Visite guidée avec Oscar Yana

Mercredi 11 et jeudi 12 avril, le centre social du Polygone organisait une visite de l’exposition d’Oscar Yana à la galerie du Faouëdic, en présence de l’artiste. Artiste plasticien et musicien, Oscar Yana a vécu jusqu’à ses 22 ans entre la Bolivie et le Pérou, sur les hauts plateaux andins. Il vit désormais à Lorient, dans le quartier Frébault, est adhérent  l’espace multimédia où il a réalisé son site web : https://oscaryana.weebly.com

Oscar Yana présente dans cette exposition « Sueños y Paso a paso » (Rêves pas à pas) différentes facettes de son travail : peintures en grand format, art postal, gravures, jusqu’au 20 mai !

Galerie du Faouëdic, Boulevard Général Leclerc, 02 97 02 22 57

Horaires :
Du mercredi au dimanche : 14h-19h

Accès bus : toutes lignes – Arrêt Faouëdic

Par Nicolas

Dino Voodoo expose à Lorient

Né en 1975 à Lorient, Dino Voodoo a étudié le design graphique à Nantes, il réside à Rennes. Influencé par le rétro futurisme, le constructivisme (Bauhaus, Dada, Cubisme) et le pop surréalisme, il fusionne ces différents mouvements et crée une alchimie de tous ces éléments dans ses créations. En 2016, il a été invité en Chine par Julien Malland (Seth) pour participer à un projet de fresque dans une école. Illustrateur, graphiste et peintre muraliste, Dino est bien connu à Lorient où il a co-fondé le Moker Crew ! Pourquoi pas une fresque de l’artiste bientôt dans le quartier ?

Dino Voodoo expose avec Mathias Brez à la Galerie Improbable jardin, 26 avenue Maréchal Foch, jusqu’au 12 mai. « Cette exposition a été créée pour le lieu, même si ça fait longtemps qu’on avait en tête ce thème de l’Eden. J’ai gardé ma touche science-fiction et ce côté futuriste, même si le thème évoque un moment du passé. » explique Dino Voodoo.

Une sélection de photos pour découvrir l’univers de l’artiste :

Plus d’infos :

http://www.dinovoodoo.com/

https://www.instagram.com/dinovoodoo

Cécile Andrault, chanteuse-pédagogue

Rencontre avec Cécile Andrault, une nouvelle habitante du quartier venue nous présenter ses projets artistiques ! Après avoir créé une école de musique à Brest (La Luciole, écoles des musiques actuelles), elle espère bien développer de beaux projets à Lorient !

Cécile est chanteuse et pédagogue (professeure de chant, elle est diplômée du conservatoire). Elle organise un stage le 9 juin à Port-Louis, pour « libérer votre voix », de 10h à 17h30 (45€). Coach professionnel depuis peu, elle propose de l’aide pour le développement personnel (Confiance en soi / connaissance de soi / coaching de vie / prise de parole en public /Communication efficace / Gestion du stress…). Plus d’informations : https://www.cecileandraultphenix.com

Elle a la direction d’un chœur gospel à Hennebont et va créer à la rentrée prochaine une chorale à Lorient, dans une dynamique gospel – soul – jazz…Chanter est pour Cécile un acte spirituel qui la relie aux autres et à elle même…Elle adore les musiques qui groovent et qui viennent du cœur…Son nouveau groupe Oulala Jazz band joue un jazz populaire et nul doute qu’avec ses musiciens expérimentés, biens connus à Lorient (Eric Nédélec, Stéphane Marrec, Tony Monfort),  ils allumeront le feu ! https://www.oulalajazzband.com

Par Nicolas

Crédit photo : Didier Ropers  www.ropersphotographe.com

Rémi, vélorutionnaire

C’est avec un regard décalé et le sourire aux lèvres que Rémi, militant pour les déplacements doux, argumentait face aux dissonances cognitives des automobilistes : « Organisons une vélorution* dans la ville avec banderoles et slogans réclamant des pistes pour les automobilistes ! »

Non sans humour mais convaincu, Rémi savait recentrer le débat sur la mobilité des plus fragiles – piétons, cyclistes – pour faire admettre le droit à tous de circuler en toute liberté, et surtout en sécurité, face aux lobbies empiriques des automobiles! D’ailleurs, ce coach en sevrage automobile comme il se nommait lui même n’hésitait pas à enfourcher son vélo girafe, partant de Lorient pour rejoindre la vélorution* universelle de Nancy 2017, afin de faire avancer ses idées.

Il a fondé le CRADE* à Concarneau et a soutenu et accompagné la création d’autres ateliers vélo participatifs : En Roue Libre à Quimper, Penn Rustin à Douarnenez. En arrivant à Lorient, en 2015, il a rejoint le jeune atelier vélo Syklett. Puis ce membre de l’amicale internationale des sans voiture créa un atelier nomade et gratuit, avec quelques copains-copines, ici sur un rond point, là sous un arbre dans la rue ou encore sur le marché de Lorient, et s’impliqua activement dans l’atelier vélo Rustine Peace sur le marché de Port-Louis. Deux fois par mois , il animait un atelier au lycéee Dupuy Delhomme afin d’initier les jeunes gens à l’entretien de leurs vélos.

Egalement en résidence à l’auberge de jeunesse du Ter, où étaient hébergés des exilés, puis aux containers du Lieu jaune Lieu noir sur le port de pêche, ce fut la rencontre fantastique avec des personnes de tous pays se retrouvant autour de l’objet commun et international qu’est la bicyclette, l’ayalla*. Ce sont ainsi près de 200 vélos issus de récupération et de dons qui ont étés démontés, remontés ensemble et redistribués, dans un atelier sans nom, sans  structure , sans publicité, sans subvention, non autoritaire en expérimentant la gratuité dans la joie, et un slogan : «  Si, si, c’est possible ! ».

Sans pub car Rémi était dans la recherche et dans le partage du faire et du savoir-faire, pas dans le faire-savoir. Il ne craignait pas d’aller deux pas « en arrière » dans le bon sens plutôt qu’un pas « en avant » dans le mauvais. Une personne que la remise en question n’effrayait pas : c’était un outil pour aller vers plus de justesse dans les actes et dans les mots.

Le fréquenter, simplement penché avec lui sur un vélo, outils en main et bonne humeur au visage, vous confortait dans le fait que « si, si, c’est possible ! », qu’il faut simplement agir, et à sa mesure, dans l’envie plutôt que la peur. La baguette magique pour quitter la croissance pour l’équilibre.

Cet atelier vélo était un modèle de « démarche de projet » réussie, où les mots « expérimentation », « droit à l’erreur », « participatif », « intergénérationnel », « paritaire », « mixité sociale » etc étaient une réalité.

Rémi, au-delà d’un militant pour les déplacements écologiques, était un citoyen, humblement et pleinement, cherchant en permanence à assumer, par des actes et toujours avec une touche de dérision, voire d’autodérision, sa petite part de responsabilité dans la société. Ses deux derniers projets en tête ? Ecrire un témoignage sur la réalité de l’assistance à domicile aux personnes handicapées – son emploi -, et trouver une pelle et une brouette pour dégager, symboliquement, un des tas de terre récemment versés sur une zone du port de pêche fréquentée par des routards et des gens du voyage.

Peut-être avez-vous remarqué ce vélo blanc accroché dans un arbre avenue Jean Jaurès. C’est un ghost bike. On en trouve sur les lieux où les cyclistes ont trouvé la mort. Le premier fut érigé à St Louis (Missouri) avec un panneau « ici cycliste percuté ». D’autres suivirent, à Londres, New-York, Paris. C’est devenu un symbole, une invitation à la bienveillance et à la responsabilité nécessaires chez tous – bus, voitures, vélos, piétons, collectivités chargées des voies – pour que se développent réellement les déplacements doux.

Celui-ci, à Lorient, est le mémorial dédié à Rémi, décédé contre un véhicule à moteur le vendredi 1er décembre 2017.

*ghost bike : vélo fantome

Velorution : ce mot valise désigne le nom d’un mouvement international encourageant les déplacements non polluants comme le vélo.

CRADE, Centre de Recherche sur l’Avenir des Déplacements Ecologiques : http://lecrade.blogspot.fr

Ayalla : bicyclette en Soudanais.

Par Mona et Martine

 

Oscar Yana au Faouëdic

Le 23 mars à 18h30, Oscar Yana, vous invite au vernissage de son exposition « Sueños y Paso a paso » (Rêves pas à pas) à la galerie du Faouëdic à Lorient.

Découvrez son travail sur le site, encore en construction, réalisé à l’espace multimédia : https://oscaryana.weebly.com

Oscar est un habitant du quartier et a en projet, avec le collectif habitants, de réaliser une fresque sur le blockhaus près de la boulangerie…Deux visites guidées privées de son exposition seront organisées les mercredi 11 et jeudi 12 avril, renseignement au centre social du Polygone.

Un reportage photo de Mikhael Brun à l’Atelier du Bout du Monde où travaille Oscar Yana :

Plus de photos sur le site de Mikhael Brun

« Artiste plasticien et musicien, Oscar Yana a vécu jusqu’à ses 22 ans entre la Bolivie et le Pérou, sur les hauts plateaux andins. Il part ensuite en Espagne et vit désormais en France.
A travers ses créations, Oscar Yana nous parle d’histoire et de son histoire. Son œuvre tout entière s’inscrit dans un va-et-vient entre modernité et tradition. Puisant son inspiration dans les figurines et motifs picturaux des cultures andines méconnues de Nazca (IIIe- VIe siècle) et de Tiahuanaco (IIIe – Xe siècle) il les transfigure par des techniques artistiques occidentales, tout en préservant l’absence de perspective caractéristique des œuvres ancestrales.
Curieux, ouvert au monde, à tous les mondes, Oscar Yana nous renvoie à travers son œuvre foisonnante à la question de nos origines, de notre identité.

Au fil du temps il affirme une écriture très personnelle, brouillant subtilement les codes d’une lecture purement exotique de son œuvre. L’accueil de cet artiste singulier à la galerie du Faouëdic est une belle opportunité pour mettre en lumière toutes les facettes de son travail : peinture en grand format, art postal, sculpture, gravure…
Dans une scénographie spécialement conçue pour le lieu seront présentées aux côtés des œuvres de l’artiste des productions d’élèves de 4ème du collège Jean Le Coutaller à Lorient, fruit d’une résidence d’Oscar Yana dans l’établissement de novembre à décembre 2017. » Source

Peinture, gravure, volume, installation Scénographie : Matthieu Bouland

 

Ezra & Kaz, portrait de deux artistes graffiti

Portrait de deux artistes graffiti : EZRA COLOR of SOUND et Kaz Art

Ils se sont confiés au journaliste-reporter d’images Mikhael Brun pour parler de leur incroyable fresque prêt du bar le Galion, rue Florian Laporte à Keroman et du festival Unies Sont Nos Cultures  qui aura lieu le 11, 12 et 13 mai prochain à Lorient. Voir le reportage photo en cliquant ICI

 

Le site STREET-ART-AVENUE a publié un très bel article sur leur travail au port de Lorient :

Voyage en photos avec Mikhael Brun

Rencontre avec Mikhael, un reporter globe-trotter, aventurier éco-responsable. Après son BTS audio-visuel et quelques expériences de journaliste-reporter d’images, il décide de voyager à travers la planète…

Sa prochaine aventure est un tour du monde « éco-responsable » à vélo. Il veut partir à la rencontre des acteurs de l’écologie (permaculture, maisons écoresponsables…) pour réaliser un reportage vidéo et photo…Il construit actuellement son vélo, « De A à Z, rayon par rayon », et s’équipe d’une carriole pour transporter Nil, son chien. Peut être sera t-il accompagné par Julie, il attend patiemment sa réponse…

Sans argent, il espère pouvoir rencontrer les populations locales par l’échange…Nous ne manquerons pas de suivre ses aventures sur sa chaîne Youtube où il aimerait poster régulièrement des vidéos pendant son voyage.

Il expose sur son site web des photos de ses périples passés et nous a proposé d’en sélectionner pour le Kiosque.bzh :

Lorient l’inspire, il a réalisé de nombreux reportages photo sur des artistes locaux :

Kaz et Ezra du Diaspora Crew

Déborah, Faustine, Marie, Lucile et Oscar (bien connu à l’espace multimédia) de l’Atelier du Bout du Monde :

N’hésitez pas à le contacter pour tous projets photo-vidéo : mikhael.brun@gmail.com

Plus d’infos sur l’artiste : https://mikhaelbrun.com/

https://www.facebook.com/brunmikhaelphotography/

Par Nicolas

Venez fêter les 10 ans du festival !

Rencontre avec Alain Le Sann, habitant du quartier Merville, ancien professeur d’histoire-géographie, président du Festival de films « pêcheurs du monde » et  du Collectif Pêche & Développement.

Du 19 au 25 mars 2018, c’est le 10ème anniversaire du Festival International de Films Pêcheurs du Monde ! « En 2008, on voulait que les pêcheurs réagissent aux regards posés sur eux » raconte Alain Le Sann. Ce festival a pour ambition aussi de donner envie aux jeunes de découvrir le monde de la pêche qui représente de nombreux emplois, 3000 à Lorient. « C’est un festival sur les pêcheurs plus que sur la pêche, pour découvrir des histoires de vie…Il y a des films sur le travail, les pêcheurs face à la mort, l’alcoolisme, les migrants…Nous traitons des questions de société à travers le regard des pêcheurs dans le monde entier, et des relations de l’homme à la nature… »

Le festival reçoit une centaine de films par an et une trentaine, représentant 15 pays, sont sélectionnés par les membres de l’association. Une dizaine de réalisateurs seront présents et échangeront avec le public à l’issue des séances. Le festival se clôturera par la traditionnelle remise de prix du jury Professionnels et du jury Jeunes, sous la présidence de Lucien Gourong et sera croquée par le dessinateur Nono. Les jeunes de 15 à 25 ans sont invités à participer à cette aventure. Une nouveauté pour les 10 ans, le public pourra voter et décernera lui aussi un prix.

Demandez le programme : www.pecheursdumonde.org

Alain est fier d’avoir contribué à la création d’un film comme « Océans, la voix des invisibles », né d’une rencontre dans le jury entre Mathilde Jounot (réalisatrice) et Robert Bouguéon (pêcheur de Saint Guénolé). Au cœur du débat, il s’autorise droit de réponse comme avec le journaliste Fabrice Nicolino ou invitation à la réflexion. Alain Le Sann est aussi auteur, il a publié l’ouvrage « Pêcheurs bretons, en quête d’avenir ». A 70 ans, il travaille à plein temps pour l’association Pêche et Développement…Son but est de promouvoir un développement durable et solidaire du secteur de la pêche et de l’aquaculture. Plus d’informations sur http://peche-dev.org/. Après cette 10ème édition, le président souhaite passer la main, « Je continuerai à m’investir dans l’association mais j’aimerais ne plus avoir les mêmes responsabilités »…

 

Suivez sa veille documentaire et sa réflexion sur https://twitter.com/adlesann

 

Par Nicolas

Le plaisir de la musique buissonnière…

Rencontre avec Marie-Astrid Arnal, pianiste classique, professeure au conservatoire de Lorient et humaniste !

Le projet de rendre la musique accessible lui trottait dans la tête, « Le piano est un médiateur qui va à la rencontre de tous. Tout le monde peut être touché. Je veux apporter la musique classique partout, montrer que ce n’est pas élitiste, qu’il n’y a pas besoin de la connaître pour ressentir des émotions. J’essaye de donner le meilleur de moi, même si mes partitions doivent s’envoler au vent ! ». L’écoute d’une émission radio avec Marc Vella l’a renforcé dans cette idée. Elle contacte le pianiste nomade pour suivre la « Caravane amoureuse », un projet musical et humaniste soutenu par l’UNESCO. Marc Vella a parcouru avec son piano à queue environ 200 000 km sur les routes et chemins de plus de quarante pays pour célébrer l’humain…

En 2010, après avoir obtenu un congé sans solde, elle rejoint une cinquantaine d’autres musiciens pour partir sur les routes avec Marc Vella et traverser Bulgarie, Turquie, Syrie, jusqu’au Liban, avec un sac à dos rempli de partitions. « Pendant deux mois, nous sommes allés à la rencontre des gens, apporter la paix et la musique, avec des artistes de tous âges et tous milieux. C’est là que j’ai découvert comment jouer et faire jouer les gens ». Revivez cette caravane sur www.caravaneamoureuse2010.fr et sur le site Musique Buissonnière

Fort de cette expérience, Marie-Astrid rachète l’ancienne camionnette de Marc Vella, équipée d’un treuil, la boutique Clavissimo à Lanester lui prête un piano qui se pose sur un socle à roulettes. À l’improviste au cimetière de bateaux de Kerhervy, ou sur la place de l’Hôtel-de-ville à Lorient, pour le droit d’asile, au pied des tours de Bois-du-Château ou encore au centre mutualiste de Kerpape, elle fait essayer le piano à ceux qui le désirent…

Son projet est de continuer d’organiser des rencontres entre la musique et d’autres arts : Arts plastiques (peinture), poésie (lecture), théâtre (contes, marionnettes) et danse…N’hésitez pas à la contactez pour tous projets artistiques ou pour l’inviter à initier les gens à jouer, toucher, découvrir l’acoustique ! Peut être rencontrerez vous bientôt Marie-Astrid  dans le quartier…

En juin 2017, elle a enregistré un disque avec Thierry Besnard, des œuvres pour clarinettes et piano, en écoute ICI

Plus d’infos sur le site de l’artiste, contact : mayarnal@wanadoo.fr

Par Nicolas

Trigone production

Christophe Hoyet s’est installé depuis peu dans le quartier Merville où il veut créer un collectif d’entrepreneurs autour du multimédia…Lui même réalisateur, cadreur, monteur, il lance un appel aux professionnels de l’audio-visuel pour partager un appartement où il a déjà installé sa société Trigone production. Deux pièces sont disponibles, avec un loyer de 200€, toutes charges comprises…

Avec la scénariste Fanny Chauffin, il prépare une série en langue bretonne sous-titrée en français. Tiré du livre « Ar Voest » de Anthony Renaudin, Les enfants sont les héros de ce film qui traite de la seconde guerre mondiale, particulièrement à Lorient…La série sera diffusée dans le réseau Diwan et sur le web ! Découvrez le teaser ICI

Collecteur de mémoire, Christophe a réalisé de nombreux films sur l’histoire de Lorient (films de commande ou propositions), « Le local, c’est ce qui m’intéressait et qui a fini par constituer un travail de fond sur le territoire ». Un Coffret de 7 DVD, 11 films, 10 ans de production audiovisuelle sur les mémoires de Lorient, est réuni dans un boîtier collector, disponible au Vent des Mots, 7 rue du Port  à Lorient (45€)

Christophe connaît bien le quartier Frébault où il a réalisé un film « Chronique d’un quartier, paroles d’habitants », produit par le Multisocial CAF du Polygone. Les habitants y livraient leurs inquiétudes et leurs espoirs…Le film a été sélectionné au festival de Douarnenez en 1998, 20 ans plus tard, le réalisateur s’interroge sur l’évolution du quartier et souhaiterait réaliser un nouveau film…

Il a co-fondé en 1993, avec Emmanuel Breurec, Franck Sylvestre et Pierre Wadoux, le collectif les Vidéonautes qui a expérimenté la vidéo sous toutes ses formes ! Ses nombreux projets artistiques lui ont valu des récompenses comme l’Elipse d’or de Canal+ dans les années 90…De 1995 à 2015, Christophe a suivi le travail de Eric Vigner au Centre Dramatique De Bretagne (CDDB) : http://www.ericvigner.com/archives/artistes/5681/christophe-hoyet.html#videos

Retrouvez des vidéos de Christophe Hoyet sur ses chaînes Dalymotion / Youtube / Viméo

Trigone production sur Facebook

Par Nicolas