvrir les principales étapes de l’histoire du village qui a changé de noms au cours des siècles: Blavet, Port-Louis, Port de l’Égalité, Port-Liberté…

Nous avons pu ainsi constaté dans la bonne humeur que le site, aussi petit soit-il a connu les aléas de la grande Histoire avec notamment les celtes, les guerres de la Ligue, la période des compagnies des Indes ou la Révolution, à travers de nombreuses évocations passionnantes d’événements locaux.

Et comme, la Bretagne est une terre de légendes, nous avons même appris pourquoi l’eau de mer est salée…

Un grand merci à notre guide pour cette visite passionnante !

________________________________________________________________________

René

Loic

Isabelle

Nicolas

_______________________________________________________________________

Un documentaire historique, fruit d’une rencontre entre Gérard Dieul et Alain Pichon :

Street art surprise au Polygone

Les Pavillons Le Guiner, devant être prochainement démolis, voient depuis peu leurs murs accueillir des fresques de plusieurs street artistes lorientais, dont certains du Diaspora Crew ou du Bass’tart Crew

Situés entre la rue du Général de Gaulle et la rue du Capitaine Lefort, les pavillons Le Guiner, sont construits en 1927 pour loger les sous-officiers de la Caserne Frébault.

Sur la photographie…

 

Depuis 1977, je m’étais mis à la photographie argentique et ses célèbres pellicules en ASA qui étaient à l’époque la sensibilité. je faisais de la diapositive pour les projeter sur écran…Mes enfants pour un anniversaire m’ont offert un appareil numérique mais je n’arrivais pas trop à l’utiliser et arrêta mes prises de vue photo pendant de nombreuses années…

En m’inscrivant à l’espace multimédia du PLL, je retrouve enfin l’envie de reprendre la photo par les sorties organisées et les rencontres avec les photographes…Je vous partagerai mes recherches de sites intéressants sur sur Lekiosque.bzh  !

Leçon n°1

Quelle est la différence entre un appareil reflex et un hybride

www.nicolascroce.com/reflex-vs-hybride/

Leçon n°2 :

Priorité à l’ouverture et à la vitesse

La prise de vue photographique suivant les sujets que vous envisagez se décompose par deux possibilités :
– la priorité à l’ ouverture (réglage par le diaphragme (entrée de la lumière)
– la priorité à la vitesse (pour les photos sportives, en mouvement …)

https://www.luzphotos.com/prise-de-vue/les-bases/modes-exposition

Hommage

L’Artiste William KLEIN connu pour ses photographies de mode et bien sûr de rue nous a quitté ce mois-ci à 96 ans à Paris où il vivait depuis 1947.

Je me permets de vous donner le lien suivant de wikipédia pour que vous connaissiez sa vie , sa carrière : https://fr.wikipedia.org/wiki/William_Klein

Regarder le documentaire diffusé sur Arte.tv en hommage à William KLEIN : https://www.arte.tv/fr/videos/098561-001-A/contacts/

Leçon n°3

Je vous propose de découvrir quelques 23 photographes français à suivre pour continuer votre apprentissage…

www.lesothers.com/23-jeunes-photographes-francais

Mes coups de coeur :

Alex Strohl : www.alexstrohl.com

Sidi-Omar Alami : https://sidiomaralami.com

Arnaud Teicher : https://arnaudteicher.com

D’autres photographes seront bientôt présentés sur le site : Monsieur Tober, Louie Salto, Yann Audic, Maud Chalard et bien d’autres…

Leçon n°4

Ne vous séparez pas de vos anciens appareils car l’argentique est sur le retour !

De nombreux marchés d’anciens appareils se créent dont le plus connu en France est à Nantes (plus d’infos) qui se spécialise dans les anciens appareils et dans les pellicules argentiques. Le plus de la photo argentique :  vous y créez de la prise de vue au développement de la pellicule ainsi qu’aux tirages des photographies elles même. Seul hic, le coût ! Certaines nouvelles pellicules sont aussi crées…

Plus d’infos sur www.exemplaire.com.ulaval.ca/non-classe/vers-un-retour-de-la-photographie-argentique/

Hommage

Elliott Erwitt, mort jeudi 30 novembre 2023 à l’âge de 95 ans, était ce qu’on appelle un photographe total. Il a tout fait : de la photographie intime, du grand reportage, de la mode, de la publicité. Son regard singulier, à la fois moqueur et plein d’humanité, illumine tout son travail.

Pilier de la prestigieuse agence Magnum où il était entré en 1954 sous la houlette de Robert Capa, Elliott Erwitt était à cheval sur les deux rives de l’Atlantique : né en France de parents immigrés russes en 1928, il a ensuite grandi en Italie avant de faire carrière aux Etats-Unis et de parcourir le monde en tant que reporter. Ses thèmes de prédilection : les couples, les enfants, les chiens, les villes. Quel que soit l’angle abordé, on retrouvait son regard amusé, ironique mais affectueux. Un régal.

Signalons deux actualités du photographe : Pour l’édition 2023 de sa série annuelle « 100 photos pour la liberté de la presse », RSF l’a choisi et il est actuellement exposé jusqu’au 17 mars 2024 à La Sucrière à Lyon.

Lire la suite https://www.francetvinfo.fr/culture/arts-expos/photographie/mort-d-elliott-erwitt-5-bonnes-raisons-de-redecouvrir-cet-immense-photographe_6217314.html

 

Leçon n°5

Cet article présente les différentes conditions climatiques en hiver, comment entretenir votre matériel photo et vous recommande les équipements vestimentaires du photographe pour être à l’aise dans le froid…

La photo en hiver : protéger son matériel du froid et des intempéries

https://www.luzphotos.com/prise-de-vue/photo-en-hiver-proteger-son-materiel-photo

 

Leçon n°6

Une photo intégralement générée par IA : la couverture de Réponses Photo interroge sur l’avenir du métier

Les images générées par des intelligences artificielles font le buzz sur Internet et impressionnent par leur réalisme grandissant. Pour son numéro de mars 2023, le magazine Réponses Photo a laissé une de ces IA réaliser sa couverture. Une première qui interroge sur l’avenir de la photo.

https://www.lesnumeriques.com/photo/une-photo-integralement-generee-par-ia-la-couverture-de-reponses-photo-interroge-sur-l-avenir-du-metier-n206499.html

 

Leçon n°7

Ce que fait l’intelligence artificielle pour la photographie

Des appareils électroménagers aux outils industriels les plus perfectionnés, le concept d’intelligence artificielle est partout… et la photographie ne fait pas exception à la règle. Les technologies mises en avant par l’industrie de la photo sont-elles cependant réellement apparentées à l’IA ? Éloignons-nous quelques instants de nos rêves de science-fiction pour évaluer la place de l’automatisation intelligente dans la création d’images.

https://leclaireur.fnac.com/article/45608-lintelligence-artificielle-au-service-de-la-photographie/

 

Leçon n°8

Trouver des thèmes pour votre projet photo :

https://www.nikonpassion.com/53-idees-de-themes-photo-pour-votre-projet-365/

Suivant les sujets choisis, adapté le matériel et la technique aux sujets. Appareil photo ancien Argentique ou récent Numérique réflex ou hybride, choix des objectifs (focale fixe, zoom,fisheye), éclairage Naturel ou Flash d’appoint…

Réglage de la sensibilité de la pellicule ISO – ASA ou réglage sur l’appareil en manuel ou automatique (de nombreuses possibilités de réglages sur les appareils ). Penser à s’équiper d’un pied pouvant éventuellement se régler sur 3 axes (360°) et en hauteur.

Maintenant à vos Appareils. Bonne (Ré)création !

 

Expo photo « Le plaisir du temps qui passe »

Philippe Riquet est photographe amateur lorientais. Il découvre la photographie à 12 ans : sa main lui apparait en noir et blanc à la sortie d’un laboratoire photo. Il emprunte l’appareil de son père et peaufine sa pratique. Il consacre des heures à la contemplation des paysages et s’appuie sur différentes techniques pour construire ses photos : pause longue,  contrejour, superposition de photos.

La selection présentée à l’Embarcadère suit une saisonnalité et nous donne à voir la comète Neowise au dessus du Mont Braspart. Philippe Riquet saisit des moments de pêche, le phare du Petit Minou dans le Finistère ou le lever du soleil à Port-Louis, ainsi qu’un cliché surprenant de la foire de Noël de Lorient et les mouvements de danse lors du Festival Interceltique.

Mercredi 31 janvier à partir de 18H30

Apéro – partage autour des photos exposées

Philippe Riquet présente ses photos et les techniques utilisées

Entrée libre

 

Expo virtuelle du street-artiste artjean13

Rencontre avec artJean13, pseudo de Jean-Yves Gauthé, autour de ses créations street-art :

Exposition jusqu’au 6 janvier 2024, Chez Éric Berlinson, 7, rue Brémond-d’Ars à Quimperlé.

Entrée libre, du mercredi au samedi, de 9 h à 19 h, 21 h 30 le jeudi. Le dimanche, de 9 h à 12 h 30, une semaine sur deux. Téléphone : 02 98 09 21 33.

Suivez artjean13 sur Instagram : https://www.instagram.com/artjean13/?hl=fr

Expo virtuelle de Yann L’Outsider

Rencontre avec Yann Le Berre (L’Outsider) qui a réalisé en septembre 2023 avec Jean Moderne (RCF1) une fresque sur un mur de 270 m2 à 37m de hauteur, quai de Rohan, dans le cadre de l’appel à projets participatifs de la ville de Lorient.

L’artiste originaire de Quimperlé vient de sortir un livre disponible en édition limitée chez l’éditeur vannetais Land Artic en cliquant ici

N-B: Une rencontre avec Jean Moderne en cliquant ici

Suivez Yann l’Outsider sur Facebook et Instagram

Regards sur l’île de Groix

Bonjour, Je suis photographe à mes heures…mais en fait depuis des années…

C’est de manière relative à cette inclination commune que j’ai pu croiser Nicolas, à la remise des prix du concours photo des centres sociaux de Lorient, sur le thème de ses ports et du lien côtier, fin novembre, à la maison du Bois du Château. Notre discussion nous a alors amené à vous proposer quelques clichés représentant une série de photographies prises à l’île de Groix et, pour ce premier thème collaboratif, contribuer ainsi à ma présentation par l’image du lieu où je réside.

Mais les thèmes photographiques sont variés, proches ou lointains, classiques ou inventifs , et pourraient ultérieurement se décliner de manière multiple et participative, ainsi qu’une prochaine conférence inaugurale vous y invitera en nombre, en 2024.

Dans l’attente, les quelques images locales sont des lieux et moments de lumière chaleureuse de l’île de Groix quand on souhaite en capter l’instant.

Jean-Pierre Boinet